Maternités féministes

Je parle peu de féminisme sur ce blog. Mais celles et ceux qui me connaissent ou me suivent sur Fille d’Album savent que je le suis et que je m’intéresse en particulier au féminisme en ce qui concerne la maternité, le partage des tâches éducatives, l’éducation non genrée…

Il y a quelques temps, je postais ça sur twitter : “Et sinon, j’avais envie de lancer un projet sur la maternité et l’éducation d’un point de vue féministe. L’idée ne serait pas de faire de la théorie mais de parler du concret, de comment on s’y prend au quotidien en tant que féministe. Est-ce que certaines d’entre vous seraient partantes pour participer ?”.

J’avais posté ça sans vraiment y réfléchir ou le conceptualiser, sans savoir ce que ça allait donner. Je pensais à peut être quelques articles à publier ici… Et en fait j’ai eu plein de réponses. Des réponses enthousiastes. Et ça a été une belle émulation. Alors on a créé un blog consacré à ce projet.

Il est là  : Maternités féministes

Et j’en suis drôlement fière. Le Manifeste du blog est à mes yeux un petit bijou.

Il y a un compte twitter associé aussi, qui donne la parole à des mères féministes, lance des débats, des échanges… C’est @MereFeministe et ça s’annonce passionnant.

Si ça vous dit, n’hésitez pas à nous y rejoindre !

 

Alors ces derniers temps, j’ai consacré pas mal de temps à ce nouveau projet. Et je suis un peu dispersée, sur internet, entre Twitter, instagram, Fille d’Album, etc.  Mais je n’oublie pas ce blog. Mes envies d’article s’empilent, les livres dont j’ai envie de vous parler aussi. Alors promis, je reviens très vite !

Rentrée

Oui, je sais, c’est le sujet le moins original du monde, et en plus j’ai une semaine de retard. Mais la semaine qui vient de s’écouler a été riche en évènements, en émotion, et j’avais quand même envie d’en laisser quelques traces.

Lundi, nous sommes rentrés de vacances. Mardi, le magicien faisait sa première rentrée, Mercredi l’amoureux reprenait le boulot et j’étais seule avec les 2 cocos, et Jeudi je faisais ma reprise ! Autant vous dire qu’on n’a pas eu le temps de s’ennuyer et que samedi soir, début de mon week end, je me suis couchée épuisée à 21h.

La rentrée du magicien s’est super bien passée !

Nous l’avons accompagné tous les deux, l’amoureux et moi, un peu émus mais pas trop inquiets puisqu’il réclamait d’aller à l’école depuis qu’il avait quitté la crèche. (“Là, on prend le train pour aller à l’école ?” “Non, là on part en vacances !”).

Il est entré dans la classe, s’est précipité sur le garage et les petites voitures et a fait comme si on n’était pas là. On ne voulait quand même pas le laisser tout de suite pour pas passer pour des parents indignes qui se débarrassent de leur enfant en 30 secondes le jour de la rentrée mais on s’est sentis un peu bêtes, tous les deux dans la classe avec un enfant qui ne faisait absolument pas attention à nous !

Et depuis, il est ravi de l’école. Le rythme est pas forcément évident à prendre, surtout le réveil (trop) matinal. Pour le moment, il n’y va que le matin, et à mon avis il n’est pas prêt à y aller l’après midi puisqu’hier je l’ai couché à 13h et qu’il s’est réveillé de sa sieste à 17h ! Mais justement notre organisation familiale permet d’y aller à son rythme, et ça c’est chouette !

Il aime être à l’école et la maîtresse (qui a l’air super) dit que tout se passe bien. Il est dans une classe de petits/moyens/grands, ce que je trouve assez chouette et qui m’intrigue beaucoup au niveau pédagogique. Du coup ils n’étaient que 6 à découvrir l’école à cette rentrée ! Les grands s’occupent des petits et c’est réjouissant de voir une grande venir le chercher le matin à l’entrée de la classe pour jouer avec lui.

On ne sait de la classe que ce qu’il nous raconte pour le moment. Il chante déjà de nouvelles chansons, revient avec les mains jaunes et un sourire gourmand : “c’est parce que j’ai fait de la peinture !”. Les quelques mots échangés avec l’instit m’ont mis en confiance (“chez les petits, au début, il n’y a pas grand chose dans le cahier de vie parce que je privilégie les manipulations et les grands formats”).

Hier au square, il a rencontré deux élèves de sa classe, s’est écrié “c’est mes copains”, connaissait leur prénom, et a joué un long moment avec une grande qui semblait aussi ravie que lui. Lui qui avait peur, depuis quelques temps, d’escalader la structure, s’est lancé sans aucun souci. Ils s’appelaient dès qu’ils se perdaient de vue, la grande est allée le présenter à ses parents… Ca m’a fait tellement plaisir de voir ça !

Moi, j’ai repris le travail jeudi. Et j’avoue être un peu plus mitigée. J’adore mon boulot, je suis contente d’avoir retrouvé la bibliothèque. J’ai déjà découvert de nouveaux albums (le dernier Isabelle Simler est une merveille). J’étais très contente de retrouver certains lecteurs (même si d’autres moins…). Et aussi de retrouver mes collègues.

Mais la collègue qui gérait la section à ma place est en vacances, et je me suis sentie un peu larguée, sans trop savoir par où prendre les choses. Ca va revenir vite, mais j’ai besoin d’encore un peu de temps pour reprendre mes marques. Et j’aime pas trop cette sensation de ne pas trop savoir où je vais.

Heureusement, je laisse la puce à son papa. Mais le premier jour de boulot, elle a décidé qu’elle ne boirait pas son biberon de l’après-midi, qu’elle voulait téter. Paul m’a donc appelé juste avant ma sortie pour me dire qu’il fallait que je rentre très vite. Je suis donc arrivée avec une puce qui hurlait depuis une heure, un papa à bout et un magicien un peu paniqué au milieu de tout ça… Pas très serein comme premier retour à la maison ! Heureusement j’ai pu négocier de prendre mon “heure d’allaitement” provisoirement en fin de journée pour arriver un peu plus tôt. Et en cas de grosse cata, l’amoureux peut aussi m’amener la puce au boulot. Je jongle donc entre tire-lait (sur ma pause déj’) et tétées et là encore il faudra un petit moment de rodage.

Mais je ne me fais pas de souci, les choses vont bientôt s’apaiser et s’organiser et je me réjouis d’avance d’aller passer la matinée de jeudi à lire des albums jeunesse tranquillement. Mon boulot est chouette, quand même !

En dehors de tout ça, j’ai plein d’envies, de projets, pour ma vie, pour mes blogs… mais pas toujours le temps de tout mener à bien !

Mais je voulais quand même vous parler d’un projet qui me tient à coeur : mon premier atelier Lire aux bébés pour Esprit Maman ! J’en parle en détails ici mais rapidement c’est un atelier destiné aux (futurs) parents pour leur expliquer l’intérêt de lire à des bébés, leur donner quelques conseils et leur parler des albums que j’aime. Si ça vous dit, le premier atelier a lieu le 21 septembre, le suivant le 19 octobre. Si ça vous dit, n’hésitez pas à me faire signe ou à réserver ici. (fin de l’autopromo !).

Rentrée

Sinon, j’ai aussi plein de mails à écrire, de rendez-vous à prendre, de trucs à organiser pour la rentrée. Des faire-part à plier et à envoyer. Et puis là, avant que le magicien ne se réveille de sa sieste, il me reste le linge à plier et la vaisselle à faire.

Alors je vais quand même essayer de revenir, histoire d’écrire au moins 1/10e des articles que j’ai envie d’écrire (Minka, je pense à toi !). Mais je ne sais pas dans combien de temps j’y arriverai…

Quoi de neuf sur fille d’Album ?

Ca faisait longtemps que je n’avais pas fait de récap’ des articles publiés sur Fille d’Album.

J’ai écrit sur les stéréotypes ordinaires qui font que dans les albums jeunesse, les garçons jouent au foot pendant que les filles se déguisent en princesse, et les mamans s’occupent de caliner les enfants. Sur un livre très caricatural sur les filles qui n’aiment que le shopping, les ragots et le rose. Sur les représentations caricaturales des filles et des garçons chez Fleurus.

Mais aussi, soyons positifs, sur des enfants qui jouent au foot tous ensemble, filles comme garçon. Sur un chouette album, A quoi tu joues ? De Marie-Sabine Roger et Anne Sol.

Et j’ai numérisé la plaquette de l’association Du côté des filles qui présente une passionnante analyse des représentations des hommes et des femmes dans les albums jeunesse.

Enfin, il y a eu des sélections de lien le 6 juillet, le 27 juillet, le 18 août, le 31 août et le 7 septembre.

Devenir parent, qu’est-ce que ça a changé ? (rencontre de parents parisiens des vendredis intellos)

J’en avais déjà un peu parlé, la première rencontre parisienne de parents (et futurs parents !) des vendredis intellos a eu lieu dimanche 29 juin. Cette première rencontre a d’abord été l’occasion de se rencontrer, autour d’un thé et d’un gâteau au chocolat. De mettre un prénom et un visage sur un pseudo ou un blog, comme Cleophis ou June Prune, ou de revoir Greenwitch que j’avais croisée aux rencontres 2013 à Lyon. On s’est rapidement sentis à l’aise (moi en tout cas !) et nous avons pu partager notre expérience, sur le sujet de la rencontre, mais aussi sur beaucoup d’autres sujets au hasard des digressions !

Les livres apportés pour l’occasion ont permis d’aborder différents aspects de la question.

  • Au secours je suis maman ! (couches, boulot, dodo, sexe et autres incompatibilités) de Gaëlle Renard (Editions Leduc, 2011) nous a permis de dire ce qu’être parent n’était pas à nos yeux : une suite de stéréotypes sur la façon dont nous sommes censé(e)s réagir, sur le fait que les pères sont incapables de changer une couche sans appeler leur femme au secours ou que pour avoir une sexualité épanouie, l’important est de perdre ses kilos de grossesse ! Il nous a aussi permis de réfléchir à l’utilisation du second degré ou de l’humour dans les livres pour (futurs) parents, qui se révèle parfois plus anxiogène qu’autre chose.
  • Le choeur des femmes de Martin Winckler (Gallimard, collection folio, 2011) nous a permis d’aborder le rapport à la médecine et aux médecins, et la difficulté de prendre ses propres décisions face aux professionnels de santé. Et ce, dans le cadre de la contraception et du suivi de la grossesse, mais aussi dans le rapport avec le pédiatre de nos enfants (vaccinations, alimentation…). Un article a été consacré à ce livre sur le blog des vendredis intellos ici. Moi, j’en avais parlé  (et c’est l’occasion de constater à quel point ma réflexion sur le sujet du suivi gynéco a évolué, au cours de ma grossesse et de mes lectures).
Devenir parent, qu'est-ce que ça a changé ? (rencontre de parents parisiens des vendredis intellos)
  • Du côté des petites filles d’Elena Gianini Belotti (Editions des femmes, 2009) nous a permis d’aborder les stéréotypes filles/garçons dans l’éducation et les moyens de lutter contre. Même si le texte date de 1973, force est de constater que les choses n’ont pas beaucoup changé. Nous avons aussi parler de trouver le bon équilibre entre nos convictions et les envies de nos enfants, du fait que la société joue également un rôle dans l’éducation des enfants. La fabrique des filles de Laure Mistral (Syros, 2010) dont j’ai déjà parlé sur Fille d’album et Contre les jouets sexistes (L’Echappée, 2007) dont j’avais fait un résumé (le premier article est ici) ont également été cités.
Devenir parent, qu'est-ce que ça a changé ? (rencontre de parents parisiens des vendredis intellos)
  • Les heureux parents de Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart (Thierry Magnier, 2009), un album pour enfants que j’avais déjà présenté sur les vendredis intellos ici. On a également noté une image d’allaitement, et même une image de tire-lait, chose rare dans les livres pour enfants.
Devenir parent, qu'est-ce que ça a changé ? (rencontre de parents parisiens des vendredis intellos)
  • Le prophète de Khalil Gibran (nombreuses éditions) et plus précisément ce passage consacré aux enfants :

Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit,

Parlez-nous des Enfants.

Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.

Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même,

Ils viennent à travers vous mais non de vous.

Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,
pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux,
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie;
Car de même qu’Il aime la flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable.

Ce texte nous a permis de rappeler que nos enfants ne nous appartiennent pas, même si nous avons la charge de nous occuper d’eux, car ils appartiennent à l’humanité dans son ensemble, que le rôle de parent est celui d’un accompagnateur et qu’il faut se méfier de vouloir leur transmettre notre façon de penser. Nos enfants sont en avance sur nous car ils sont déjà dans le futur et il est bon de prendre exemple sur eux. Sur les vendredis intellos, on trouve un article ici.

  • www.yapaka.be, un site de ressources en ligne sur la maltraitance des enfants.

Une nouvelle rencontre sera organisée en septembre, mais le lieu, la date et le thème restent à définir ! Si vous ovulez vous joindre à nous, c’est avec plaisir ! N’hésitez pas à m’envoyer un email à parents2.0 (a) gmail (point) com.

Quoi de neuf sur internet ?

Sur Fille d’Album, j’ai présenté un chouette album de Kitty Crowther, le football, et j’ai proposé des liens intéressants à propos des ABCD de l’égalité, de la sexualité dans les livres pour ados…

Sur le blog de l’association des vendredis intellos, vous pouvez retrouver le compte-rendu des rencontres 2013, “Co-éduquons !”. Pourquoi je vous en parle ? Déjà, parce que c’est passionnant. Et puis parce qu’à mon petit niveau, j’ai contribué à ce compte-rendu en mettant en forme, avec l’aide de Clem la Matriochka, les notes prises par Mia lors de la conférence.  Et là, je prépare un nouveau compte-rendu pour les vendredis intellos, beaucoup plus modeste celui-ci : celui de la rencontre des parents parisiens qui a eu lieu dimanche !

Et vous pouvez toujours me retrouver sur Facebook ou sur Twitter.

Quoi de neuf sur Fille d’album ?

Un peu en retard, la semaine a été mouvementée !

Deux fournées de lien, ici (conseils de séductions pourris pour les ados, ABCD de l’égalité, et de chouettes albums) et  (héro(ïne)s de BD, ABCD de l’égalité, et encore de chouettes albums).

Achats de livres pour enfants : dans une enquête Babelio, à la question “vos choix de livres diffèrent-ils selon que vous vous procurez un livre pour une fille ou pour un garçon ?”, 73,5% des gens répondent non. Si je m’en réjouis, j’ai quelques réserves sur ce résultat.

Et retrouvez-moi toujours sur Facebook et Twitter.

Quoi de neuf sur Internet ?

Double portion de stéréotypes cette semaine, d’abord une discussion avec une mère de famille à propos de l’histoire du soir puis un livre de conseil de séductions pour ados.

Une présentation de documentaires antisexistes chez Syros, pour les ados et les adultes aussi.

Et comme chaque semaine, plein de liens intéressants.

Et je me suis lancée (comme si je ne passais pas assez de temps sur internet), j’ai créé un profil Twitter. Ma première abonnée, c’est Mona Chollet, auteure de Beauté Fatale, je trouve que c’est plutôt la classe ! N’hésitez pas à me rejoindre ou à me suggérer, en commentaire, des profils à suivre ! Vous y êtes, vous, sur Twitter ?

Quoi de neuf sur internet ?

Cette semaine, sur Fille d’album, je me suis énervée devant un documentaire qui affirme que “les filles et les garçons ont des jeux différents” et j’étais contente de voir qu’un documentaire introduisait un peu de variété dans les représentations des métiers.

J’ai proposé plein de liens intéressants.

J’ai présenté un passionnant documentaire pour ados et pour adultes, la fabrique des filles de Laure Mistral.

Et puis vous savez sans doute que je participe depuis un moment aux vendredis intellos. Si je n’ai pas publié sur le blog récemment (j’ai du mal à trouver du temps pour tout faire…), je me suis lancée pour proposer une première rencontre d’un groupe de parents 2.0 parisien.

Voilà les détails, si vous êtes intéressés (il n’y a pas besoin de faire partie de l’association pour y assister) :

En quoi ça consiste ?
Se réunir entre parents pour discuter et concrétiser les échanges et rencontres amorcés sur internet, et en particulier sur le blog des vendredis intellos. L’idée c’est de proposer des rencontres régulières, autour de différents thèmes.
Pour cette première rencontre, je propose “Devenir parents, qu’est-ce que ça a changé ?”
Sur le blog des vendredis intellos, les articles doivent s’appuyer sur des livres, des articles… De même, pour les rencontres, si le thème vous fait penser à un passage d’un livre, à un article, ce serait super de l’apporter pour le faire découvrir aux autres et en discuter.
Quand ?
Je propose une première rencontre le dimanche 29 juin de 15h à 17h.
Où ?
Au restaurant “les 400 coups“, qui propose des goûters faits maison avec des jus de fruits frais, des pâtisseries faites avec des produits locaux… C’est un restaurant “kid friendly” donc on y trouvera un espace pour que les enfants jouent, des chaises hautes, transats…
C’est dans le 19e arrondissement, 12 bis rue de la Villette. On y arrive par la ligne 11, arrêt Jourdain, la ligne 7 bis arrêt Botzaris ou par le bus 26, arrêt Pyrénées / Belleville.
Et c’est à deux pas du parc des Buttes Chaumont.
Comment ?
Il faut que je prévienne le restaurant du nombre de personnes participant suffisamment à l’avance. Merci donc de m’indiquer si possible avant le 15 juin si tu viens et si tu es accompagné d’enfants !
Pour plus de renseignements ou pour venir, parents2.0paris (at) gmail (point) com

Quoi de neuf sur Fille d’album ?

Cette semaine, je suis partie du très chouette album “Une minute, Alfred !” de Virginia Miller pour parler des stéréotypes de genre. Le même jour, j’ai parlé ici même de cet album, afin de créer un lien entre mes deux blogs et de l’aborder à la fois avec mes yeux de féministe et avec mes yeux de mamans qui lit des histoires à son fils.

J’ai réuni des liens passionnants à propos de Blanche-Neige, de Picsou magazine, des amazones et de beaucoup d’autres choses, et j’ai mis en avant les ressources de la bibliothèque municipale de Lyon à propos de littérature jeunesse antisexiste, de genre, de représentation des filles dans la littérature jeunesse.

Et dès demain, on reparle d’édition genrée, ou comment Hachette transforme les collections de notre enfance (ou de l’enfance de nos parents).