Dysfonctionnelle d’Axl Cendres

Moi qui essaye de ne pas acheter de romans ado, je n’ai pas respecté ma “règle” à Montreuil et craqué pour ce roman qui me faisait de l’oeil depuis un moment, entre autres grâce à cette excellente critique de Bob et Michel.  Et le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne regrette pas d’avoir craqué.

dysfonctionnelle

Fidèle, dite Fifi, raconte sa vie dans une famille dysfonctionnelle : son père finit régulièrement en prison et sa mère est très fragile psychologiquement, au point d’être régulièrement internée. Elle grandit “au bout du monde”, un bar de Belleville dans une tribu de 6 enfants pour le moins originale. Mais ses capacités scolaires et sa “mémoire photographique” vont la conduire dans un lycée des beaux quartiers dont les élèves, “où les élèves s’appelaient Augustin, Eléonore ou Apolline”. Deux mondes différents pourtant séparés seulement par quelques stations de métro. Elle va y rencontrer Sarah…

Ce roman réussit des grands écarts avec brio. C’est à la fois complètement loufoque et réaliste. A la fois hilarant et triste. A la fois léger et grave. Doux-amer. Sans que l’un l’emporte sur l’autre. Et sans jamais que ça paraisse fabriqué. Ce livre m’a fait rire et mis les larmes aux yeux. C’est une histoire de famille, une histoire d’amour, un roman d’apprentissage, tout cela à la fois.

Difficile de trouver un extrait en particulier. C’est un roman qui nous happe et qu’on lit d’une traite. Un roman qu’on trouve trop court, parce qu’on aurait envie de lire la vie détaillée de chacun des personnages, d’en savoir plus, de rester un peu plus parmi eux.

Il m’a fait penser à la saga des Malaussène de Pennac, que j’ai tellement aimé : le même quartier à la même époque, une famille nombreuse et dysfonctionnelle, une mère absente même quand elle est là, une fratrie soudée, de l’humour… Tout en en étant bien différent. On garde malgré tout l’idée ici d’une vie si ce n’est réelle (le roman serait en partie inspiré de la vie de l’auteure), au moins crédible.

Ce roman rappelle aussi l’importance de ne pas enfermer les gens dans des cases. Qu’on peut adorer le musée d’Orsay et chanter Johnny Halliday. Qu’aussi brillant qu’on soit scolairement, il faut trouver sa voie et pas celle qui serait la voie à suivre.

“Tu habites à Paris et tu n’es jamais allée au Louvre ?!!!”

“Et alors ? Y’a des gens qui habitent Paris et qui n’ont jamais été à Belleville !”

Bref, c’est un énorme coup de coeur, lisez-le !

Advertisements

3 thoughts on “Dysfonctionnelle d’Axl Cendres

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s