Salon de Montreuil 2017

C’est un rituel, chaque année ou presque, je fais un *petit* compte rendu de mon tour au salon de Montreuil.

Cette année, j’y suis allée 3 fois : vendredi avec des amies, dimanche en famille et lundi pour la journée professionnelle. Repérage de nouveautés, (plein de) dédicaces, achats de cadeaux de Noël, visite de l’expo, spectacle, et intervention dans une table ronde, ça a été très riche !

IMG_8844

A Montreuil, il y a les livres qu’on découvre, qu’on achète. Mais aussi nos chouchous, ceux qu’on a lu cent fois, et qu’on emporte précieusement parce qu’on a repéré que les auteurs étaient présents.

Pour moi cette année c’était Ni poupées ni super héros de Claire Cantais, à la ville brûle que j’ai chroniqué en détails sur fille d’album. Dédicacé pour les enfants, pour les accompagner encore un peu plus dans leur liberté, le magicien, en ce moment, me demande souvent “hein on a le droit de faire ça quand on est un garçon ?”…

 

Pour le magicien, c’était la tribu qui pue d’Elise Gravel et de Magali Le Huche aux éditions les fourmis rouges (qui fait décidément de chouettes bouquins, et je ne dis pas seulement ça parce qu’ils éditent Emmanuelle Houdart ^^). C’est LE coup de coeur du moment à la maison et il est très fier d’avoir désormais Fanette dans son livre !

La tribu qui pue, c’est donc l’histoire d’une joyeuse troupe d’enfants très heureux de vivre entre eux, à poil, dans la nature. Mais la directrice de l’orphelinat est bien décidée à laver, habiller et faire rentrer dans les cases… C’est drôle, fin, super ! Une très bonne idée de cadeau de Noël !

 

Vous connaissez sans doute notre passion familiale pour Bulle et Bob ! La puce a choisi Bulle et Bob se déguisent “parce que c’est mon préféré !”. Ilya Green lui a décidé une magnifique Bulle, mais alors qu’elle lui rendait le livre, la puce s’est écrié “je veux Bob aussi !”.

Rien pour l’amoureux, mais depuis qu’il a eu sa propre dédicace de Oh non, Georges ! de Chris Haughton l’année dernière, il est comblé !

J’adore les dédicaces avec les enfants. J’adore la spontanéité avec laquelle ils parlent aux auteur·e·s (quand j’ai moi-même du mal à être à l’aise et à dire autre chose que “j’adore ce que vous faites !”).

Et puis il y a eu les achats…

IMG_8951

Oui, je sais, c’est franchement indécent… Mais cette année il y a beaucoup de cadeaux !

 

Celui-ci, à la recherche de la carotte bleue, les métiers de Sébastien Telleschi, c’est une découverte du magicien, qui commence à s’intéresser beaucoup aux livres jeux. Il a eu un coup de coeur sur le stand de little urban (qui a vraiment un catalogue super chouette, j’essayerai d’en reparler un peu ! En attendant, allez faire un tour sur leur site, d’autant plus intéressant qu’ils proposent de nombreux ateliers et activités en lien avec leurs albums). C’est bourré de détails et la carotte bleue n’est vraiment pas facile à trouver, ça va l’occuper un moment !

 

Un grand jour de rien de Béatrice Alemagna (Albin Michel Jeunesse) pour le magicien, parce que j’aime de plus en plus cette auteure, et qu’on a eu l’occasion de découvrir des originaux de cet album à l’exposition du salon, qui ont beaucoup intéressé le magicien. Dans cet album, un petit garçon se trouve coincé dans une maison de campagne, et n’a qu’une envie, jouer à tuer des martiens sur sa console. Jusqu’à ce qu’il se laisse emporter par toutes les possibilités que lui offrent l’extérieur. Les planches sont simplement magnifiques !

 

On aurait dit d’André Marois et Gérard Dubois (Seuil jeunesse), dédicacé par l’auteur (mais l’illustrateur n’était pas là malheureusement). Si ces illustrations rétro ne sont généralement pas ma tasse de thé, elles conviennent plutôt bien à cet album, qui est surtout un éloge de l’imagination des enfants, qui se laissent complètement embarquer dans leur histoire (non sans faire *quelques* dégâts dans la maison). La chute me fait beaucoup rire !

 

Le nouveau nid des petits marsus de Benjamin Chaud (Little Urban) fait partie d’une nouvelle série qui reprend en album jeunesse le célèbre héros de BD. C’est ultra mignon, plein de détails dans l’illustration comme toujours chez Benjamin Chaud. C’est le grand chouchou des enfants pour le moment, aussi bien du grand (5 ans) que de la petite (2 ans 1/2), parmi tous les livres rapportés du salon.

Et visiblement, les coussins avec les illustrations de Benjamin Chaud sont bien confortables pour faire une petite pause au milieu de la course du salon !

IMG_8915

L’ours qui ne rentrait plus dans son slip est un livre CD de Emilie Chazerand et Félix Rousseau de chez Benjamin média. J’en cherchais pour le magicien pour le “temps calme” de l’après-midi (quand sa soeur fait la sieste). Nous ne l’avons pas encore écouté mais les extraits que j’ai entendu, ce que j’ai vu en le feuilletant et le nom d’Emilie Chazerand dont j’ai adoré le dernier roman pour ados (la fourmi rouge chez Sarbacane) me font penser que ça va être très bien.

IMG_8970

J’ai déjà parlé un peu de ce documentaire pour préados et ados sur les règles par Elise Thiébaut et Mirion Malle chez la ville brûle ici. Je ne l’ai pas encore lu entièrement, mais j’ai apprécié les passages que j’ai lu et la diversité des représentations. Et j’en profite pour frimer avec mon nouveau tote bag avec lequel je me promène fièrement depuis quelques jours !

J’ai l’impression qu’on a beaucoup parlé de ce loup en slip de Wilfrid Lupano et Mayana Itoïz (Dargaud), mais si vous l’avez raté, il est hilarant ! Tout le monde dans la forêt est terrorisé par le loup (et tout un business s’organise, entre pièges à vendre et brigade anti-loup), mais il fait beaucoup moins peur avec son slip à rayures… On a cru qu’on ne réussirait jamais, avec Elise, à trouver le livre sur le salon, Dargaud n’ayant pas de stand, donc la dédicace est une grande victoire, merci à Sophie !

Chaque année, c’est mon rituel, je vais sur le stand de Minédition pour que l’éditeur me raconte une histoire, il a un don pour ça ! Et cette année, j’ai craqué pour trop grand, trop petit ! de Catherine Leblanc et Eve Tharlet, pour la puce qui a décidé qu’elle était grande et plus pikinote ! J’avais beaucoup aimé dans la même série est-ce que tu m’aimeras encore ? (sur l’amour inconditionnel des parents) et là voilà ! (sur l’arrivée d’une petite soeur) et là encore beaucoup de tendresse se dégage du dessin, alors je passe même sur la mère en tablier dans la cuisine.

Des fois, on a de la chance : on va voir la grande conteuse Catherine Zarcate (que vous pouvez par exemple découvrir ici), et on tombe aussi sur l’illustratrice du recueil, Irène Bonacina, qui nous fait un magnifique dessin ! Mes enfants sont ans doute un peu petits pour ce recueil, mais il contient un de mes contes préférés, le loukoum à la pistache.

Ce qui est chouette, au salon, c’est quand on découvre des albums qu’on ne pensait pas prendre, des illustratrices qu’on ne connaissait pas, en l’occurrence simplement parce qu’elle était à côté de Magali Le Huche en dédicace. Dans cet album, la retraite de Nénette (à l’école des loisirs), Claire Lebourg où elle invente une retraite libre à Nénette, orang-outang de la ménagerie du jardin des plantes qui y vit depuis 1972. La puce a été très marquée par sa visite à la ménagerie et a donc réclamé que ce livre soit pour elle, même s’il s’adresse à des plus grands.

Encore une découverte, cette fois grace au magicien qui s’est précipité sur ce livre-objet, le bout du bout de François David et Henri Galeron chez Motus (maison d’édition qui fait de la poésie et que je ne connaissais pas !). Un livre surréaliste, qui se déplie peu à peu, j’aime son côté un peu perché !

 

Et ensuite… les cadeaux !

Je n’ai malheureusement pas pu faire dédicacer Bergères Guerrières, de Jonathan Garnier et Amélie Fléchais, par manque de temps (j’avoue que j’ai aussi du mal avec les méthode de Glénat puisqu’il faut acheter un album sur le stand pour avoir un ticket dédicace, ce que je trouve très nul). Je n’ai pas encore lu cette BD d’aventure en entier, mais j’ai beaucoup apprécié ce que j’en ai lu et ça a été un gros succès chez Sophie et ses filles. Je suis donc sûre que c’est un super cadeau pour ma cousine de 8 ans !
IMG_8981

Pour les neveux de Paul, presque 3 ans et 5 ans, loup gris et la mouche de Gilles Bizouerne (Didier Jeunesse). J’aime beaucoup cette série “loup gris” et je trouve que celui-ci est le meilleur. Loup gris avale une mouche. Malheur, il se met à bzzzzozoter ! Quand il croise une araignée, il se dit qu’il va l’avaler, et qu’elle mangera la mouche dans son ventre, et que son souci sera réglé. Mais ça ne va pas aussi bien se passer… C’est un régal à lire à haute voix, et un de mes derniers gros succès à l’heure du conte à la bibliothèque : enfants comme parents étaient écroulés de rire !

Pour mon neveu de 6 mois, un de mes chouchous, un des livres qu’on a lu en boucle avec nos enfants bébés : bon voyage bébé ! de Béatrice Alemagna (Helium). Je l’aime tellement que j’ai eu du mal à ne pas mettre toutes les pages ! Le coucher décrit comme un départ en voyage, avec une grande délicatesse et le talent de Béatrice Alemagna. Et en plus, on évite les stéréotypes !

Autre chouchou, autre cadeau dédicacé pour mon neveu, les mains de papa d’Emile Jadoul (pastel), mon préféré de cet auteur ! J’en avais parlé ici.

Vous connaissez mon amour pour Ilya Green. C’est un incontournable de nos cadeaux de naissance. Pour le petit dernier de la famille, nous avons donc craqué pour son dernier album chez Didier Jeunesse, les petits amis de la nuit, un joli défilé de doudous qui accompagnent le coucher d’un tout-petit. Le jeu de mat et brillant est discret mais réussi.

Et encore du Ilya Green, en livre CD cette fois, pour un grand bébé d’un an ! Elle illustre les chansons de Ceilin Poggi et Thierry Eliez, accompagnés non pas des traductions des chansons mais de poèmes de Murielle Szac. On n’y trouve pas seulement du jazz puisque les reprises vont de Barbara Streisand à Stevie Wonder en passant par les Beatles. L’amoureux les a vu en concert avec les enfants à la librairie du quartier et a aussi craqué pour nos enfants qui l’écoutent chaque soir au coucher depuis. Personnellement, j’aime particulièrement sa reprise de isn’t she lovely.

Enfin, ma belle-soeur m’a demandé un roman à Noël. Et vous savez que j’aime beaucoup faire lire des romans ados aux adultes, j’ai donc fait dédicacer pour elle un de mes gros coups de coeur de l’année, là où tombent les anges de Charlotte Bousquet (chez Gulfstream), donc j’ai parlé longuement ici.

 

Mais le salon du livre, ce ne sont pas que des achats ! Et j’ai la chance d’avoir un fils aussi motivé que moi pour en profiter ! Alors on est allés voir la lecture chantée par Pascal Parisot de son dernier livre disque, Superchat, les souffrances du gros Werther, illustré par Roland Garrigue, chez Didier Jeunesse. Werther le ver de terre est en train de se dessécher sur une terrasse, en plein soleil…Heureusement que superchat va venir à la rescousse ! C’est décalé et drôle. Un bon livre CD à offrir là encore !

superchat

Et puis vous aurez compris depuis le début de l’article que je suis fan d’Ilya Green, mais j’ai une tendresse particulière pour Bou et les 3 zours d’Elsa Valentin (à l’atelier du poisson soluble), un livre d’une inventivité incroyable. Alors pouvoir l’écouter lue par l’auteure à l’occasion de sa sortie en livre CD aux éditions trois petits points, c’était vraiment chouette ! et ça a été l’occasion d’écouter aussi un futur album à paraître en mars, Zette et Zotte à l’usine, affaire à suivre.

Et puis au salon de Montreuil, il y a une expo, cette année sur la représentation des enfants. L’occasion de retrouver certain·e·s illustrateur·trice·s que j’adore : Béatrice Alemagna (photos 1 et 2), Benjamin Chaud (photo 3), mais aussi d’en découvrir d’autres. Cette année, Annabelle Buxton (photo 4 et 5) et Audrey Celleja, dont j’avais déjà vu passer des albums, mais sans y prêter assez attention (photo 6 et 7) J’aurais aimer vous en montrer plus, mais les originaux sont, bien évidemment, sous verre, et c’est quasiment impossible de prendre une photo potable.

Bon, je vais arrêter mon article fleuve ici, mais vous n’en avez pas fini avec le salon ! Déjà parce que j’ai eu la chance d’intervenir lors d’une table ronde sur la diversité (ou plutôt le manque de diversité) dans la littérature jeunesse avec Diariatou Kebe de l’association Divéka/Diversité & kids, Penda Diouf, responsable d’une bibliothèque à Saint-Denis et Sophie Agié de légothèque, et que j’en parlerai en détails sur fille d’album et puis j’ai aussi repéré plein de nouveaux titres, en particulier sur la diversité. Si je ne ferai pas un article de blog (ça me prend trop de temps), j’essayerai d’ajouter un lien vers le fil twitter.

Advertisements

D’un trait de fusain de Cathy Ytak

J’ai retrouvé le chemin du blog pour vous parler d’un de mes derniers coup de coeur. J’aimerais vraiment le faire plus régulièrement, mais c’est compliqué, non pas par manque d’idée ou d’envie, mais simplement par manque de temps !

D’un trait de fusain de Cathy Ytak, donc (Talents Hauts, 2017).

d'un trait de fusain

1992. Mary, Monelle, Julien et Sami sont lycéens dans une école d’art. En cours de dessin, leur modèle préféré s’appelle Joos. Il est jeune, libre et beau. 

Et j’ai du mal à compléter le résumé. A trouver l’équilibre entre ne pas trop en dire sur l’intrigue et en dévoiler suffisamment pour montrer le côté engagé du roman. Mais je ne pourrai pas parler correctement de ce livre sans parler de Sami et de Joos qui tombent amoureux. Sans parler du sida. Sans parler d’Act Up où Mary va finir par militer. Alors j’en dis sans doute un peu plus que d’habitude sur l’intrigue, en me disant que je savais tout ça avant de lire le livre et qu’à aucun moment ça ne m’a gâché la lecture.

Parce que ce roman m’a complètement embarquée. Je l’ai dévoré rapidement, j’ai été tour à tour amusée, émue, en colère. Dans la gentille dédicace qu’elle m’a faite, Cathy Ytak parle de rage et de douceur, et c’est tout à fait ça.

J’ai été très touchée par l’évolution de Marie-Ange tout au long du roman. Marie-Ange qui a grandit dans une famille de “vieux réacs”, étouffante, maltraitante.

“Il y a ces paroles encore marquées au fer rouge dans sa tête ; celles de son père, intimement persuadé que les filles ne valent rien, et celles de sa mère, encombrées de silence (…). Les yeux baissés, les cuisses serrées, la peur des hommes en héritage, la haine du corps en transmission.”

Marie-Ange qui ne rêve que de partir et qui compte les jours jusqu’à ses 18 ans. Qui va grandir tout au long de ce roman. S’affirmer. Devenir Mary.

Grandir avec et par les autres. Au cours d’un week end à Saint-Malo où soudain une amitié de lycéens devient beaucoup plus. Où quelques jours suffisent à les transformer.

Grandir aussi par le dessin, qui les réunit. Si Marie-Ange dessine au début des autoportraits, des “trucs repoussants” qui “diraient la douleur suffocante qui empêche de parler”, le dessin lui permettra aussi d’appréhender, de façon bien plus douce, le corps de l’autre.

C’est au travers du cadre précis d’un viseur ou cerné par destraits de crayon qu’ils se dévoilent d’abord. Concentrés, respectueux, tendus vers le meilleur rendu, le plus joli tracé, Pimpin et Mary s’apprivoisent, se caressent des yeux, font mine de ne pas s’apercevoir du trouve qu’ils provoquent chez l’autre et qui les envahit en retour. Et finissent par tirer les rideaux sur cette journée d’hiver. 

L’importance des autres pour changer soi-même, en particulier à l’adolescence, et la place de la pratique artistique m’ont évoqué ce qui m’avait plu dans 3000 façons de te dire je t’aime de Marie-Aude Murail.

 

Mais ici, les personnages grandissent aussi forcés par le sida qui entre dans leur vie, l’homophobie qui les laisse seuls face à cela. En se battant contre la maladie. En militant. En cachant leur combat à ceux qui ne comprendraient pas, au lycée, aux parents. La douleur et la colère sont là, au centre. Dévastatrices, mais qui donnent aussi l’énergie pour avancer, lutter, militer. Pour que les choses changent.

Elle aimerait expliquer à Monelle combien ses propres réflexions et colères ont trouvé un écho dans celles de ces luttes collectives, que ce soit à Act Up, Aides ou d’autres encore, qui se battent sans relâche.

Ne plus se taire. Et ne jamais baisser les bras.

Alors oui, elle aurait pu militer ailleurs. Ou ne pas militer du tout. Mais il y a eu Sami et Joos, et le sida sur leur parcours. Et c’est devenu toute sa vie, une vie d’adulte avant l’âge, peut-être, qui oscille sans cesse être la fête et le désespoir.

Impossible pour moi de parler de ce livre sans parler du magnifique film 120 battements par minute. Parce que je n’étais qu’enfant au début des années 90, je n’ai pas de souvenir d’Act Up à cette époque (mon premier souvenir de cette association, c’est un mariage homosexuel à Notre-Dame en 2005), et les images que le livre a évoqué, ce sont celles du film vu il y a quelques semaines. Cathy Ytak, ancienne militante, a écrit le roman avant ce film, mais elle fait elle-même le lien entre les deux sur son blog.

Dans l’un comme dans l’autre, on découvre cette “façon de militer, faite de rage et de rires, de couleurs, de mises en scène et d’images”. Ce mouvement permanent face à l’immobilité de l’hôpital et de la mort. Qui m’a emporté en tant que lectrice comme il m’a emporté en tant que spectatrice.

“S’habituer… S’habituer à passer du rire aux larmes en quelques secondes. De la plaisanterie la moins fine à la peur la plus forte. Avec la mort infiltrée. Mais sérieusement, quand on a dix-sept ou dix-huit ans, ça veut dire quoi, mourir, si on n’a rien vécu ?

 

Ce roman est publié dans une collection de romans historiques chez Talents Hauts, les héroïques. Pour moi, c’est l’époque de mon enfance, celle des cabines téléphoniques, du minitel et des walkman. Pour des ados d’aujourd’hui, c’était avant leur naissance. Et pourtant, ce livre est d’une actualité brulante. Act Up le rappelle.

Pour finir, cette chanson de France Gall, évidemment, évoquée dans le livre.

Et aussi les beaux articles sur ce roman de Bob et Jean-Michel, la mare aux mots, arcanes ouvertes

Après avoir écrit cet article, je me suis demandé si j’allais le publier ici ou sur Fille d’Album où il aurait sa place. Mais vu la façon dont j’en parlais, coup de coeur plus que réelle analyse des représentations, il me paraissait plus à sa place ici. J’ai cependant tenu à en dire quelques mots là-bas aussi.

Le handicap

Cet article et ceux à venir sont une adaptation de matinées de présentation et d’analyse d’albums à destination des professionnelles de crèche que nous organisons régulièrement avec des collègues. Elles sont thématiques, et nous en avons consacré une aux diversités, et une autre aux représentations des filles et des garçons, des hommes et des femmes dans les albums pour les tout-petits. J’ai commencé le compte-rendu de la première avec deux articles publiés sur Fille d’Album, rôle du père, rôle de la mère et diversité des familles.

Après avoir parlé de la diversité au sein des familles, nous avons parlé de diversité humaine, et tout d’abord de handicap, à partir de deux albums.

On n’est pas si différents, de Sandra Kollender et Claire Cantais (la ville brûle, 2015).

pas si différents

Ce livre n’est pas un album narratif. Il fait partie d’une collection de livres militants de la maison d’édition La ville brûle, “jamais trop tôt” qui a pour objectif de lutter contre les stéréotypes.

Il commence par cette introduction à destination des adultes :

“La publicité pour une célèbre pâte à tartiner chocolat-noisettes dit et répète qu’il faut beaucoup d’énergie pour être un enfant. C’est vrai. Et c’est vrai pour tous les enfants, même ceux que l’on ne voit jamais à la télé.

Qu’il soit né porteur d’un handicap ou qu’il le soit devenu, que son handicap soit physique ou mental, visible ou non, qu’il roule, boite, tâtonne, signe, tourne en rond ou culmine à 60 cm, rien n’interdit à un enfant de manger des tartines chocolatées, de rire, d’être heureux, d’être amoureux, de faire des bêtises, de râler… et surtout d’avoir des amis.

Au fil de ces pages, ni peur ni pitié, pas de bons ou de mauvais sentiments non plus, juste des enfants qui finalement ne sont pas si différents les uns des autres, et qui peuvent apprendre à se connaître pour mieux vivre ensemble.”

On y trouve tous les types de handicap : physiques, mentaux, sensoriels, etc. Le handicap est présenté comme un “truc en plus” et le livre met en avant le positif. Et montre que les enfants handicapés sont, comme tous les autres, des enfants qui vivent des joies, des bonheurs et ont des envies et des goûts bien affirmés. Et il y a beaucoup d’humour !

Cependant, le handicap n’est pas édulcoré, en particulier dans les illustrations. Il s’agit bien de montrer des enfants qu’on voit rarement de façon réaliste dans les albums pour enfants. L’illustratrice, Claire Cantais, a passé du temps dans un lieu d’accueil pour enfants handicapés pour trouver les bonnes postures et positions. Elle propose donc des portraits très réalistes dans un décor fait de collages.

J’en ai parlé en détail (et mis des extraits) ici.

Regarde en haut, de Jin Ho Jung (Rue du Monde, 2015)

regarde en haut

Une petite fille en fauteuil roulant après un accident de voiture se retrouve sur son balcon et regarde en bas, dans la rue, les gens qui continuent à passer sans lui prêter attention. Jusqu’à ce qu’un petit garçon la remarque…

Les illustrations en noir et blanc de ce livre sont aussi assez atypiques : le cadre est absolument fixe, le décor est répété à l’identique sur toutes les pages : arbres et pavés. L’auteur nous place au plus près de l’enfant, juste au-dessus d’elle, et nous fait voir ce qu’elle voit : une vue en plongée, de sa fenêtre, sur le monde qui s’agite en bas et ne soupçonne même pas sa présence. Elle, elle regarde souvent en bas, c’est une enfant solitaire, malgré elle. Nous, nous observons les 2 : l’enfant, et les gens. La vie sociale est en bas.

L’auteur nous demande d’aller vers l’autre, l’invisible ou le différent, et d’inventer notre moyen d’entrer en contact, selon notre personnalité. Et, au minimum, de tourner, ou lever la tête vers cet autre. La suite viendra sûrement, chacun trouvant sa façon d’entrer en contact.

Et quand ce contact se fait, la petite fille sourit puis la couleur apparaît, à la dernière page, par petites taches. Les arbres sont en fleurs. Comme un printemps ?

A découvrir aussi ici.

 

Je reviens vite avec la suite !

Là où tombent les anges

De Charlotte Bousquet, je connaissais la BD Rouge tagada et la série qui a suivi. Et puis une de mes anciennes collègues a posé là où tombent les anges sur mon bureau en me disant “je viens de lire ce bouquin, c’est un gros coup de coeur, et je suis sûre que tu vas adorer”. Et elle a eu raison.

là où tombent les anges

Solange, Lili et Clémence. En 1912, ces trois couturières découvrent la vie parisienne. Solange épouse Robert Maximilien, qu’elle n’aime pas et qui est tyrannique mais qui lui apporte un certain confort. Elle s’occupe de sa vieille tante maussade. Lili, audacieuse et joyeuse, se produit comme chanteuse dans les cabarets. Clémence, jeune ouvrière, tombe éperdument amoureuse de Pierre. Mais la guerre arrive…

« La France est en guerre. La France a besoin de ses généraux pour gagner, de ses hommes pour se faire tuer et de ses femmes pour fabriquer les armes. C’est un mécanisme bien huilé. Et ni les Pierre ni les Clémence ni les Lili ni les Solange ne sont assez puissants pour l’enrayer. »

On est immédiatement plongé dans ce début du XXe siècle. Les extraits de journaux ou d’écrits d’époque qui ouvrent les articles contribuent à nous mettre dans l’ambiance. On parle un peu du front, mais surtout de ce qui se passe à l’arrière.

Et donc, surtout, de ce que vivent les femmes. Des bourgeoises, des ouvrières d’usines de munition, des veuves de guerre, des artistes, des journalistes… Tout le monde se croise dans ce livre. L’alternance de narration à la troisième personne, d’écrits de journaux intimes, de lettres échangées entre elles ou avec leurs hommes aux front nous permet de comprendre chacune, avec leurs angoisses, leurs choix et leurs contraintes.

Je crois que depuis que nous avons lancé le groupe Maternités Féministes, je m’intéresse de plus en plus aux témoignages de femmes, au vécu des femmes. Et même si on est ici dans la fiction (avec l’apparition de quelques figures historiques), c’est ce qui m’a le plus plu dans ce livre : suivre l’évolution de ces femmes. En particulier de Solange, qui a fui un père violent pour se retrouver sous la coupe d’un mari abusif, mais qui peu à peu va trouver la force d’écrire sa propre voix. J’ai trouvé ce personnage superbe, et ne l’ai pas du tout lu de la même manière que cette lectrice.

Au delà des destins individuels, ce roman est passionnant sur la condition féminine à l’époque, sur l’émergence d’un mouvement féministe.

« Le problème, c’est qu’aucun de vos droits n’est acquis (…). Votre pays vous craint. Jusqu’à ce que la guerre éclate, vous n’étiez que de petits êtres fragiles et innocents. Quand les hommes sont partis, vous avez pris leur place : vous avez dévoilé votre jeu. Vous n’êtes ni frêles ni dépendantes. Et vous êtes aussi compétentes qu’eux. Si j’étais eux, je serais un peu effrayée, tout de même… »

Et a, je trouve, des échos forts avec ce que nous vivons aujourd’hui. Je pense par exemple à ce passage sur une grève des couturières et ce qu’en dit Solange : « Les quotidiens évoquent la grève des midinettes avec une bienveillance teintée de condescendance : “ruée joyeuse”, “envolée”, les couturières qui protestent contre la vie chère et le samedi chômé sont considérées comme de jolies oiselles par les journalistes, non comme de vraies manifestantes. (…). C’est vrai qu’elles sont jolies et pimpantes, les cousettes, mais cela m’agace de lire partout cela. En même temps, je crois que c’est pour elle la meilleure façon de gagner la sympathie des gens. Légères, gentilles et grévistes. Cela sonne moins austère et moins menaçant que “revendicatrices et rebelles”»

Mais il ne faut pas limiter ce roman à un exposé sur la condition féminine, c’est avant tout un texte où le souffle romanesque est puissant, où on s’attache aux personnages, où on tremble pour certains d’entre eux. J’ai été émue aux larmes à certains passages. Un roman qu’on a du mal à lâcher.

C’est un coup de coeur.

Et comme on me pose souvent la question de l’âge… Ce roman est publié dans une collection pour grands ados. Et je pense en effet qu’il n’est pas destiné à des ados trop jeunes, d’un part en raison de la violence présente dans le texte (viol, descriptions dures du front…), mais aussi parce qu’on suit des adultes, et non des adolescents, avec leurs questionnement d’adultes. Je pense qu’on peut le conseiller à partir de 14-15 ans, ainsi qu’aux adultes.

Si vous voulez en lire plus sur ce roman, voilà la chronique de Sophie Pilaire.

Du bruit dans l’art

Aujourd’hui, je vous parle d’un de mes imagiers chouchous : du bruit dans l’art d’Andy Guérif et Edouard Manceau (éditions Palette, 2014).

bruit dans l'art

Cet album a un principe tout simple : associer à une œuvre d’art (peinture, sculpture, photo, gravure…) à un son, une onomatopée. IMG_2278

Les imagiers de bruits marchent très bien avec les tout-petits. Chez nous, on a lu environ un million de fois le livre des bruits de Soledad Bravi. Notre exemplaire part en lambeaux  à force d’être manipulé. Alors je suis ravie de pouvoir proposer autre chose. Et je trouve ce livre beaucoup plus riche, malgré son principe très simple.

 

J’aime l’humour qui s’en dégage, une certaine impertinence aussi. Introduire l’art dans la vie des enfants, mais sans révérence obligée, dans un rapport amusé et amusant avec ces images.

IMG_2281IMG_2280

les petits touchent quasi systématiquement la page de droite : est-ce qu’elle est vraiment déchirée ? 

Les œuvres sont très variées, et proposent un sacré voyage à travers l’art occidental, du XIVe siècle à nos jours : certaines œuvres ont moins de 10 ans, les éditions Palette accordant une place importante à l’art contemporain. On y trouve des peintures, des sculptures, de la gravure, de la photo…  Seul défaut, à mes yeux : tous les artistes dont on découvre les œuvres sont des hommes. Pas une seule femme.IMG_2279

J’ai beaucoup lu ce livre à mes enfants ces derniers temps. Et il fait partie de ces livres qui peuvent plaire à des enfants d’âge différent. La puce, bientôt deux ans, savoure les bruits,. Au bout de quelques lectures, elle les anticipe et se marre.

Le magicien, lui, a une perception différente. Il se confronte d’avantage aux œuvres, s’étonne d’une locomotive qui sort de la cheminée (Magritte) ou demande pourquoi la scie est plus grande que les immeubles.

Bref, une belle entrée, ludique, dans le monde de l’art.

Mini-chroniques : contes détournés

J’ai enchainé deux lectures un peu au hasard, mais ça fait presque un article thématique, dis-donc !

ogre-princesse

l’ogre et sa princesse aux petits oignons de Sabrina Inghilterra (Didier Jeunesse)

Ventrerond, moitié ogre moitié humain, est passionné de cuisine, mais tellement pauvre qu’il ne peut plus s’acheter de quoi manger. Alors quand il apprend qu’il y a 20 000 galions d’or à gagner dans un concours de cuisine, il n’hésite pas, même si ça signifie retourner chez une mère peu aimante (euphémisme) et cuisiner une princesse, lui qui ne mange pas d’humains… Problème : la princesse ne le laisse pas indifférent…

Ce petit roman pour les 8-10 ans, très vite lu, mêle habilement les ingrédients du conte de fées traditionnel et l’ambiance topchef du concours de cuisine. C’est prenant, parfois drôle. Les péripéties s’enchaine un peu rapidement et facilement mais c’est un roman qui s’adresse aux plus jeunes.

Ella l’ensorcelée de Gail Carson Levine (école des loisirs)

ella-lensorcelee“Lucinda, cette idiote de fée, n’avait pas l’intention de me jeter un sort. Elle voulait me faire un cadeau. Comme j’avais pleuré désespérément pendant toute la première heure de mon existence, ce furent mes larmes qui lui donnèrent une idée. Hochant la tête et regardant ma mère d’un air compatissant, la fée me toucha le nez. – Mon cadeau sera l’obéissance. Elle sera toujours obéissante. Et maintenant, arrête de pleurer, mon enfant. Je m’arrêtai.” Ce cadeau s’avère être une véritable malédiction pour Ella qui est obligée d’obéir à tout ordre direct, quel que soit la personne qui lui donne, quelles que soient les conséquences.

Tous les ingrédients du conte de fée y sont : la fée marraine, le prince Charm, la marâtre et les méchantes belles-soeurs, le soulier de verre… Toutes les créatures surnaturelles aussi : ogres, centaures, elfes, etc.

Et pourtant, on est ici dans une aventure unique. Ella est courageuse, intelligente, même si un peu désespérée. C’est un beau personnage. Et surtout, j’aime la raison pour laquelle l’auteure a écrit ce livre : à l’occasion d’un atelier d’écriture sur le merveilleux, partie du conte de Cendrillon, elle s’est vite aperçue qu’elle n’aurait pas beaucoup d’affinités avec ce personnage sans défaut, imperméable à toute mauvaise pensée. C’est ainsi que Cendrillon est devenue gentille par obligation… et donc rebelle (source). Vous imaginez que ça a plu à mon côté féministe.

Bref, un régal à découvrir dès 10-11 ans, en l’empruntant à la bibliothèque puisqu’il n’est malheureusement plus disponible.

Mini chroniques de romans pour ados

Après la naissance de la puce, j’ai quasiment complètement arrêté de lire. Depuis 6 mois, je retrouve peu à peu le temps et l’énergie de lire des romans ados (les livres adulte, pas encore…). Mais pas celui d’en parler en détail ici. Alors je vous propose de vous dire juste quelques mots des romans que j’ai lu et dont j’ai envie de vous parler. Est-ce que ça vous plait, comme format ?

moi-aquaboys

Moi et les Aquaboys de Nat Luurtsema (Gallimard jeunesse, 2016)

Lou et sa meilleure amie, Hannah, ne vivent que pour la natation. Mais Lou rate une course décisive, alors qu’Hannah est sélectionnée pour intégrer un centre d’entrainement. Lou doit donc renoncer à son rêve et retourner seule au lycée où elle ne connait personne. Trop grande, gauche, elle au du mal à se faire de nouveaux amis. Jusqu’au jour où trois garçons du lycée (beaux et populaires, forcément) la recrutent pour les entrainer à faire une chorégraphie dans l’eau pour être sélectionnés à “incroyables talents” !

Une héroïne (et narratrice) maladroite, mais lucide et drôle. Des péripéties loufoques (se tromper d’enterrement, faire de la natation synchronisée dans un aquarium public, des castings compliqués). Un ton décalé et beaucoup d’humour. Il y a bien quelques retournements de situation un peu faciles ou prévisibles mais c’est un vrai plaisir de lecture. Mon préféré de cette mini sélection.

 

sauveur-filsSauveur & fils, saison 1 de Marie-Aude Murail (Ecole des loisirs, 2016)

J’adore Marie-Aude Murail. Vraiment. Oh, boy ! est un des meilleurs livres que j’ai lu, il réussit à me faire rire ET pleurer à chaque lecture. Miss Charity est un bijou.Alors j’attendais beaucoup de ce dernier roman. Et j’ai été déçue. J’aurais sans doute été moins dure si je n’avais jamais entendu parler de l’auteur.

Sauveur & fils, donc, c’est l’histoire de Sauveur Saint-Yves, psychologue, de ses patients adolescents et de sa vie privée (il élève seul son fils de 9 ans, Lazare).

On retrouve dans ce roman l’humour de Marie-Aude Murail, y compris quand les situations sont dures, ce que j’avais tant aimé dans Oh, boy !. On est pris par les histoires des patients. Certains passages m’ont vraiment régalée. J’ai aimé la relation entre le fils, Lazare, et son meilleur ami.

Et j’ai apprécié aussi que le héros soit noir et que le sujet du racisme soit abordé frontalement (est-ce que c’est toujours bien fait ? N’étant pas directement concernée, difficile de le dire).

Mais (parce qu’il y a un mais) j’ai trouvé que Marie-Aude Murail n’avait pas vraiment construit un roman, elle avait trouvé un prétexte pour aborder différents sujets qui l’intéressaient. L’intrigue tient en deux lignes, la résolution en est plutôt bidon et le fils qui écoute aux portes fait vraiment “mais si regardez y’a un lien au milieu de ce que je raconte”. Et même si individuellement, le vécu des patients en consultation est prenant, j’ai eu l’impression du “catalogue des sujets difficiles de l’adolescence et des sujets à la mode dans la littérature jeunesse engagée” : scarification, pédophilie, problème familiaux, familles compliquées, homosexualité des parents, transidentité… Trop d’accumulation.

Si vous voulez lire un article plus enthousiaste sur ce livre, allez par là.

Et sinon, je ne ferai qu’un commentaire sur la couverture : allez lire cet article.

 

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous et Ne retournez jamais chez une fille du passé de Nathalie Stragier (Syros, 2016)

jamais-fille-futurjamais-fille-passe

 

Andrea est intriguée par un groupe de filles près de son lycée. Quand elle en rencontre une, elle découvre qu’elle vient du futur, qu’elle était en voyage scolaire au Moyen-Age (notre époque, donc) et qu’elle a raté le trajet de retour ! Et ce qu’on découvre du futur est plutôt inquiétant sur notre époque…

Ces deux romans ont beau être des pavés, ce sont des page turner efficaces. Le dosage entre humour et action est bien dosé. Les personnages sont attachants : Andrea, mais aussi ses frères, son père… Le regard décalé de Pénélope sur notre époque est drôle, et nous pousse à la réflexion, même si elle reste légère et parfois un peu facile. Une partie importante de cette réflexion concerne les relations hommes/femmes, et ma collègue m’a donné ce livre en disant “le côté féministe va te plaire”, j’ai effectivement parfois souri mais j’ai trouvé que ça n’allait pas très loin… Mais ça s’intègre pas mal dans l’histoire, et servira peut être de départ de réflexion.

Le troisième tome, ne dites jamais jamais, arrive en avril.

Un article enthousiaste ici.

Et vous, vos dernières lectures ?

 

 

Devenir bibliothécaire

Vous avez un chignon, des lunettes et un chat et vous adorez dire chuuuuut ? Ou alors vous avez lu mon article précédent et vous voulez quand même être bibliothécaires ? Ou alors vous êtes juste curieux ? Aujourd’hui je vais vous parler conditions de travail, recrutement, etc.

Au quotidien, comment on travaille ?

  • Déjà, dans la plupart des cas, on travaille du mardi au samedi, parfois le dimanche, parfois tard en soirée.
  • On passe beaucoup de temps sur l’ordinateur, sur des listes de commandes, sur des tableaux Excel… Clairement notre quotidien ressemble plus à ça :

ordinateur

qu’à ça :

source

  • On travaille en équipe, la plupart du temps dans des bureaux communs (à part pour les postes de direction). Nous, à 3, on a un bureau pas fermé de 2 m2 et seulement 2 ordis, mais on est plutôt mal lotis.
  • En jeunesse, les rangements sont prévus pour les enfants. On porte des piles de livres, on se met accroupi pour les ranger, etc. Ca peut sembler anodin mais des collègues en fin de carrière ont du mal. Et quand j’étais enceinte je ne pouvais plus ranger certaines parties de la section.
  • On est polyvalents, on fait souvent des tâches très variées au cours d’une même journée. Et je trouve ça chouette (c’est souvent plus valable dans les petits établissements que dans les gros où les tâches sont parfois plus cloisonnées).
  • On est fonctionnaire. Avec ses gros avantages (sécurité de l’emploi, des congés souvent conséquents) et ses inconvénients (les collègues nuls ont aussi la sécurité de l’emploi, la nécessité de repasser des concours pour évoluer, sauf exceptions, la difficulté à faire bouger les choses, parfois, les petites aberrations de l’administration et de la politique municipale, etc).
  • On doit s’adapter. il y a beaucoup de nouveautés, souvent liés à l’informatique. On a souvent une image assez figée du métier, mais j’espère avoir réussi à vous montrer que ce n’est pas le cas. A titre d’exemple, je ne travaille que depuis 5 ans, mais depuis ont été mis en place à la bibliothèque le prêt de liseuses, le prêt de livres numériques, des ipads avec des applications pour enfants, une page Facebook, et je suis dans une bibliothèque plutot “traditionnelle”. Certains collègues s’occupent de jeux vidéos, de logiciels assez poussés… Outils qu’il faut donc connaître, maitriser dans une certaine mesure, etc. Dans certaines bibliothèques, il y a des automates pour le prêt et le retour des documents. Se lancer maintenant dans une carrière dans les bibliothèques en étant complètement rétif au numérique et à l’informatique me semble un peu compliqué. Des réflexions ont lieu pour faire de la bibliothèque un lieu de plus en plus convivial, moins guindé qu’on ne l’imagine souvent (la notion de troisième lieu était très à la mode quand je préparais les concours).
  • Le métier est souvent moins “pépère” qu’on l’imagine. Après, tout dépend comment on s’investit, mais personnellement j’ai souvent l’impression de courir au boulot !

 

On me demande souvent quels sont les intérêts / inconvénients du métier ?

Là je vais parler de mon point de vue, c’est propre à chacun.

Déjà, j’aime la littérature jeunesse, comme vous pouvez vous en douter. Alors j’adore acheter des livres jeunesse, j’ai toujours un peu l’impression que c’est Noël quand on grosse commande arrive, j’aime en lire, en parler, en conseiller. Mais du coup, je fais une bonne partie de cet aspect du travail en dehors de mes heures : je regarde les nouveautés quand je vais en librairie, je suis des blogs de littérature jeunesse de chez moi, je lis des romans ado pendant mes vacances… Je le fais parce que j’aime, mais en même temps je ne vois pas comment je pourrais faire mon boulot correctement sans ça.

Le boulot en jeunesse est un peu particulier dans l’importance des accueils de groupe mais c’est quelque chose qui moi me plait beaucoup (mais j’ai des collègues qui détestent et qui refusent d’en faire).

C’est un métier de service public, ce qui est à la fois un intérêt majeur (on est en relation avec les gens, et puis pour moi la notion de service public est importante) et parfois un inconvénient : il faut gérer les conflits avec les usagers (et les remarques condescendantes genre “vous êtes payés avec MES impôts” ou “j’ai un vrai travail MOI”) ou entre eux. Actuellement, je passe une bonne partie de mes journées de travail à faire la police et à rappeler le règlement de la bibliothèque à des groupes d’ados. Et alors qu’on imagine une bibliothèque comme un endroit silencieux, moi qui est un bureau ouvert sur l’espace jeunesse, je travaille dans un brouhaha quasi constant.

J’aime la possibilité de monter des projets différents, de pouvoir créer ou développer des fonds, travailler en partenariat avec d’autres professions (enseignants). J’ai la chance d’avoir beaucoup de libertés à ce niveau là. Même si, soyons francs, il faut composer avec une équipe et des budgets limités, et qui sont souvent en baisse ces dernières années. Les municipalités qui investissent vraiment dans la culture ne courent pas les rues…

Petit avantage : on a accès au quotidien à des collections super, on peut emprunter pleins de trucs,réserver les livres avant qu’ils soient mis en rayon, les intercepter au retour…

giphyMes sacs sont souvent un peu lourds quand je rentre du boulot…

Comment devient-on bibliothécaire ?

Là encore, je parlerai des bibliothèques municipales. Les bibliothécaires, quand ils sont titulaires, sont agents de la fonction publique territoriale, c’est-à-dire qu’ils ne dépendent pas de l’état mais le plus souvent d’une ville, parfois d’un département.

Pour cela, il faut passer des concours : celui de l’état pour travailler en bibliothèque universitaire, celui de territorial pour travailler en bibliothèque municipale et un concours spécifique pour travailler dans les bibliothèques de la ville de Paris. Il faut au moins une licence pour obtenir un concours de catégorie A, le bac ou un IUT métiers du livre pour un concours de catégorie B, le brevet ou un BEP ou un CAP pour les concours de catégorie C (sachant qu’en réalité, ceux qui obtiennent les concours ont souvent fait + d’études). Après un concours de catégorie A, il y a une formation à l’ENSSIB (école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques), les élèves étant rémunérés. Pour en savoir plus sur les différents concours, je vous laisse regarder cette brochure très bien faite.

En bibliothèque municipale, ce qu’il faut savoir c’est que seul le concours de la ville de Paris garantit un poste dans l’année qui suit le concours. Le concours de territorial permet seulement d’être inscrit sur une liste d’aptitude, il faut ensuite chercher un poste. Et si on ne trouve pas de poste en une période donnée, le bénéfice du concours est perdu.

On peut aussi travailler en bibliothèque sans concours, en étant contractuel ou vacataire. Les contrats sont alors plus précaires. Et on trouve en bibliothèque toutes sortes de contrats plus ou moins précaires ou de stages : contrats aidés, services civiques, stages… Pour les obtenir, il faut soit envoyer des candidatures spontanées soit répondre à des offres d’emploi. Biblioemplois recense les offres d’emploi contractuel, le site de l’ENSSIB propose tout type d’offres d’emploi, contractuel ou titulaire.

Les études

Il existe des formations spécialisées : DUT métier du livre, licence pro, master pro… Avec une licence, il est possible de faire le DUT métier du livre en un an au lieu de deux. C’est ce que j’ai fait, après un master de lettres classiques, et ça m’a permis d’avoir les concours de catégorie B dans la foulée. L’Association des Bibliothécaires de France propose une formation en un an. Mais ces études spécialisées, même si elles aident beaucoup, ne sont pas forcément indispensables.

On imagine souvent qu’il faut avoir fait des études littéraires pour travailler en bibliothèque, et c’est vrai que la majorité des bibliothécaire sont issus de filières littéraire ou d’histoire. Mais des profils différents sont appréciés, puisque les fonds sont variés. J’ai des collègues qui ont fait arts du spectacle ou même école de commerce. Certains se sont reconvertis (de l’éducation nationale, ou d’une banque privée…). Donc ne pas se penser exclu si on a fait autre chose que des lettres !

Voilà, je crois que j’ai fait à peu près le tour, n’hésitez pas en commentaire si vous avez des questions plus précises, j’essayerai d’y répondre au mieux ! A Paris, sachez aussi qu’il y a un centre de documentation sur les métiers du livre dans la bibliothèque Buffon et qu’ils ont un fil twitter.

Mais que fait un bibliothécaire de ses journées ?

On m’a posé dernièrement pas mal de questions sur le métier de bibliothécaire. Je vais du coup essayer de répondre à une partie d’entre elles ici.

bib-1

Ce qu’il faut savoir, déjà, c’est que “bibliothécaire” regroupe des postes très différents les uns des autres. Déjà, je parlerai ici uniquement de ce qu’on appelle dans notre jargon les bibliothèques de lecture publique, à savoir grosso modo les bibliothèques municipales, en opposition aux bibliothèques universitaires. Bibliothécaire est le mot générique, mais il regroupe déjà des grades et des responsabilités très différentes. Techniquement, là où je travaille, il y a une seule “bibliothécaire”, la cheffe d’établissement. Moi, je suis assistante spécialisée des bibliothèques. Et au même niveau de responsabilité, les postes peuvent être très différent selon si on travaille en adulte, en jeunesse, en discothèque. On peut travailler plutôt sur les collections, sur les animations, sur la communication… Donc il n’y a pas UN métier de bibliothécaire, il y a énormément de profils différents, et c’est un des intérêts du métier, d’ailleurs.

On imagine souvent notre métier tourné vers les livres, alors que c’est avant tout un métier tourné vers le public. Bien sûr, c’est toujours bien d’avoir lu les livres pour les conseiller ou pour les acheter, mais c’est impossible d’en lire une quantité suffisante, alors notre travail est d’être capable de savoir si un livre convient sans l’avoir lu, en faisant de la veille documentaire (regarder si on en parle dans la presse, si les livres de l’auteur marchent bien à la bibliothèque, si le sujet est intéressant pour nos usagers…). De même, ce n’est pas seulement un métier tourné vers la littérature : on peut travailler aussi, en vrac, sur les essais, les documentaires sur tous les sujets, les guides de voyage, les CD, les DVD, les applications, les jeux vidéos, les BD et les mangas… Les postes avec des compétences informatiques sont de plus en plus nombreux, afin de pouvoir proposer des formations et des ateliers au public.

Le travail sur les collections :

C’est la partie à laquelle les gens pensent en général, sans imaginer forcément le temps que cela prend. La première étape est de choisir et d’acheter des livres. Il faut donc suivre de près les nouveautés. Les bibliothèques sont souvent aidées par un “office” : des nouveautés leurs sont envoyées automatiquement par leur fournisseur et les bibliothécaires font leur choix. Comme je le disais, impossible de tous les lire, alors il faut trouver d’autres critères (si la presse en parle, si les livres de cet auteur marchent bien, si on a besoin de livre sur le sujet…) et toujours faire ces choix en fonction du public. Régulièrement, je n’achète pas pour la bibliothèque des livres que je trouve géniaux parce qu’ils ne sont pas adaptés pour le public. Il faut également penser en terme de budget, de collection, d’équilibre entre les différents fonds. Chaque bibliothèque a un projet d’établissement plus ou moins clairement établi et privilégie certains domaines/types de documents/niveaux de lecture.

Quand ils arrivent à la bibliothèque, il faut ensuite les équiper (les couvrir, mettre les étiquettes qui indiqueront où le ranger, les antivols, etc) et les cataloguer.

livres

Il faut ensuite faire vivre les collections, par le conseil, mais aussi la mise en valeur, en proposant des sélections, des tables thématiques, des bibliographies… Et il faut ranger les livres empruntés et rendus, les livres dérangés dans la bibliothèque… Ce qui nous prend à tous plusieurs heures par semaine. En jeunesse, ça s’apparente au châtiment de Sisyphe : la tâche est sans cesse à recommencer car les enfants petits et leurs parents remettent les livres n’importe où.

rangement

Il faut entretenir les collections : réparer les livres abimés par exemple.

Enfin, il faut se débarrasser d’autant de livres que ce qu’on achète, car les murs de la bibliothèque ne sont pas extensibles. On appelle ça le pilon ou le désherbage. On retire des collections les livres en trop mauvais état, ceux qui ne sont jamais empruntés, ceux qui sont obsolètes ou vieillots… On travaille pour ça à partir de tableaux statistiques. On passe alors nos journées sur des trucs qui ressemblent à ça :

bd

Et disons clairement LE truc qui choque toujours tout le monde : une grande partie de ces livres sont jetés, détruits. J’ai même bossé dans une ville où ils étaient brulés. Chaque année, j’en balance plusieurs centaines sans état d’âme. Notre boulot c’est de proposer une collection de livres d’actualité, pertinents et en bon état. Nous ne faisons pas du tout un travail de conservation.

Le service public

C’est le plus visible. Ce sont les heures que l’on passe à faire du prêt et du retour de documents, à répondre au téléphone, à inscrire les gens, à les aider à trouver les livres qu’ils cherchent, à les conseiller… Mais aussi à faire la police, à demander au mec qui téléphone de sortir, à indiquer où sont les toilettes, où est la station de métro la plus proche, à aider un gamin pour son exercice de maths, à faire une photocopie pour rendre service à un lecteur, à se faire engueuler pour x ou y raison

On est responsable de la bonne cohabitation des différents publics. Par exemple, notre bibliothèque est fréquentée par des groupes d’ados qui n’ont pas les moyens d’aller au café qui cherchent un endroit pour discuter. Il faut essayer de trouver une solution pour les accueillir sans qu’ils gênent les gens qui travaillent ou les familles qui viennent avec des petits.

Mais on ne fait pas QUE ça, et oui on est là et on bosse quand la bibliothèque est fermée au public.

Les accueils de groupe et les animations

En jeunesse, les accueils de groupe occupent une part fondamentale de notre travail. Là où je travaille, on y consacre au moins 50% de notre temps, entre les accueils eux-même, leur préparation, les échanges avec les enseignants, etc. On reçoit des classes de maternelle et de primaire, des crèches, des auxiliaires parentales, des parents et leurs bébés qui viennent avec la PMI, des groupes d’enfants handicapés, des professionnelles de crèches que l’on forme… D’autres bibliothèques accueillent aussi des groupes de FLE, des groupes de personnes âgées, des collégiens et des lycéens, des associations, etc. On travaille alors en partenariat avec les structures du quartier (école, crèches, associations, etc). L’objectif étant la plupart du temps d’amener un nouveau public à découvrir et à fréquenter la bibliothèque. Certains bibliothécaires sont spécialisés dans des types d’accueils (moi, c’est la petite enfance : crèches, bébés avec leurs parents, professionnels de la petite enfance…).

Les animations concernent toutes les sections et peuvent être très très variées : lectures, concerts, conférences, spectacles, mais aussi par exemple initiation au tricot, jeux de société, ateliers scientifiques, utilisation d’une imprimante 3D, compétition de jeux vidéos, danse, etc. Il faut alors trouver quelle animation faire, l’organiser, l’annoncer, la préparer, faire un bilan, etc. Dans certaines bibliothèques, une personne s’occupe spécifiquement de ça (on parle de “responsable de l’action culturelle”), dans d’autres, c’est réparti au sein de l’équipe et tout le monde y participe.

La communication

Cela prend de plus en plus de place dans notre travail. Il faut informer les lecteurs de ce qui se passe à la bibliothèque, donc on fait des affiches, des tracts, des lettres d’infos… Certaines bibliothèques sont également présente sur les réseaux sociaux, et cela prend beaucoup de temps pour s’en occuper. Certaines bibliothèques ont là encore une personne chargée de la communication (souvent celle qui s’occupe aussi de l’action culturelle), mais c’est pas toujours le cas.

Le travail administratif

On le voit moins, et pourtant il nous occupe beaucoup ! On remplit plein de tableaux, on rédige des projets, on fait des bilans et des compte-rendus que personne ne lit. On gère nos mails (j’en reçois environ 150 par semaine). On gère des planning d’accueil, de service public. On assiste à des réunions. On gère un budget et on fait des comptes…

 

Voilà pour un petit aperçu, qui sera peut être complété un peu. Vous pouvez aussi lire cet article où je racontais comment j’organisais mes journées au quotidien. Je prépare un autre article plus concret sur les conditions de travail, comment on fait pour devenir bibliothécaire, etc.

 

Salon de Montreuil 2016

Je vous parle un peu de ma visite et de mes découvertes de l’année au salon de Montreuil ? J’y ai passé presque deux journées complètes cette année. La première entre adultes, avec Elise du Bar à petits pots (que j’ai rencontrée au salon l’année dernière et qui est devenue une amie, ce salon c’est chouette pour ça aussi!) et @Lscw. Et la deuxième avec le magicien que j’emmenais pour la première fois au salon (je ne compte pas la fois où il avait 6 mois!).

img_3763

Au salon de Montreuil, je suis un peu comme l’accro du shopping dans un grand magasin de vêtements. Je cours partout, et même si avant je me promets d’être raisonnable, ça ne marche jamais et les achats s’accumulent ! Et si je compare avec les éditions précédentes, je me rends compte que c’est de pire en pire ! Voici donc une partie (!) de mon butin :

img_3819

(manquent les cadeaux, pas très nombreux cette année, la petite poule rousse de Pierre Delye et Cécile Hudrisier que le magicien s’est empressé d’emporter à l’école et c’est qui le petit ?, un livre de photos de Corinne Dreyfuss aussi intéressant que beau).

Deux journées assez différentes. La première entre adultes passionnées, ce qui est VRAIMENT chouette puisqu’on a pu se faire découvrir mutuellement nos chouchous. Et qu’avec Elise, on avait programmé… exactement les mêmes dédicaces ! Et puis Elise a le chic pour entamer la conversation avec tout le monde, du coup on a discuté avec des gens super sympas, c’était vraiment cool !

La deuxième devait, initialement, n’être qu’un saut au salon, avec le magicien, pour voir Nathalie Tual chanter Bulle et Bob se déguisent. En tant que grands fans depuis des années, on ne pouvait pas rater ça !

img_3806

On a adoré le spectacle, chanté en choeur et frappé dans les mains, et j’ai même été sacrément émue (oui la mère qui a les larmes aux yeux pendant la chanson sur le papi qui est parti, c’est moi ! mais j’étais pas la seule d’abord).

Je voulais ensuite proposer au magicien de se faire dédicacer un livre pour voir l’auteur dessiner, puisque cette année, pour la première fois, il semblait s’intéresser aux dédicaces des livres que j’avais rapporté. Il a donc choisi la petite poule rousse de Pierre Delye et Cécile Hudrisier, parce qu’ils travaillent sur ce conte à l’école et qu’il était content d’en découvrir une nouvelle version. Je pensais qu’ensuite il en aurait marre. Et j’ai été surprise de voir que pas du tout. Qu’il en demandait encore, et encore, et encore, qu’on a visité l’expo, fait faire plein de dédicaces, lu des livres et des livres et des livres… (il faut dire que je disais oui dès qu’il voulait un livre, en gros, donc il en a profité!).

On me posait la question des enfants au salon. J’étais franchement négative avant, sauf dans un but précis comme un spectacle, je le suis un peu moins du coup. Mais il faut quand même dire qu’il y a beaucoup beaucoup de monde, du bruit, qu’on piétine, qu’on attend beaucoup pour les dédicaces et que c’est dur pour un enfant. Il était vraiment crevé à la fin. Et moi j’ai du me consacrer à lui à 100%. Lui lire des histoires pendant les files d’attentes, ne pas râler quand, alors que c’est notre tour pour une dédicace, il décide que c’est le moment d’aller aux toilettes et que non non non il ne peut pas attendre. Ce que j’ai fait de bon coeur, mais j’aurais été très frustrée si ça avait été ma seule visite au salon.

img_3790

Cette année, les deux fois, j’ai privilégié les dédicaces. Beaucoup plus que les années précédentes. Je n’ai pas pu assister à des conférences, rencontres ou à la journée professionnelle. Ca a été un Montreuil beaucoup moins “pro” et beaucoup plus familial que les années précédentes (tout le monde a eu sa dédicace, même Paul !). Et c’était chouette aussi.

L’exposition de l’année s’intitulait la règle et le jeu et mettait en avant des albums atypiques, jouant sur l’objet livre “deux plans qui forment un coin dans lequel on peut s’installer” (Marion Bataille). Les livres qui se déplient de Warja Lavater, qui a “codé” les contes de fées. Les pop up hors du commun de Marion Bataille (ABC3D et Numéro). La délicatesse du Voyage d’hiver d’Anne Brouillard où on suit un train. Le livre jeu prendre et donner de Lucie Félix (cadeau de Noël idéal pour un enfant de 2-3 ans, au passage). On pouvait manipuler les livres, ce qui donnait un caractère vraiment interactif à l’expo qui a beaucoup plu au magicien. Personnellement, j’y ai retrouvé beaucoup de livres que je connaissais et j’ai regretté que certains livres fragiles soient vraiment abimés le dimanche, ce qui gâchait un peu la manipulation. Mais j’ai fait une superbe découverte. Dont je vous parlerai demain. Parce que comme d’habitude j’ai été trop bavarde donc je ferai un 2e article sur mes découvertes, mes coups de coeur, mes dédicaces et mes achats !