L’anniversaire de Monsieur Guillaume

J’ai toute une série de livres dont j’ai très envie de vous parler, dommage que les journées ne fassent que 24h ! Aujourd’hui, je vous parle d’un chouchou du magicien : l’anniversaire de Monsieur Guillaume d’Anais Vaugelade (l’école des loisirs, 1994).

anniversaire de Monsieur Guillaume Vaugelade.jpg

Je lui ai offert sur les conseils de ma mère qui trouvait ça drôle d’offrir au magicien qui ne mange rien un livre où il ne parlent que de bouffe.

Ce jour là, comme le titre l’indique, c’est l’anniversaire de Monsieur Guillaume, qui décide donc d’aller déjeuner au restaurant “d’un joli pâté, car c’est mon anniversaire et c’est mon plat préféré”.

image

Sur le chemin, il va croiser différents animaux qui ont tous une idée bien précise de leur plat idéal : de la croute de gruyère, du pudding de blé, toutes sortes de pommes de terre… Il vont cheminer dans la neige, croiser un loup affamé… Et finalement, arriver au restaurant… mais que vont-ils y trouver ? Je laisse un peu de suspens, mais “ça tombe bien, tout le monde adore ça !”

On est ici dans le “conte de randonnée” dans son exemple le plus typique, puisqu’on est effectivement le long d’un chemin, où on rencontre différents personnages qui font grossir à chaque page la petite troupe. Petit à petit, la liste des plats qu’on espère trouver au restaurant s’allonge aussi…

Le magicien se régale à énumérer les différents plats et a parfaitement retenu ce qu’aime chacun.

imageimage

Des illustrations aux couleurs douces, une ambiance hivernale, un dessin avec un air un peu rétro (les vêtements, la montre à gousset).

Un album en apparence classique, donc. Et pourtant, quand on y regarde de plus près… Que fait ce gros rat qui fume dans la maison de Monsieur Guillaume ? Le loup peut-il vraiment être plus haut que les arbres ? J’aime cette étrangeté qui s’introduit dans l’album sans forcément qu’on s’en rende compte à la première lecture.

J’aime aussi le jeu sur les cadrages : vignettes pour l’habillement de monsieur Guillaume, plans pleine plage et lors de l’arrivée du loup, le cadrage n’est plus suffisant ! Et j’adore cette image où les animaux effrayés sont appuyés… sur le cadre !

image

Enfin, et ce genre de détail me fait plaisir et j’en parle donc sur Fille d’Album, Monsieur Guillaume porte une écharpe tricotée par… son papa !

En un mot, un très chouette album, que j’ai offert au magicien quand il avait 2 ans 1/2, et qu’il aime toujours autant un an plus tard. Il y fait souvent référence. Hier, nous sommes nous aussi allés au restaurant, et il m’a demandé si la dame qui s’occupait du service s’appelait “Jeanne des Cuisines”, comme dans cet album !

Mes découvertes du salon de Montreuil

Après mon article sur ma visite du salon, voici un article sur mes coups de coeurs et mes envies. J’en avais repéré certains sur des blogs et j’ai enfin eu l’occasion de les feuilleter. D’autres sont de vraies découvertes et coups de coeur.

J’en avais déjà montré certains sur twitter, mais j’avais envie de les réunir ici.

 

  1. Une hirondelle d’Anouk Boisrobert et Louis Rigaud (Helium), ou deux crevettes ou trois fourmis, chez Helium. Parce que ce sont des livres de coloriage absolument magnifiques, à tel point qu’ils méritent d’être exposés avant même d’être coloriés ! A découvrir ici.
  2. Une cuisine du monde pour les bébés d’Anne Kerloc’h, Judith Gueyfier et Zau (Rue du monde), les recettes font envie, et les illustrations sont sublime. A découvrir ici.
  3. Image extraite du précédent
  4. Petits d’Alain Serres et Julia Chausson (Rue du Monde). J’adore les gravures de Julia Chausson et cet album (qui date de 2009) est plein de tendresse.
  5. U4 de Florence Hinckel, Vincent Villeminot, Carole Trébor et Yves Grevet (Syros). 4 tomes à lire dans l’ordre que l’on veut, 4 héros adolescents qui se donnent RDV à Paris, après une épidémie, 4 très bons auteurs…Voilà la série ado que j’ai envie de découvrir en ce moment !
  6. Cinq minutes et des sablés de Stephane Servant et Irène Bonacina (Didier jeunesse). Une vieille dame reçoit la visite de la mort. Elle est d’accord pour partir, mais avant, on peut bien prendre 5 minutes, le temps de faire des sablés ! J’aime la plume de Stephane Servant (plus accessible ici qu’elle ne l’est généralement), l’histoire rappelle un peu Bonjour Madame la mort, les illustrations apportent de la légèreté.  A découvrir ici.
  7. Le plouf de Guillaume Olive et He Zhihong (éditions des éléphants). De plus en plus d’animaux fuient après un bruit effrayant (vraiment ?) entendu par le lapin. Un album à accumulation aux illustrations très mignonnes, qui plaira beaucoup aux petits. A découvrir ici.
  8. Cité Babel de Pascale Hédelin et Gaëlle Duhazé (éditions des éléphants). Dans cet immeuble vivent une famille juive, une famille chrétienne, une famille musulmane. Au rez-de-chaussée, l’épicier est athée.  Un livre sur la pratique quotidienne des religions, sur les coutumes et les fêtes… Un éloge du vivre-ensemble et de l’ouverture aux autres. Je trouve ça juste indispensable actuellement (et pas que pour les enfants d’ailleurs). Je n’ai pas eu l’occasion de le lire encore, mais s’il est à la hauteur de ses promesses, c’est pour moi l’indispensable de ce salon. A découvrir ici.
  9. Léon, le collectionneur de collection de Jessica Lisse (L’initiale). De l’humour, des illustrations très chouettes et une invitation à découvrir le monde. A découvrir ici
  10. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? de Tim Warnes et Tracey Corderoy (Mijade). Parce que “pourquoi ?” est, comme je l’expliquais ici, le mot préféré du magicien, et que ce livre m’a fait rire. Dans la même série, on trouve Non ! et Encore ! qui sont sympas aussi !
  11. Les derniers romans de la collection EXPRIM’ (Sarbacane) me font décidément de l’oeil en ce moment ! (et c’est sans compter le nouveau Marion Brunet qui vient de paraître). J’ai entendu énormément de bien des petites reines de Clémentine Beauvais (si vous ne lisez pas son blog, il faut vite réparer ça !). Et j’ai craqué au salon pour Dysfonctionnelle d’Axl Cendres et c’est un gros coup de coeur. Je vous en parle très vite (en attendant, un bel article ici), mais disons qu’au bout de deux chapitres, j’avais déjà ri et eu les larmes aux yeux.
  12. Devine : à quoi on joue ? de Claire Dé (Les grandes personnes). Un cartonné pour tout-petits. Claire Dé est une artiste qui prend les tout-petits au sérieux. Elle leur propose de vrais livres d’art. Ici, une variation autour de 10 doigts qui jouent, se déguisent, se cachent au milieu d’objets. Quelques images ici.
  13. Ce n’est pas très compliqué de Samuel Ribeyron (Hong Fei Cultures). Un bel album sur la vie intérieur, avec de superbes illustrations. A découvrir ici et .
  14. Quel bazar ! de Christian Voltz (Rouergue). Du bazar, des objets de la vie quotidienne qui s’accumulent, des onomatopées, et un forme qui se dégage finalement… Il doit être très sympa à lire à des petits celui-là ! A découvrir ici.
  15. Maman renard d’Amandine Momenceau (l’Agrume). Une maman renard a perdu ses petits et les cherche dans la neige. Beaucoup de douceur et des superbes découpes. A découvrir ici.

Et Elise a aussi fait plein de chouettes découvertes, elle vous en parle ici !

Chagall, le triomphe de la musique

Ca faisait très longtemps que je ne vous avais pas parlé d’exposition ici ! Il ait dire que j’en fais tout simplement beaucoup moins. Mais je ne pouvais pas rater une expo de Chagall, peintre que j’adore ! Alors hier, nous sommes allés à l’exposition “le triomphe de la musique” à la philharmonie. C’est ma cinquième expo de ce peintre (j’ai parlé de la précédente, faite quand le magicien était bébé, ici).

Nous avons décidé d’y aller en famille, et avec le parrain de la puce. Et le magicien a beaucoup aimé. Il faut dire qu’il travaille sur les instruments de musique depuis la rentrée avec sa classe, donc il a adoré en chercher sur les tableaux. Les couleurs l’ont également ravi. Je ne peux qu’encourager à emmener des petits au musée. A chaque fois que j’y suis allée avec le magicien, j’ai été stupéfaite des observations et des réflexions qu’il a pu faire.

Le fait d’être trois adultes nous a permis aussi de profiter vraiment de l’exposition, même si je suis passée assez vite dans certaines salles et que je n’ai pas lu les explications avec autant d’attention que d’habitude !

Une petite visite virtuelle ? La visite commence par le plafond de l’opéra Garnier dans les années 60 et se poursuit, inversant l’ordre chronologique, jusqu’aux années 1910.

La salle consacrée au plafond de l’opéra est magnifique. Le plafond a été numérisé en très haute définition et un film ne présente les détails du plafond, accompagnés de la musique qui les a inspiré. Vous pouvez en découvrir des extraits ici (avec de la pub pour google qui a fait la numérisation, mais c’est très beau quand même !). Et c’est un enchantement.

plafond opéra .jpg

Plafond opéra : Photo (C) Collection Raphaël Gaillarde, Dist. RMN-Grand Palais / Raphaël Gaillarde

On y trouve aussi les esquisses préparatoires, et des photos de Chagall en train de peindre le plafond. C’est presque drôle de voir le peintre installé sur une chaise, au beau milieu d’une toile de plusieurs mètres, en train de peindre !

Chagall-travaillant-pour-le-Plafond-de-lOpéra-Partie-Mozart1964cADAGP-Paris2015-PhotocIzis-Manuel-Bidermanas

La seconde salle est consacrée à d’autres commandes pour des lieux culturels. Le triomphe de la musique pour l’opéra de New York (Paul avait craqué pour l’affiche il y a quelques années, il était donc ravi de le voir en vrai).

triomple de la musique

© ADAGP, Paris 2015 − CHAGALL

Et la commedia dell’arte pour le théâtre de Francfort. L’oeuvre est assez monumentale. Les acrobates ont beaucoup intrigué le magicien !commedia dell'arte

© ADAGP, Paris 2015 − CHAGALL

La troisième salle est consacrée à la flûte enchantée de Mozart : Chagall a participé à la mise en scène de cet opéra dans les années 60 en réalisant décor et costumes. Si je savais qu’il avait fait des décors pour des spectacles, j’ignorais complètement qu’il avait aussi fait des costumes ! On y trouve à la fois des esquisses préparatoires et des costumes et c’est intéressant de pouvoir “comparer” les deux !

costume flute enchantée

Costume flute enchantée : Photo (C) Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Migeat

costume flute enchantée vetement

© ADAGP, Paris 2015 − CHAGALL

Le magicien était impressionné que ce peintre ait “fabriqué des robes de princesse et des masques”.

décor flute enchantéeDécor flute enchantée : Photo (C) Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Migeat

On découvre aussi les costumes créés pour le ballet Daphnis et Chloé, et une vidéo de danse où ils sont utilisés qui a beaucoup plu au magicien (et à moi aussi !).

L’occasion de découvrir aussi le cirque bleu :

cirque bleu

source

La lune qui joue du violon, la poule qui joue du tambour, le violoncelle et l’accordéon, le poisson qui a une main, la dame qui a beaucoup de colliers… Le magicien est resté un long moment à regarder tous les détails ! Et moi j’ai été ravie par la profondeur du bleu de ce tableau.

Autre découverte, Les collages de Chagall (ainsi que ses sculptures) ! Je ne retrouve pas mon favori (une mariée avec de la dentelle collée), mais j’ai aussi beaucoup aimé la danseuse sur fond mauve :

danseuse sur fond mauve

© ADAGP, Paris 2015 − CHAGALL

Je suis passée un peu vite, je l’avoue, sur la période d’exil new-yorkais pendant la guerre où les toiles s’assombrissent et sur ses costumes pour le ballet Aleko.  Mais ces costumes ont plu au magicien :

aleko

©Guy Boyer

On s’est en revanche longuement attardés devant les arlequins où un violoniste a perdu la tête pendant que son compagnon au visage vert saute, de quoi intriguer le magicien !

arlequins chagall

Photo (C) RMN-Grand Palais (musée Marc Chagall) / Gérard Blot

A propos de visage vert, le magicien était un peu inquiet que le personnage de la musique écrase les maisons…

la-musique-art-juif

© ADAGP, Paris 2015 − CHAGALL

L’amoureux et moi avons revu avec bonheur l’amour en scène, issu comme le précédent des décors réalisés pour le théâtre d’art juif, que nous avions découvert lors de notre première exposition de ce peintre vue en amoureux, à Martigny, quelques semaines après s’être rencontrés. De l’eau a coulé sous les ponts depuis !

amour en scène chagall

Ce couple conclut en beauté cette petite visite subjective de l’expo. Je vous encourage vivement à aller la voir si vous en avez la possibilité, elle dure jusqu’au 31 janvier. Mais méfiez-vous du monde, quand même. Nous sommes arrivés un dimanche à l’ouverture et il y avait déjà beaucoup de monde (et comme tout le monde s’arrête dans la première salle pour la sublime vidéo du plafond de l’opéra, ils bloquent les entrées quand cette salle est pleine). Et quasi une heure de queue quand nous sommes ressortis.

Salon de Montreuil, 2015

Un mois déjà depuis le salon du livre jeunesse de Montreuil… J’avais bien entamé cet article avant Noël, mais la fin du mois de décembre a été trop remplie et je n’ai pas eu le temps de le publier. Alors je le fais aujourd’hui, même avec un peu de retard ! Parce que j’ai raté le salon l’année dernière pour cause de grossesse épuisante, et que j’étais toute heureuse de pouvoir y retourner cette année et de vous en parler sur le blog, comme en 2012 et en 2013.

Et cette année a été particulièrement chouette parce que j’ai eu l’occasion de croiser (même si trop rapidement à mon goût) Gabriel de la mare aux mots et de rencontrer Elise de Bar à petits pots. Et on a passé un super bon moment, on s’est fait découvrir plein de livres, et on n’a pas été très raisonnables ! D’ailleurs, voilà mon “butin” :

IMG_1680

Il y a des cadeaux, des livres pour les enfants, des livres pour moi, des livres pour Fille d’Album… J’essayerai de trouver le temps de vous en parler plus en détail, mais la folie des grandeurs est déjà un gros coup de coeur pour le magicien.

Et bien sûr, j’a craqué sur de belles dédicaces. Emmanuelle Houdart pour Abris (ce qui porte à 5 mes albums dédicacés par elle !), Bernard et Roca pour une dédicace grandiose, sur une idée d’Elise, le joli collage du premier album d’Amandine Momenceau et mon craquage sur Mr Gershwin après sa lecture par Susie Morgenstern.

IMG_2676

J’ai assisté à moins d’animations ou conférences que l’année dernière, déjà parce qu’il y en a moins le vendredi que le week end, et que je ne suis pas allée  la journée professionnelle du lundi. Mais j’ai quand même assisté, avec Elise, à une lecture de Mr Gershwin par Susie Morgenstern ! Je l’avais déjà entendue brièvement lors d’une présentation de nouveautés Didier Jeunesse, et elle est drôle, passionnante, aussi géniale que je l’imaginais quand je lisais lettres d’amour de 0 à 10 quand j’étais gamine.

Parmi les déco de stands, j’ai admiré les affiches toujours superbes de Rue du monde, aimé retrouver les illustrations d’Ilya Green chez Didier Jeunesse et adoré l’extrait de Tempête de Sandrine Bonini et Audrey Spiry chez Sarbacane.

Au niveau des “petits” éditeurs, j’adore aller chez Minédition, parce que les livres sont sublimes et qu’écouter l’éditeur les raconter est un vrai plaisir (n’est-ce pas Elise ?). J’ai eu un gros coup de coeur pour les éditions des éléphants, même si je suis passée trop vite à mon goût. J’étais ravie de discuter un peu avec l’éditrice du Père Fouettard, et encore plus de mettre un visage avec l’éditrice de La Ville Brûle, avec laquelle j’avais eu l’occasion d’échanger un peu et de quitter le stand avec ce superbe tote bag, qui ne me quitte plus depuis !

IMG_2679.jpg

Je vous parle des livres que j’y ai découvert très vite !

Quitter 2015 pour 2016

Les articles des bilan de l’année passée et de bonnes résolutions pour l’année à venir fleurissent sur les blogs en ce moment, voilà ma version !

Je ne suis pas très douée pour les vœux, encore moins en ligne. Mais j’espère que chacun d’entre vous vivra une année 2016 pleine de bons moments, de rires, de légèreté. Et que chacun d’entre vous sera entouré comme il le mérite.

Et j’espère aussi que vous viendrez de temps en temps dans ce petit coin d’internet pour discuter un peu avec moi, c’est très important à mes yeux !

 

Mon bilan de 2015 sera égoïste. Ce qui s’est passé autour de nous en 2015, et les réactions politiques, me poussent à des réactions très contradictoires. L’envie de faire quelque chose, d’une part, pour dire que je ne suis pas d’accord avec la façon dont on traite les migrants, avec les atrocités que les politiques sont en train de nous pondre après les attentats, même si ça n’a pas aboutit à grand chose de concret pour le moment. Et l’envie de me recentrer encore un peu plus sur ma famille, sur mes proches, de fermer les yeux et de me boucher très fort les oreilles.

J’avais quand même envie de vous raconter une histoire de Noël. L’année dernière, une maman et ses trois filles (dont un bébé de 3 mois) passaient Noël dans un squat sans eau ni électricité ni chauffage, le papa ayant été arrêté la veille pour être expulsé. Cette année, une famille à nouveau réunie, logée au chaud et en sécurité, même si leur situation est toujours précaire, a fêté Noël avec nous. Les trois filles ont ouvert leurs cadeaux avec des cris de joie, après un repas de fête (nuggets maison/pâtes/glace !). Ma puce portait une robe que cette famille lui avait offert. Le magicien était ravi d’avoir avec lui ses trois nouvelles cousines. Et moi de voir la famille de cœur s’agrandir (on était quand même 19 en tout !). Et cette histoire (pour laquelle je n’ai rien fait ou presque, le mérite, si mérite il y a, revient tout entier à ma mère) me donne confiance, quelque part.

Pour moi, l’année 2015 a commencé un peu difficilement. J’étais perdue, malade, et la période de janvier à mai a été compliquée. J’ai cependant pu constater à quel point j’avais un amoureux génial et des beaux-parents aidant, comme quoi même une menace d’accouchement prématuré a ses avantages ^^ Je garde surtout de cette période un souvenir de fatigue extrême et d’incapacité à faire quoi que ce soit.

Le 8 mai a mis fin à cette période d’une bien belle façon et a marqué le début de la vie à quatre. Et j’ai eu l’impression de revivre. Je suis devenue la maman de la puce la plus merveilleuse du monde. L’amoureux était très présent, on est partis en vacances, on a profité de la vie. Et après les difficultés de la grossesse, je me suis sentie particulièrement en forme, même avec les nuits hachées d’un nouveau né. Vraiment, la vie était douce.

Depuis septembre, la vie s’est accélérée. Fini le farniente, reprise du boulot, entrée du magicien à l’école, alternance entre les jours au travail et les jours seule avec deux cocos certes adorables mais qui demandent beaucoup d’attention… Comme tous les parents, on jongle entre le travail, les lessives, les sorties scolaires et les réunions de parents d’élèves, les sorties au square, etc. La fatigue est revenue, les périodes de crise aussi, parfois. Mais on profite aussi de vrais moments en famille. Le magicien nous fait rire, beaucoup, la puce a toujours le sourire.

Alors pour 2016, on va continuer sur ce rythme là. La seule chose que je nous souhaite de plus que maintenant, c’est du sommeil. Et on va continuer à regarder grandir nos enfants. Cette année la puce va apprendre à marcher, avoir ses premières dents, découvrir, découvrir, découvrir. Cette année, le magicien va avoir 4 ans, et il va continuer à nous surprendre et à nous étonner. J’espère juste avoir l’énergie de profiter de tout ça, et qu’aucun drame ne vienne bouleverser notre vie.

Et toujours, au milieu de cela, la question de Paris ou la province, notre quartier tant aimé et nos amis ou une maison avec de la place et nos familles à proximité. Toujours la question du travail ailleurs, qui pour le moment ne trouve pas de solution…

J’essayerai, au milieu de tout cela, de trouver un peu de temps pour mes blogs. Parce que j’ai des dizaines d’articles entamés en brouillon, et encore plus d’idées d’articles, et que ces petits coins d’internet. Ils m’ont permis de faire de chouettes rencontres, virtuelles ou non, et j’espère que cela va continuer.

Alors je vous dis à très vite, et encore bonne année à vous.