Là où tombent les anges

De Charlotte Bousquet, je connaissais la BD Rouge tagada et la série qui a suivi. Et puis une de mes anciennes collègues a posé là où tombent les anges sur mon bureau en me disant “je viens de lire ce bouquin, c’est un gros coup de coeur, et je suis sûre que tu vas adorer”. Et elle a eu raison.

là où tombent les anges

Solange, Lili et Clémence. En 1912, ces trois couturières découvrent la vie parisienne. Solange épouse Robert Maximilien, qu’elle n’aime pas et qui est tyrannique mais qui lui apporte un certain confort. Elle s’occupe de sa vieille tante maussade. Lili, audacieuse et joyeuse, se produit comme chanteuse dans les cabarets. Clémence, jeune ouvrière, tombe éperdument amoureuse de Pierre. Mais la guerre arrive…

« La France est en guerre. La France a besoin de ses généraux pour gagner, de ses hommes pour se faire tuer et de ses femmes pour fabriquer les armes. C’est un mécanisme bien huilé. Et ni les Pierre ni les Clémence ni les Lili ni les Solange ne sont assez puissants pour l’enrayer. »

On est immédiatement plongé dans ce début du XXe siècle. Les extraits de journaux ou d’écrits d’époque qui ouvrent les articles contribuent à nous mettre dans l’ambiance. On parle un peu du front, mais surtout de ce qui se passe à l’arrière.

Et donc, surtout, de ce que vivent les femmes. Des bourgeoises, des ouvrières d’usines de munition, des veuves de guerre, des artistes, des journalistes… Tout le monde se croise dans ce livre. L’alternance de narration à la troisième personne, d’écrits de journaux intimes, de lettres échangées entre elles ou avec leurs hommes aux front nous permet de comprendre chacune, avec leurs angoisses, leurs choix et leurs contraintes.

Je crois que depuis que nous avons lancé le groupe Maternités Féministes, je m’intéresse de plus en plus aux témoignages de femmes, au vécu des femmes. Et même si on est ici dans la fiction (avec l’apparition de quelques figures historiques), c’est ce qui m’a le plus plu dans ce livre : suivre l’évolution de ces femmes. En particulier de Solange, qui a fui un père violent pour se retrouver sous la coupe d’un mari abusif, mais qui peu à peu va trouver la force d’écrire sa propre voix. J’ai trouvé ce personnage superbe, et ne l’ai pas du tout lu de la même manière que cette lectrice.

Au delà des destins individuels, ce roman est passionnant sur la condition féminine à l’époque, sur l’émergence d’un mouvement féministe.

« Le problème, c’est qu’aucun de vos droits n’est acquis (…). Votre pays vous craint. Jusqu’à ce que la guerre éclate, vous n’étiez que de petits êtres fragiles et innocents. Quand les hommes sont partis, vous avez pris leur place : vous avez dévoilé votre jeu. Vous n’êtes ni frêles ni dépendantes. Et vous êtes aussi compétentes qu’eux. Si j’étais eux, je serais un peu effrayée, tout de même… »

Et a, je trouve, des échos forts avec ce que nous vivons aujourd’hui. Je pense par exemple à ce passage sur une grève des couturières et ce qu’en dit Solange : « Les quotidiens évoquent la grève des midinettes avec une bienveillance teintée de condescendance : “ruée joyeuse”, “envolée”, les couturières qui protestent contre la vie chère et le samedi chômé sont considérées comme de jolies oiselles par les journalistes, non comme de vraies manifestantes. (…). C’est vrai qu’elles sont jolies et pimpantes, les cousettes, mais cela m’agace de lire partout cela. En même temps, je crois que c’est pour elle la meilleure façon de gagner la sympathie des gens. Légères, gentilles et grévistes. Cela sonne moins austère et moins menaçant que “revendicatrices et rebelles”»

Mais il ne faut pas limiter ce roman à un exposé sur la condition féminine, c’est avant tout un texte où le souffle romanesque est puissant, où on s’attache aux personnages, où on tremble pour certains d’entre eux. J’ai été émue aux larmes à certains passages. Un roman qu’on a du mal à lâcher.

C’est un coup de coeur.

Et comme on me pose souvent la question de l’âge… Ce roman est publié dans une collection pour grands ados. Et je pense en effet qu’il n’est pas destiné à des ados trop jeunes, d’un part en raison de la violence présente dans le texte (viol, descriptions dures du front…), mais aussi parce qu’on suit des adultes, et non des adolescents, avec leurs questionnement d’adultes. Je pense qu’on peut le conseiller à partir de 14-15 ans, ainsi qu’aux adultes.

Si vous voulez en lire plus sur ce roman, voilà la chronique de Sophie Pilaire.

Maternités féministes

Je parle peu de féminisme sur ce blog. Mais celles et ceux qui me connaissent ou me suivent sur Fille d’Album savent que je le suis et que je m’intéresse en particulier au féminisme en ce qui concerne la maternité, le partage des tâches éducatives, l’éducation non genrée…

Il y a quelques temps, je postais ça sur twitter : “Et sinon, j’avais envie de lancer un projet sur la maternité et l’éducation d’un point de vue féministe. L’idée ne serait pas de faire de la théorie mais de parler du concret, de comment on s’y prend au quotidien en tant que féministe. Est-ce que certaines d’entre vous seraient partantes pour participer ?”.

J’avais posté ça sans vraiment y réfléchir ou le conceptualiser, sans savoir ce que ça allait donner. Je pensais à peut être quelques articles à publier ici… Et en fait j’ai eu plein de réponses. Des réponses enthousiastes. Et ça a été une belle émulation. Alors on a créé un blog consacré à ce projet.

Il est là  : Maternités féministes

Et j’en suis drôlement fière. Le Manifeste du blog est à mes yeux un petit bijou.

Il y a un compte twitter associé aussi, qui donne la parole à des mères féministes, lance des débats, des échanges… C’est @MereFeministe et ça s’annonce passionnant.

Si ça vous dit, n’hésitez pas à nous y rejoindre !

 

Alors ces derniers temps, j’ai consacré pas mal de temps à ce nouveau projet. Et je suis un peu dispersée, sur internet, entre Twitter, instagram, Fille d’Album, etc.  Mais je n’oublie pas ce blog. Mes envies d’article s’empilent, les livres dont j’ai envie de vous parler aussi. Alors promis, je reviens très vite !

Consentement dans la relation soignant/soigné

Vous avez peut être déjà entendu parler de la campagne contre les touchers vaginaux sous anesthésie générale. Si ce n’est pas le cas, en voilà un bref résumé : un document de l’université Lyon I indique que les touchers vaginaux peuvent être appris “au bloc sur patiente endormie”. Aux questions légitimes concernant le consentement de la patiente, ou plutôt son absence, on a répondu que ça n’avait jamais existé. Pourtant les témoignages existent et le mépris de certains médecins fait froid dans le dos. Et la doyenne de l’université Lyon I a commencé par dire “On pourrait effectivement demander à chaque personne l’accord pour avoir un toucher vaginal de plus mais j’ai peur qu’à ce moment-là, les patientes refusent.”

Clara de Bort, directrice d’hôpital, Marie-Hélène Lahaye, du blog Marie accouche là et Mme Déjantée, présidente des vendredis intellos, ont alors décidé de rédiger une tribune afin d’interpeler la ministre de la santé sur ce sujet. Vous pouvez trouver un résumé de cette histoire et des différentes réactions sur le site des vendredis intellos en deux parties, ici et , ainsi que la chronologie des différentes actions par Clara de Bort ici et . Vous ouvez également signer cette pétition qui reprend le texte de la tribune et qui est adressée à Marisol Touraine, ministre de la santé, et Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche.

La réaction qui m’a le plus agacé, de la part de certains médecins, c’est “si on arrête, on ne pourra plus se former correctement”. Je pense que l’immense majorité des femmes est d’accord pour participer à la formation des médecins de demain A CONDITION QU’ON LEUR DEMANDE !! Personnellement, le jour de mon accouchement, j’ai accepté sans souci que les touchers vaginaux soient faits en double, par une étudiante puis par la sage femme. Quant à celles qui refuseraient, c’est leur droit !!

Au delà du seul cas du toucher vaginal (ou rectal) sans consentement sous anesthésie générale, on peut se poser beaucoup plus largement la question du consentement en médecine. Ma première réaction, quand je m’interroge sur la question, c’est de me dire que j’ai eu de la chance. Ma première gynéco a pris le temps de m’expliquer (sans le pratiquer les premières fois) ce qu’était un examen, un frottis, le fonctionnement de la pillule (bon, elle refusait quand même de poser un stérilet à une nullipare…)… J’ai été suivie, lors de ma première grossesse, par une équipe super, et je refais ici l’éloge de la maternité des Lilas (toujours menacée de fermeture…). J’y ai refait un petit séjour il y a quelques jours (rien de grave) et j’ai à nouveau pu apprécier l’équipe de la maternité, et le respect pour les patientes. Un simple exemple : les gens qui frappent au porte avant d’entrer et le refus qu’une nouvelle personne entre pendant un examen. Et un protocole qui prend en compte le ressenti de la patiente et pas seulement les relevés du monitoring.

Mais je me suis rendue compte peu à peu que ce que je considérais comme des évidences n’en sont pas. Que pour avoir droit à la même chose, certaines de mes proches ont du se battre. Des anecdotes, j’en ai malheureusement beaucoup trop. Ma belle soeur qui dit qu’elle envisage d’accoucher sur le côté et la gynéco qui lui répond “n’importe quoi, c’est un délire de sage-femme, pourquoi pas sans péridurale tant que vous y êtes ?”. Une copine de blog qui refuse un examen mais que le médecin décide de lui faire quand même parce que de toute façon elle est anesthésiée elle ne peut pas bouger. Ma tante qui doit se battre pour mettre ses filles au monde par voie basse parce que “avec des jumelles, une césarienne c’est mieux”. Ou le témoignage d’une sage femme, dans une clinique privée, qui doit impérativement appeler l’obstétricien pour l’accouchement, et l’obstétricien qui utilise automatiquement les forceps, même quand c’est inutile. Les anecdotes rapportées sur twitter avec #PayeTonUtérus font également souvent froid dans le dos.

Pour toutes ces femmes, Anne-Charlotte Husson, du blog Genre!, et les trois initiatrice de la tribune citée plus haut ont créé le tumblr “je n’ai pas consenti” et le hashtag correspondant sur twitter. Parce que je ne devrais pas considérer que j’ai eu de la chance. Parce que le consentement de chaque femme doit être pris en compte.

Et un consentement qui doit être éclairé, c’est-à-dire précédé d’une information complète. Quand la seule information que donne l’anesthésiste sur la péridurale c’est “la péridurale, c’est bien, ça ne sert à rien d’avoir mal et elle facilite l’accouchement”, puis “c’est mieux pour la mère et pour le bébé”, peut-on parler de consentement éclairé? Quand un pédiatre, en fin de rdv, me dit “j’ai fait l’ordonnance pour le BCG qu’on fera la prochaine fois” sans aucune explication, peut-on parler de consentement élcairé ? J’ai la chance d’avoir pu bénéficier par ailleurs des informations nécessaires pour que je puisse prendre ma décision, mais le médecin n’a pas joué son rôle à ce moment là.

Autre aspect des choses que j’avais envie d’aborder ici. Je suis entourée de médecins et de personnel soignant, que j’ai cotoyé aussi pendant leurs études. Mon mari est infirmier. Il travaille depuis quelques années au bloc opératoire. Je ne veux pas diaboliser la réalité, la plupart des médecins et du reste du personnel sont respectueux, mais les excès arrivent, et ne sont pas isolés. Pas de gestes invasifs comme des touchers vaginaux, mais des plaisanteries de mauvais gout sur des patients, un chirurgien qui opère alors que c’est un autre chirurgien qui est censé le faire, l’ensemble d’une équipe qui défile pour venir voir le sexe opéré d’une transexuelle, voire des erreurs médicales cachées aux patients, il en a été témoin. Et une fois dans “l’ambiance” du bloc, il est parfois difficile de prendre suffisamment de recul pour se rendre compte que non, ce n’est pas acceptable. Il souligne également qu’il y a souvent entre médecins une “solidarité déplacée” qui les poussent à ne pas dénoncer les erreurs ou problèmes éthiques de leurs collègues. C’est pour ça qu’à mes yeux il est fondamental que des patients, des non médecins s’intéressent à ce qui se passe dans les hopitaux et aient leur mot à dire. Pour aider le personnel soignant à prendre du recul. En respectant le travail des médecins, et en prenant en compte que ce sont malheureusement parfois leurs conditions de travail qui les poussent à des actes problématiques. (c’est moins le cas au bloc, j’ai l’impression, mais dans les services, les actes sont parfois faits à la chaine, sans les explications et le respect nécessaire, par manque de temps).

Voilà ce que j’avais à en dire mais vous pouvez également trouver sur différents blogs des témoignages de soignants sur l’apprentissage du toucher vaginal ou rectal ou sur le consentement, que ce soit une sage femme, une externeun autre externe, ainsi que les réactions d’autres blogueuses comme A contrariola mite orangeune jeune idioteSandrine Donzel, etc.

Le magicien, son super papa et moi !

Je vous parle souvent de la super relation entre le magicien et son papa. Un papa qui s’en occupe autant que moi, au quotidien. Qui s’en est occupé 3 jours par semaine pendant près de 2 ans, et qui conserve, avec notre nouvelle organisation, sa journée en tête à tête avec son fils pendant que je travaille.

J’avais consacré un article au magicien et de son papa il y a longtemps. Les choses ont bien changé depuis…

Aujourd’hui, c’est lui qui prend la parole sur le blog et qui vous parle de son quotidien de papa :

Le magicien, son super papa et moi !

“J’avais 28 ans, jeune marié, installé depuis peu avec ma femme, et c’est arrivé, un peu par surprise, une bonne surprise! J’y pensais, mais je ne m’y étais pas vraiment préparé, mais finalement on n’est jamais vraiment prêt. Et je suis devenu papa, pour mon plus grand bonheur.

Je me suis toujours imaginé dans le rôle de père, ce que je ferais, ce que je ne ferais pas, j’y avais souvent pensé. Je voulais m’occuper de mes enfants, les voir grandir, participer pleinement à leur quotidien. Et c’est ce que je fais aujourd’hui.

J’ai la chance, la volonté et l’énergie (car il en faut) de travailler trois jours par semaine (12h chaque jour tout de même). Ainsi je peux m’occuper de mon fils les trois jours suivants pendant que ma femme travaille. Grâce à cette organisation nous avons pu tous les deux profiter de notre fils sans autre moyen de garde pendant les deux premières années de sa vie.

C’était vraiment une expérience géniale. J’ai pu vivre à 100% ma nouvelle situation de père. Pour moi c’est normal, mais a priori ce n’est pas le cas pour tout le monde. J’ai ressenti, au travers du regard des autres, que ma situation n’était pas “naturelle”. Souvent j’ai trouvé les réactions positives mais pas tout le temps…

Tout d’abord les réactions positives :

La fierté et l’admiration de la part des membres de ma famille. Le magicien est le premier d’une nouvelle génération. Mes parents sont fiers que je m’occupe de mon fils. Dans la théorie ils ont toujours eu un discours progressiste, et trouvaient ça normal que chacun des parents puisse s’occuper des enfants. Mais dans la pratique ma mère était femme au foyer à s’occuper des enfants pendant que mon père travaillait. Même mes grands-parents, qui sont pourtant ultra traditionnels, acceptent bien la situation et ont plus tendance à faire des compliments.

La reconnaissance quand je me promène au quotidien, de la part des passants, dans le métro, dans les magasins, dans les lieux d’accueil parents enfants. J’ai l’impression que c’est bien vu aujourd’hui d’être un père qui s’occupe de ses enfants. J’ai l’impression d’être un peu “extraordinaire”.

Il y a cependant des côtés négatifs : L’incompréhension et la remise en cause.

De mon milieu professionnel (très majoritairement jeune et féminin). Mes collègues ne comprennent pas ma situation. Elles n’arrivent pas à imaginer que ce soit mon rôle, que je fasse ça par choix. Ce sont pourtant des jeunes femmes, entre 25 et 45 ans, qui travaillent. Elles ont vraiment une vision “basique/classique” des choses. Pour elles je le fais par contrainte, ce n’est pas à moi de le faire…

L’incapacité à concevoir que je sois capable, au même titre qu’une femme, d’élever un enfant. À la crèche la directrice fait deux visites différente pour ma femme et pour moi. Pour moi elle me dit « alors ça c’est les jeux, ils peuvent jouer ici », « ça c’est les lits, c’est pour dormir », « là c’est des petits toilettes pour faire pipi… ». Merci je ne savais pas que mon fils dormait dans un lit et jouait avec des jouets… Et 30mn après ma femme arrive, et comme par hasard c’est une visite tout à fait différente qui commence. Elle explique le projet, l’utilité de chaque type de jeu etc… C’est vrai que moi je suis qu’un papa, je suis un peu con… Et je ne vous raconte pas quand je vais dans un magasin d’habits … Alors ça c’est un body on le met sur la couche … J’ai vraiment l’impression d’être un demeuré … C’est comme si les femmes ne pouvaient pas concevoir que je puisse être leur égal pour s’occuper d’un enfant … Même en lieu d’accueil parent enfant j’ai la désagréable impression d’être instrumentalisé. Je fréquente pourtant un centre social qui prône l’égalité homme/femme. On ne cherche pas à savoir ou à comprendre ma vision des choses ou m’impliquer, on cherche plus à se servir de moi comme exemple, me prendre en photo pour les prospectus etc…

Mon expérience de père est très agréable et gratifiante pour tout ce qui est vie du quotidien et activités occupationnelles. Je ressens vraiment de la reconnaissance et de l’admiration dans le regard des gens, et dans leurs remarques. Cependant j’ai du mal à me sentir à l’aise, intégré et accepté dans la gestion du quotidien, particulièrement par le milieu féminin. J’ai toujours cette impression désagréable que je ne pourrais jamais être aussi compétent qu’une femme pour m’occuper de mon enfant. Après je ne me vexe pas. Je pense que la majorité des papas ne sont pas à l’aise pour acheter des habits à leurs enfants, et qu’ils sont moins impliqués que moi dans la gestion du quotidien. Face à cela je peux comprendre que les professionnels évoluant dans le milieu de la petite enfance aient l’habitude d’adapter leur attitude et leur discours en fonction de leur interlocuteur (père ou mère).

D’un point de vue personnel je suis tout de même un père vraiment comblé et j’espère pouvoir revivre la même chose pour mon prochain enfant !”

Le magicien, son super papa et moi !

Comme c’est mon blog, je me permets quand même de blablater un peu, histoire de rendre encore plus long cet article !

Au sein de notre famille, cette organisation me parait complètement naturelle et évidente. Les quelques difficultés que j’avais à lâcher prise au début sont complètement oubliées. Je trouve nos manières de faire très complémentaires, lui plutôt instinctif, moi qui ai parfois besoin de chercher, de théoriser, de lire sur ma manière de faire. Le magicien s’y retrouve parfaitement et a l’air très heureux. Et on constate que pour les questions du quotidien, il s’adressera à l’un ou à l’autre sans dinstinction, selon son humeur du moment. Une petite anecdote : un jour, je lui demande, devant mon père, s’il veut que ce soit papa ou maman qui lui change sa couche. Il répond “papa!”. Mon père était super surpris, persuadé que pour ce genre de chose il allait spontanément s’adresser à moi !

De mon côté, quand les gens réalisent que mon amoureux est aussi impliqué que moi dans l’éducation du magicien, la réaction est quasiment unanime : “comme tu as de la chance !”. Réaction qui a tendance à m’énerver. Parce que ok, statistiquement, j’ai de la chance : alors que les femmes se tapent en moyenne 80% des tâches ménagères et l’essentiel de l’éducation des enfants, je ne m’en occupe qu’à 50%. Mais personnellement je refuse de me dire que je suis “chanceuse”. Déjà, parce que je trouve ça normal. Ensuite, parce que je considère que c’est du à des convictions et à des choix (non, je n’aurais pas fait un enfant avec un homme qui considère comme normal que je m’en occupe). Et surtout, parce que JAMAIS personne n’a dit à mon mari : “ta femme s’occupe de ton fils 3 jours par semaine ? Comme tu as de la chance !”.

Et je me demande comment font ces mères qui gèrent tout. Mères célibataires ou mères dont les maris consentent à leur donner un coup de main une fois de temps en temps. J’ai beau n’avoir qu’un enfant, n’en faire que la moitié, je trouve cela épanouissant mais aussi complètement épuisant. Comment font-elles ? Comment ça se fait que moi, je n’en sois pas capable ?

Une chose parfois lourde à porter, c’est que quelque soit l’implication de mon mari, c’est moi, en tant que mère, qui suis considérée comme responsable de l’éducation de notre enfant. Je sais que si un jour il y a un problème, c’est d’abord à moi qu’on le repprochera. Parce que c’est la mère qui est considérée comme responsable des enfants. Pour le moment, ce n’est qu’anecdotique : le jour où un ami nous a dit que notre décision commune de ne pas le laisser pleurer pour s’endormir était une faiblesse de MA part parce que j’étais trop sensible. Le jour où la directrice de la crèche (oui, la même), m’a proposé de décaler la date de l’inscription en collectivité parce que j’avais dit que le jour qu’elle me proposait, c’est mon mari qui serait disponible (bah oui, signer un papier, c’est au-delà de ses compétences…). Mais même si le jour où il y aura un problème, nous affronterons la chose ensemble, mon mari et moi, c’est moi qui en porterai la responsabilité face aux regards extérieurs.

Mais je ne veux pas finir sur le côté sombre. Déjà, parce qu’on essaye généralement d’en rire (il vous a épargné la réflexion d’un des médecins avec qui il travaille quand il a dit qu’il voulait aménager son temps de travail pour être avec son fils qui figure pourtant dans mon anthologie perso des réflexions les plus connes : “tu veux t’occuper de ton fils ? Mais pourquoi ? A cet âge là, il s’en souviendra pas, ça sert à rien. Et puis ta femme est là pour ça”).

Et puis surtout parce que le quotidien est chouette. Quand nous aurons un deuxième enfant, Paul essayera de prendre un congé parental de 6 mois. Parce que pour le magicen, c’est mois qui avait arrêté quelques mois, et même si j’en ai été ravie, je n’ai pas envie, cette fois, de me couper aussi longtemps de mon boulot. Et Paul, je crois, a été un peu frustré de devoir retravailler alors que le magicien était tout petit. Il aime pouponner plus que moi ! Un nouvel équilibre à trouver, mais toujours avec cette volonté d’élever nos enfants ensemble, en s’y investissant autant l’un que l’autre.

Orientation scolaire et lutte contre le sexisme

Sur les vendredis intellos, j’ai parlé orientation scolaire et professionnelle et sexisme, en partant d’un article intitulé Genre et pratiques scolaires : comment éduquer à l’égalité ?

J’ai par exemple commenté cet extrait :

L’école lutte peu contre les stéréotypes qui étiquètent fortement les disciplines et les filières, ou les métiers sur le marché du travail : les mathématiques et la physique, c’est pour les garçons, comme les techniques industrielles, les lettres et le tertiaire, c’est pour les filles. Ainsi à l’école, on apprend à investir les disciplines conformes à son sexe.

L’article est ici.