Calendrier de l’avent

Cette année, c’est la première fois que le magicien attend Noël. Qu’il sait ce que c’est, qu’il parle de lettre au père Noël, de faire la fête… L’école y est pour beaucoup, je pense, ainsi que l’écoute intensive, toute l’année, de Bulle et Bob préparent Noël.

Alors j’ai eu envie de lui faire un calendrier de l’avent maison. Malgré un handicap certain : j’ai deux mains gauches. Alors j’ai décidé de faire simple : des petits sachets de papiers, des mini pinces à linge numérotées, du masking tape à paillettes, une planche de récup’ et le tour était (presque) joué !

Pour Noël, j’ai un côté très traditionnel, que ce soit pour la déco, le sapin… J’aime le rouge et le doré. Et les étoiles. C’est donc ce que j’ai choisi, ici aussi.

Une petite soirée à décorer et remplir les sachets, une autre à les installer sur la planche. Et voilà le résultat :

image

L’avantage des pinces à linge est que nous pourrons emporter les dernières pochettes quand nous partirons en vacances le 21 décembre, pour qu’il les ouvre chez sa grand-mère.

Et qu’y a-t-il dedans ?

image

  • Des sucreries : 5 paquets de smarties et quatre sucettes
  • Des tickets de manège : 2 x 3 tours
  • Des décorations de Noël qu’il pourra installer dans sa chambre (pas de sapin chez nous par manque de place, mais il a décoré celui de la bibliothèque, et il y en aura un chez ma mère chez qui on fête Noël !) : des petites boules rouges, un bonhomme de neige en feutrine, une pomme de pin peinte, des mini-cadeaux, le tout qu’on avait déjà dans nos décos de Noël
  • Des playmobils : une petite boite divisée en cinq cadeaux, un bonhomme ou un chat avec un accessoire dans chaque
  • Deux figurines schleich pour compléter sa collection
  • un tampon tour Eiffel, parce que le magicien lui voue un véritable culte
  • le reste des masking tape à paillettes, histoire de mettre un peu de brillant dans ses futurs collage

Et voilà 24 !

Soyons clairs, le tout m’a couté beaucoup plus cher qu’un calendrier acheté tout fait. Mais il y a eu le plaisir de le faire, d’imaginer des petits cadeaux spécialement pour lui, de lui consacrer du temps pour lui faire plaisir aussi. Et ça sera, de notre part, son seul cadeau de Noël (il est suffisamment gâté par nos familles le jour J!).

J’ai tellement hâte de voir les yeux du magicien en le découvrant demain ! Mais j’ai promis à l’amoureux de l’attendre avant de laisser le magicien ouvrir son cadeau du jour, il va donc falloir patienter jusqu’à 20h !

Balade dans Paris

Un matin, pendant les vacances de la Toussaint, j’ai décidé d’emmener le magicien (et la puce) voir l’exposition pour les 50 ans de l’école des loisirs au musée des arts décoratifs.

J’étais contente, nous avons été efficaces le matin et nous sommes arrivés à 10h devant la porte du musée… qui ouvrait à 11h ! Pas envie de faire demi tour, on avait donc une heure à tuer. Heureusement, le quartier est plutôt agréable, et le magicien ne le connaissait pas.On a donc décidé d’aller se balader un peu !

Nous avons donc commencé par la station de métro décorée par Othoniel (je découvre qu’elle s’appelle “le kiosque des noctambules“).

P1080976

Avant d’aller courir entre les colonnes du palais royal : le magicien a adoré “suivre les routes”.

P1080986

Et puis je lui ai dit que j’allais lui montrer une pyramide en verre. Et direction le Louvre ! Il était intrigué et a été très impressionné par le “grand triangle”.

P1080998

Il voulait à tout prix rentrer dedans, mais il y avait beaucoup beaucoup de queue (comme toujours devant la grande pyramide). Mais on a eu de la chance : un des gardiens nous a entendu discuter et nous a gentiment proposé d’entrer par la porte réservé aux personnes à mobilité réduite où il n’y avait absolument pas de queue. En effet, cette porte est accessible aux parents avec poussette (bon à savoir, non ?), moi j’avais ma fille en porte-bébé mais il m’a dit que comme j’avais un bébé, c’était bon. Encore merci, Monsieur !

Le magicien était très impressionné d’être rentré à l’intérieur, de prendre les grands ascenseurs, de regarder le ciel à travers la pyramide…

P1090004P1090008

Ensuite, ça a été 11h, on est allés voir l’expo dont je vous parle très vite. Même pas le temps de faire un tour au jardin des Tuileries !

Et j’étais ravie de cette balade surprise. Ravie de profiter un peu de la capitale, alors que nous restons un peu trop souvent dans notre quartier. Ravie de voir le magicien se régaler autant et la puce dormir tranquillement pendant presque toute la balade. A un peu plus de trois ans, il arrive à l’âge où faire du tourisme a du sens : il s’intéresse, est capable de marcher suffisamment…

 

Et on a la chance de vivre dans une ville très riche. On n’y restera peut être pas des années, alors on en profite ! On est déjà aller voir la Tour Eiffel scintiller de tout près juste avant la naissance de la puce, on a visité le centre Pompidou cet été, il a pu aller faire du bateau mouche en septembre avec ses grands parents. Et on va continuer !

Berceuses Jazz

Un peu de douceur, en ce moment, ça nous fera du bien !

Quand le magicien était bébé, on écoutait les plus belles berceuses du monde de chez Didier Jeunesse. J’aimais beaucoup écouter de la musique avec lui, et encore aujourd’hui, on a quasiment tous les jours un moment où on écoute de la musique ensemble.

Alors après la naissance de la puce, à la bibliothèque, je me suis naturellement tournée vers la même collection, et vers un album qui est sorti depuis, les plus belles berceuses Jazz, entre autre parce qu’il avait le bon goût d’être illustrée par Ilya Green (monomaniaque moi? non…).

Et il y a quelques semaines est sorti un nouveau CD de jazz pour tout-petit, illustré encore une fois par Ilya Green, Jazz sous la lune sur lequel j’ai très rapidement craqué. Des berceuses, là encore, mais aussi quelques standards du jazz et quelques classiques de Noël (je sens que ce CD va d’ailleurs beaucoup accompagner notre mois de décembre).

Je ne pourrai pas vous faire d’analyse poussée. Je n’y connais rien en jazz. J’ai fait beaucoup de découvertes même si j’ai aussi retrouvé quelques airs connus. Et que le fait que je les connaisse est le signe que ce sont des standards connus de tous. Ce que je peux vous dire, c’est que la puce s’endort tous les soirs dans son lit, moi à côté d’elle, en écoutant ces CD. Et que ça contribue largement à l’apaiser. Et que moi, je me régale, ce qui n’est pas toujours le cas avec la musique “pour enfants” !

Mes chansons préférées ? Lullaby in blue de Debbie Reynolds et let it snow interprété par Vaughn Monroe.

On trouve pour chaque chanson, dans le livre, les paroles, leur traduction mais aussi une brève présentation du contexte de la création de la chanson, de l’interprète…

 

Pour finir, une petite découverte en images ?

Les illustrations d’Ilya Green d’abord.

imageimageimage

Et puis une petite vidéo de présentation :

Ces deux titres existent en livre-CD ou en CD seuls. Vous pouvez en écouter des extraits ici. Bon à savoir : comme la plupart des Cd de Didier Jeunesse, on peut les écouter sur Deezer.

Nouveau blog

Bienvenue ici !

Depuis la rentrée, j’avais envie d’un peu de changement pour le blog. Marre de la pub envahissante, envie d’avoir mes deux blogs sur la même plateforme, envie de changer de décor…

Mais je n’ai pas eu envie de simplement ouvrir un nouveau blog, j’ai eu envie d’emporter toutes mes petites affaires avec moi. Tout mon historique, les livres que j’aime mais aussi une partie de l’histoire de mes enfants depuis ma naissance.

Alors voilà un nouveau blog qui reprend le précédent. Qui, après réflexion, continuera à mêler livres jeunesse et articles perso, parce que finalement ça me ressemble.

Déménager mon blog m’a pris beaucoup de temps (d’où mon silence depuis 2 mois). J’en ai profité pour réparer les liens qui ne fonctionnaient plus, pour répertorier l’ensemble des livres dont j’ai parlé sur le blog. N’hésitez pas à aller jeter un coup d’oeil à ces nouvelles pages. Impossible cependant de maintenir les dates des articles publiés précédemment. Mais les articles sont dans l’ordre chronologique. Et impossible de récupérer les commentaires. Mais j’espère que vous en ferez de nouveaux !

Le nom de ce nouveau blog, certains d’entre vous l’ont peut être deviné, est un hommage à Emmanuelle Houdart, parce que cette illustration décore mon salon :

Capture d’écran 2015-04-17 à 15.45.13

Je reviens très vite avec de vrais articles !

Rentrée

Oui, je sais, c’est le sujet le moins original du monde, et en plus j’ai une semaine de retard. Mais la semaine qui vient de s’écouler a été riche en évènements, en émotion, et j’avais quand même envie d’en laisser quelques traces.

Lundi, nous sommes rentrés de vacances. Mardi, le magicien faisait sa première rentrée, Mercredi l’amoureux reprenait le boulot et j’étais seule avec les 2 cocos, et Jeudi je faisais ma reprise ! Autant vous dire qu’on n’a pas eu le temps de s’ennuyer et que samedi soir, début de mon week end, je me suis couchée épuisée à 21h.

La rentrée du magicien s’est super bien passée !

Nous l’avons accompagné tous les deux, l’amoureux et moi, un peu émus mais pas trop inquiets puisqu’il réclamait d’aller à l’école depuis qu’il avait quitté la crèche. (“Là, on prend le train pour aller à l’école ?” “Non, là on part en vacances !”).

Il est entré dans la classe, s’est précipité sur le garage et les petites voitures et a fait comme si on n’était pas là. On ne voulait quand même pas le laisser tout de suite pour pas passer pour des parents indignes qui se débarrassent de leur enfant en 30 secondes le jour de la rentrée mais on s’est sentis un peu bêtes, tous les deux dans la classe avec un enfant qui ne faisait absolument pas attention à nous !

Et depuis, il est ravi de l’école. Le rythme est pas forcément évident à prendre, surtout le réveil (trop) matinal. Pour le moment, il n’y va que le matin, et à mon avis il n’est pas prêt à y aller l’après midi puisqu’hier je l’ai couché à 13h et qu’il s’est réveillé de sa sieste à 17h ! Mais justement notre organisation familiale permet d’y aller à son rythme, et ça c’est chouette !

Il aime être à l’école et la maîtresse (qui a l’air super) dit que tout se passe bien. Il est dans une classe de petits/moyens/grands, ce que je trouve assez chouette et qui m’intrigue beaucoup au niveau pédagogique. Du coup ils n’étaient que 6 à découvrir l’école à cette rentrée ! Les grands s’occupent des petits et c’est réjouissant de voir une grande venir le chercher le matin à l’entrée de la classe pour jouer avec lui.

On ne sait de la classe que ce qu’il nous raconte pour le moment. Il chante déjà de nouvelles chansons, revient avec les mains jaunes et un sourire gourmand : “c’est parce que j’ai fait de la peinture !”. Les quelques mots échangés avec l’instit m’ont mis en confiance (“chez les petits, au début, il n’y a pas grand chose dans le cahier de vie parce que je privilégie les manipulations et les grands formats”).

Hier au square, il a rencontré deux élèves de sa classe, s’est écrié “c’est mes copains”, connaissait leur prénom, et a joué un long moment avec une grande qui semblait aussi ravie que lui. Lui qui avait peur, depuis quelques temps, d’escalader la structure, s’est lancé sans aucun souci. Ils s’appelaient dès qu’ils se perdaient de vue, la grande est allée le présenter à ses parents… Ca m’a fait tellement plaisir de voir ça !

Moi, j’ai repris le travail jeudi. Et j’avoue être un peu plus mitigée. J’adore mon boulot, je suis contente d’avoir retrouvé la bibliothèque. J’ai déjà découvert de nouveaux albums (le dernier Isabelle Simler est une merveille). J’étais très contente de retrouver certains lecteurs (même si d’autres moins…). Et aussi de retrouver mes collègues.

Mais la collègue qui gérait la section à ma place est en vacances, et je me suis sentie un peu larguée, sans trop savoir par où prendre les choses. Ca va revenir vite, mais j’ai besoin d’encore un peu de temps pour reprendre mes marques. Et j’aime pas trop cette sensation de ne pas trop savoir où je vais.

Heureusement, je laisse la puce à son papa. Mais le premier jour de boulot, elle a décidé qu’elle ne boirait pas son biberon de l’après-midi, qu’elle voulait téter. Paul m’a donc appelé juste avant ma sortie pour me dire qu’il fallait que je rentre très vite. Je suis donc arrivée avec une puce qui hurlait depuis une heure, un papa à bout et un magicien un peu paniqué au milieu de tout ça… Pas très serein comme premier retour à la maison ! Heureusement j’ai pu négocier de prendre mon “heure d’allaitement” provisoirement en fin de journée pour arriver un peu plus tôt. Et en cas de grosse cata, l’amoureux peut aussi m’amener la puce au boulot. Je jongle donc entre tire-lait (sur ma pause déj’) et tétées et là encore il faudra un petit moment de rodage.

Mais je ne me fais pas de souci, les choses vont bientôt s’apaiser et s’organiser et je me réjouis d’avance d’aller passer la matinée de jeudi à lire des albums jeunesse tranquillement. Mon boulot est chouette, quand même !

En dehors de tout ça, j’ai plein d’envies, de projets, pour ma vie, pour mes blogs… mais pas toujours le temps de tout mener à bien !

Mais je voulais quand même vous parler d’un projet qui me tient à coeur : mon premier atelier Lire aux bébés pour Esprit Maman ! J’en parle en détails ici mais rapidement c’est un atelier destiné aux (futurs) parents pour leur expliquer l’intérêt de lire à des bébés, leur donner quelques conseils et leur parler des albums que j’aime. Si ça vous dit, le premier atelier a lieu le 21 septembre, le suivant le 19 octobre. Si ça vous dit, n’hésitez pas à me faire signe ou à réserver ici. (fin de l’autopromo !).

Rentrée

Sinon, j’ai aussi plein de mails à écrire, de rendez-vous à prendre, de trucs à organiser pour la rentrée. Des faire-part à plier et à envoyer. Et puis là, avant que le magicien ne se réveille de sa sieste, il me reste le linge à plier et la vaisselle à faire.

Alors je vais quand même essayer de revenir, histoire d’écrire au moins 1/10e des articles que j’ai envie d’écrire (Minka, je pense à toi !). Mais je ne sais pas dans combien de temps j’y arriverai…

Le jardin d’acclimatation

Après le zoo de Vincennes et le centre Georges Pompidou, nous sommes allés passer une journée au jardin d’acclimatation, accompagnés du parrain de la puce. C’était le week end où on fêtait l’anniversaire du magicien, donc on avait très envie de lui faire plaisir, et le moins qu’on puisse dire c’est que c’était réussi !

On a commencé par prendre le petit train qui relie le parc à la porte Maillot en environ 5 minutes. C’est l’exemple même du promène-couillon, mais le magicien était euphorique ! Il faut dire qu’il adore prendre le train sous toutes ses formes !

(l’aller est gratuit si on prend une entrée au parc, le retour coûte un ticket par personne, mais on peut aussi prendre le métro à l’arrêt Sablons, près de l’entrée du parc).

Le jardin d'acclimatation

Nous avons commencé la journée par un tour en barque tous ensemble. Le magicien, tout seul devant, était très fier de “conduire le bateau”. Le circuit chemine dans les herbes hautes, le tour est ombragé, quelques statues d’animaux se cachent dans les buissons… Le circuit n’est pas très long mais bien agréable. Et c’esr une attraction qu’on peut faire en famille, même avec un bébé !

Le jardin d'acclimatationLe jardin d'acclimatation

On a poursuivi par le village des manèges, une sorte de fête foraine. Là, le magicien était carrément fou de joie. Il a commencé par choisir le manège le plus moche, avec une sorte d’avion Goldorak qui montait et qui descendait. Il a aussi fait un tour de chenille pour les petits et une partie de pêche aux canards.

Les attractions sont chères (un ticket par tour, 2 pour la pêche aux canards, sachant que le ticket coute 2,90 euros, avec des tarifs dégressifs si on en prend beaucoup). Mais on trouve vraiment des attractions pour tous les âges, de la petite enfance aux ados, avec des autos tamponneuses, des montagnes russes, du tir au fusil… Il y a par exemple plusieurs chenilles, et on peut choisir la vitesse selon l’âge. Il y a de quoi s’occuper un bon moment ! On avait prévu d’y repasser l’après-midi, mais le magicien était trop fatigué pour ça.

Le jardin d'acclimatationLe jardin d'acclimatation

Le magicien ne s’est pas vraiment arrêté au potager, il a préféré aller voir les animaux. L’ours, d’abord, qui nous a fait un vrai spectacle et que le magicien a rebaptisé Kwipsie, comme son ours en peluche ! Puis la ferme normande où se balladent des poules en liberté et où on peut voir des moutons, des lapins, un boeuf, des chèvres, etc.

Le jardin d'acclimatationLe jardin d'acclimatationLe jardin d'acclimatation

Il était alors plus que temps de manger !

Direction le jardin-plage. Des transats sur lesquels s’intaller, des aires de jeux (où là encore des enfants d’âges différents peuvent s’amuser), de l’herbe… Parfait pour un pique-nique !

Et alors que jusque là le temps était plutôt maussade, le soleil s’est montré juste à temps pour que le magicien puisse profiter des jeux d’eau. Je pense que cet endroit est, en cas de fortes chaleurs, un des endroits les plus agréable de Paris pour les enfants, qui peuvent se raffraichir, mais aussi pour les parents qui les accompagnent. A condition qu’il n’y ait pas trop de monde, mais le jour où on y est allé, en plein milieu de l’été, on était très tranquilles.

Le jardin d'acclimatation

Après toutes les émotions, jeux et découvertes de la matinée, les jeux d’eau ont fini d’épuiser le magicien qui s’est effondré dans la poussette piquée à sa soeur et qui n’a même pas voulu retourner aux manèges. Nous nous sommes donc fait un petti plaisir à nous en faisant un détour pour découvrir l’extérieur de la fondation Vuitton. Et ça vaut vraiment le détour.

Le jardin d'acclimatation
Le jardin d'acclimatationLe jardin d'acclimatation
Le jardin d'acclimatation

On a vraiment adoré ce parc. Le magicien s’est éclaté et en tant qu’adultes on a trouvé la balade très agréable. Le potentiel d’activités est énorme, en une journée pourtant bien remplie on n’a testé qu’une toute petite partie des jeux et animations proposés. Comme c’était l’anniversaire du magicien, on lui a laissé (presque) toute liberté de choisir des animations payantes, mais j’ai apprécié qu’on puisse aussi y aller avec un budget très raisonnable puisque l’entrée coûte 3 euros et qu’avec les activités gratuites, il y a largement de quoi s’occuper la journée.

On y retournera, c’est sûr ! Et si on a envie de se faire plaisir, on offrira peut être au magicien un atelier pour aller, nous, boire un chocolat chez Angelina. Ou alors on mixera jardin d’acclimatation et expo à la fondation Vuitton.

Voilà pour nos activités parisiennes ! Si je trouve du temps, je parlerai la prochaine fois d’activités à la montagne. En attendant, vous pouvez trouver d’autres idées de sorties parisiennes avec les enfants sur le blog Tout à l’ego et sur Hystérik family (c’est d’ailleurs là que j’ai trouvé l’idée du jardin d’acclimatation !).

3 ans

Et oui, aujourd’hui, c’est l’anniversaire du magicien !

On a pris un peu d’avance pour fêter son anniversaire en famille, puisque Paul travaille aujourd’hui et qu’il avait reçu tellement de cadeaux qu’il en a ouvert pendant plusieurs jours ! Alors on a passé une journée au jardin d’acclimatation samedi, il a soufflé ses bougies hier, profité tout le week end de nouveaux jouets. Il était content d’être au centre de l’attention ! Ce matin, il sautait de joie en arrivant à la crèche où il va à nouveau souffler ses bougies avec ses copains et ses copines.

3 ans… Ca y est, le magicien n’est plus un bébé ! Ca s’est renforcé depuis l’arrivée de sa petite soeur puisqu’il est désormais notre grand. Et qu’est-ce que ça va être avec l’entrée à l’école ! Il a d’ailleurs bien grandi ces derniers temps, et est désormais une grande sauterelle comme dirait mon grand père, un peu maigrichon. Il a gardé ses longs cils.

Le magicien est bavard. Il parle très bien et nous impressionne par sa capacité à construire des phrases, à accorder correctement les adjectifs, à utiliser les différents temps des verbes… Son langage ne garde que quelques traces de ces mots de tout-petits tellement craquants : “j’ai écrié” “j’ai prendu”, “c’est mamifique”.

Le magicien est curieux. Il pose sans cesse des questions, cherche à tout comprendre. Il faudrait, un jour, que je compte le nombre de pourquoi qu’il prononce en une seule journée ! Encore plus que la petite grenouille de Voutch qu’on lit souvent. Une des dames de la crèche me disait l’autre jour : “c’est de son âge, mais chez lui, c’est quand même particulièrement prononcé !”. Une autre question a fait son apparition il y a quelques jours : “et après ?” qui nous fait souvent détailler l’emploi du temps minute par minute jusqu’au lendemain matin.

Le magicien a une mémoire impressionnante. Il retient tout ce qu’on lui dit. Il nous réexplique ce qu’on lui a expliqué il y a plusieurs semaines. Il connait un nombre de chansons impressionnant. Il connait ses livres par coeur. Et ressort des extraits à bon escient, parce qu’on utilse un mot dans une conversation  ou qu’on fait référence à une situation qui lui fait penser. Quand il est fatigué, il vient me dire “je suis un petit poussin et je suis tombé dans une mare, floc !” parce qu’il sait que comme dans Bonjour, poussin, sa maman-poule viendra le réchauffer et le dorloter. Le soir, il installe ses peluches et s’écrie “et maintenant tout le monde au dodo” comme dans Alors ?.

Le magicien a toujours le sourire. Il est enthousiaste quand on lui propose quelque chose, saute de joie quand il voit quelqu’un qu’il aime… Mais cette année est apparue une certaine timidité envers les inconnus. Elle dure rarement longtemps, mais il lui faut désormais souvent quelques minutes avant de dire bonjour, de sourire…

Le magicien est câlin. Dès qu’il est un peu fatigué, il prend son doudou et sa tétine (que malheureusement on n’est pas près de lui faire lâcher) et il nous réclame un câlin. Et comme quand il était bébé, il nous caresse les cheveux.

Le magicien est prudent. Il est raisonnable dans la rue, nous attend pour traverser, n’a jamais touché la cuisinière, n’escalade pas les meubles. Courageux mais pas téméraire, il est même parfois un peu trouillard : alors qu’il escaladait avec plaisir les tobogans du parc à 2 ans, il n’ose plus le faire désormais ! Il a peur des chiens, des chevaux, des ânes… par contre il adore toutes les petites bêtes, les araignées, les grenouilles, etc.

Le magicien sait ce qu’il veut. Il sait qu’il ne veut pas manger grand chose d’autre que des concombres, des pâtes, du chocolat et des sucettes (ce qui nous vaut souvent de belles crises au moment des repas). Il sait qu’il veut qu’on aille tous dans sa chambre, “le magicien, Papa, Maman, et la puce !” pour jouer avec lui. Le train duplo reste son chouchou, mais il aime tellement son nouveau bus playmobil, cadeau d’anniversaire de sa mamie, qu’il a voulu dormir avec l’autre soir.

Le magicien est grand frère. S’il est souvent plutôt indifférent (“la puce elle sait pas marcher, elle sait pas parler, elle sait que pleurer !”), il n’est presque jamais hostile, fier quand il en parle aux autres (“c’est ma petite soeur, je suis son grand frère, elle est belle !”) et peut se montrer très attentif (“la puce pleure, je crois que elle veut manger !”).

Le magicien a besoin, en ce moment, d’être rassuré, qu’on lui dise qu’on l’aime. “Maman, tu m’aimes pour toute la vie ?”. Alors je lui réponds que je l’aime très très fort et toujours. Que je suis tellement fière de lui, mon grand de trois ans !

La vie est douce

Oui, en ce moment, la vie est douce. Depuis la naissance de la puce en fait.

La puce est un bébé adorable et super cool. Le magicien est un petit garçon fascinant, qui s’il est parfois exaspérant, nous fait rire, nous surprend et nous impressionne chaque jour.

Nous avons trouvé notre équilibre à quatre beaucoup plus facilement que je ne le craignais.

Dans quelques jours, nous partons en vacances. En attendant, je passe quelques journées par semaine toute seule avec la puce, je la regarde, on a de grandes discussions à base de areuh, j’arrive même à trouver du temps pour écrire un peu ici ou à avancer différents projets. Et je profite le reste du temps de l’amoureux et du magicien.

La vie est douce

On se programme des balades sympas en famille.

On va s’installer tous ensemble pour boire un coup en terrasse au soleil sur un coup de tête en sortant de la crèche.

On tombe sur les voisins et nos enfants jouent ensemble dans le jardin. Même la perte de mes clés se termine en sympathique invitation.

On traine un matin, tous en pyjama, à quatre dans le lit.

Le magicien me court dans les bras quand je vais le chercher à la crèche.

On prend le temps de faire les choses,  on n’a presque pas d’impératifs d’horaires.

On profite du parc.

On mange de la pastèque, des pêches et du melon (et du chocolat aussi). On boit du thé glacé maison.

La puce regarde son frère d’un air admiratif.

Cet après-midi, je laisse les deux zouaves à l’amoureux et je vais au cinéma.

La vie est douce.

La vie est douce

Alors bien sûr, tout n’est pas parfait. Il y a des assiettes qui finissent par terre, des crises de larme, des moments d’énervement, de fatigue, de cris. Il y a le soir où Paul est rentré du travail et a trouvé ses deux enfants hurlant alors que je m’étais enfermée dans les toilettes tellement j’en pouvais plus. Mais c’est rare. Et j’ai l’impression de sortir d’un long tunnel qui aurait duré toute l’année scolaire. De retrouver de la légèreté, du plaisir à faire les petites choses du quotidien. Et ça fait du bien.

J’ai bien l’intention de profiter au maximum de ce temps un peu suspendu, avant ma reprise du travail en septembre. Reprise que j’attends avec une certaine impatience, mais qui va changer notre rythme, d’autant plus que le magicien entre à l’école en même temps !

Le centre Pompidou et ses alentours avec des enfants

Après le zoo de Vincennes, voilà une deuxième idée de sortie sympa à faire avec des enfants à Paris. C’est même un de mes coins préférés, et ça a l’avantage d’être pratique à faire de chez nous. Nous y sommes même allés deux fois cet été, une fois en famille, et une fois avec Greenwitch et ses enfants et Mme Déjantée, M. Pourquoi et deux de leurs enfants. Deux super sorties, chacune dans leur genre. 

Déjà, le bâtiment du centre Georges Pompidou vaut le détour, avec tous ses tuyaux, ses couleurs… Et il y a souvent des spectacles de rue sur l’esplanade devant le musée.

Le centre Pompidou et ses alentours avec des enfantsLe centre Pompidou et ses alentours avec des enfants

Dans le musée, il ne faut pas rater la galerie des enfants : un espace qui leur est consacré et dans lequel il y a des expositions, des ateliers… En ce moment et jusqu’au 21 septembre, il y a une exposition atelier autour de Jan Kopp qui s’institule “soulever le monde” : de grands volants à faire tourner pour faire monter ou descendre un joyeux bazar composé de drapeaux, de mobiles en matériaux de récupérations, etc. A découvrir en images ici. Le magicien a adoré ! Lors de notre première visite, il ne voulait pas quitter cet espace pour aller visiter le reste du musée.

Le centre Pompidou et ses alentours avec des enfants

Les enfants plus grands sont aussi invités à donner des idées, des rêves pour que le monde aille mieux, soit plus facile à vivre. Parmi les habituels voeux de paix dans le monde et d’amour, certains enfants sont plus originaux. J’ai eu un faible pour un petit mot qui disait que ça serait mieux si on n’avait plus besoin d’aller aux toilettes !

Monter les escalators du grand tube et s’élever peu à peu au dessus des toits des immeubles environnants pour admirer tout Paris est aussi assez magique pour les enfants (et pour les parents). D’autant plus qu’avec le chantier des Halles pas loin,en plus de la Tour Eiffel on voit des grues ! Je ne sais pas pour vos enfants, mais ça suffit à rendre le magicien heureux !

Les collections permamentes valent le détour aussi. Le magicien avait ADORE lors d’une visite l’été dernier. A à peine deux ans, il était resté 1h30, enthousiaste, et me surprenant par l’analyse super pertinente de certains tableaux. Cet été, il était moins enthousiaste et s’est assez vite énervé. Il faut dire qu’après la galerie des enfants, il était fatigué. Si vous voulez des livres pour préparer ou accompagner votre visite, je vous conseille ce livre pour les enfants et ce livre pour adultes pour savoir comment parler du musée et des oeuvres qu’on y trouve.

Seul bémol, les gardiens de salle ne sont pas très accueillants avec les enfants. Ils ont tendance à crier dès qu’un enfant s’approche d’une oeuvre et j’ai eu souvent l’impression qu’ils guettaient la faute. Ils ont aussi demandé à Greenwitch de faire descendre son fils qu’elle portait en manduca sur le dos, parce que c’était interdit (!).

Le musée est gratuit pour les enfants, mais il faut obligatoirement prendre un billet complet musée et expositions pour les parents, à 14 euros hors réduction, même si on ne fait que la galerie des enfants. A noter que le musée est gratuit le 1er dimanche du mois. Ils organisent aussi des ateliers pour les enfants, en présence des parents pour les 3-5 ans. Je n’ai pas encore testé par contre…

Et à côté du musée, il faut absolument découvrir la fontaine Stravinsky, avec ses sculptures colorées de Niki de Saint-Phalle et les machines de Jean Tinguely.

Le centre Pompidou et ses alentours avec des enfants

C’est un de mes endroits fétiches à Paris, et j’y avais déjà emmené le magicien. Les sculptures et les jets d’eau fascinent les enfants, il y a des bancs tout autour pour s’asseoir, et entre la fontaine et l’église, il y a un large espace dans lequel ils peuvent courir en toute sécurité. Par contre avec Greenwitch nous avons pu constater que les enfants ont très envie de patouiller dans l’eau et que l’eau en question est vraiment sale, dommage !

Après ou au milieu de tout ça, une petite pause resto ou goûter est bien méritée !

Mon repère habituel, découvert quand j’étais étudiante, c’est la crêperie Beaubourg. La terrasse donne directement sur la fontaine et le magicien était ravi d’aller courir entre deux crêpes. Les crêpes sont bonnes, à un prix raisonnable (il y a un menu à moins de 10 euros) pour cet emplacement. Et en dessert, ils proposent une crêpe “noir de cacao” avec du chocolat dans la pâte et du (vrai) coulis de chocolat, le tout saupoudré de cacao en poudre. Autant vous dire qu’en tant que chocolat addict, je suis comblée !

Et avec Greenwitch, Mme Déjantée et M. Pourquoi (et nos 6 mouflets !), nous avons testé le Happy families, un poussette café installé là encore juste à côté de la fontaine. Une salle agréable, une table avec couverts et chaises adaptées (des chaises stokke, adaptées aux âges des enfants, du transat pour la puce à la chaise surevelée pour les plus grands). Des menus tout à fait corrects. Et un espace-jeu pour les enfants, des toilettes pour enfants, une table à langer… Cet espace est petit, donc je pense que ça doit être l’enfer quand il y a beaucoup de monde. Mais là nous étions quasiment seuls dans le resto et nos enfants avaient cet espace juste pour eux. Ils étaient ravis, et nous nous sommes retrouvés entre adultes à discuter tranquillement pendant qu’ils jouaient et que la puce dormait dans son transat ! (et c’était drolement chouette!)

Je pense que la journée a plu à tout le monde !

Demain, nous allons au jardin d’acclimatation pour la journée d’anniversaire du magicien. Ce sera l’occasion du dernier article de cette “série” sur les sorties parisiennes en famille.

Cadeaux de remerciements pour la crèche

Vous le savez peut être, le magicien va à la crèche depuis juillet dernier, et régulièrement depuis septembre. Une structure toute neuve qui dépend du centre social associatif que nous fréquentions déjà (ils proposent des accueils parents/enfants, entre autre).

Le magicien a beaucoup aimé cette structure, et nous aussi. Les locaux sont agréables, le personnel adorable. Et il y a un vrai projet autour de la crèche, avec les parents : gouters de parents, matinées où les parents sont invités, participation du personnel de la crèche aux activités du quartier… Et là c’était la première année, donc on sentait qu’ils tâtonnaient un peu au début, mais ça va se renforcer encore, je pense.

Et puis quand j’étais enceinte et plus capable de m’occuper du magicien seule toute une journée, Paul a appelé la directrice et elle s’est débrouillée pour avoir une semaine plus tard une place en plus le lundi pour le magicien. J’ai vraiment apprécié.

Alors je voulais absolument leur offrir un cadeau de fin d’année.

Mes critères étaient les suivants :

– Que les cadeaux ne soient pas trop chers, car 5 personnes travaillent dans cette structure et je ne voulais pas en avoir pour une fortune

-Que le magicien puisse participer d’une façon ou d’une autre.

J’ai donc opté pour des plantes, dans des pots décorés par le magicien. Je pensais à des succulentes, mais c’est Paul qui est allé faire les courses, et il a choisi des fleurs colorées, avec de la peinture assortie.

Cadeaux de remerciement pour la crèche

Le coût reste raisonnable : une trentaine d’euros pour le tout, sachant que nous avons à peine entamé la peinture, qui pourra donc resservir.

Et surtout, ça a bien occupé le magicien !

Première étape : peindre les pots.

Petite difficulté : il faut le faire à la peinture acrylique, parce que les pots sont poreux donc “boivent” la gouache (merci la maman instit qui sait ce genre de chose…). Et les tâches d’acryliques ne partent pas ! Heureusement, il a fait chaud, ça a donc été une bonne occasion pour faire de la peinture… tout nu ! Le magicien a été très appliqué et raisonnable. Il était tout content de peindre un objet, donc en 3D, au lieu d’une feuille.

Deuxième étape : planter les fleurs, avec son papa :

Cadeaux de remerciement pour la crèche

Et surtout, arroser ! Il a du verser un litre d’eau dans chaque pot !

Cadeaux de remerciement pour la crèche

Et voilà le résultat :

Cadeaux de remerciement pour la crèche

J’étais assez fière de nous : c’est tout simple mais je trouve que ça rend pas mal.

Même si le magicien va à la crèche jusqu’à la fin du mois, il n’a pas voulu attendre pour les offrir. Il était ravi de faire un cadeau qu’il avait fait lui-même et il sautait de joie ! Et j’ai eu l’impression que ça faisait vraiment plaisir aux “dames” de la crèche.

Merci pour cette année !