Cadeaux de naissance

On cherche souvent des idées de cadeaux de naissance, moi c’est facile, j’offre toujours un livre ! (ou plusieurs…). Voilà une petite liste des livres que j’aime offrir. 

Et comme pour les livres incontournables à l’école maternelle, cet article est en écho à celui de Chloé du blog littérature enfantine. Parce que ça nous a plu de réfléchir à un thème commun, de voir qu’on avait des références en commun, mais qu’on faisait aussi des découvertes… Cette fois, il y a quelques livres en commun dans nos listes, mais aussi des découvertes. 

 

Les beaux livres pour les futurs parents : 

Ces livres là, je les offre parfois avant même la naissance, pendant la grossesse. Parce qu’ils plairont aux parents, mais seront aussi merveilleux à partager avec le bébé. 

maman grébanMaman d’Hélène Delforge et Quentin Gréban (Mijade, 2018)

Une galerie de portraits de mères, de toutes origines, avec chacune leur façon de materner. Des mères qui disent leur maternité, qui s’adressent à leur (futur) enfant. Qui disent le beau, qui disent le dur. Des illustrations à couper le souffle. 

C’est une livre qui parlera à toutes, qui montrera qu’on peut être touchées, même en temps qu’adultes, par un livre de littérature jeunesse. Un livre qu’on peut garder pour soi mais aussi proposer à des tout-petits, partager avec eux la beauté des illustrations, la poésie des textes, par petite touche. 

Chloé en parle ici

 

en t'attendant vastEn t’attendant d’Emilie Vast (MeMo, 2014)

“En t’attendant, j’ai vu la chenille devenir papillon. “

Une future mère observe les transformations de la nature autour d’elle. Elle les partagera avec son enfant quand il sera là. 

Les illustrations graphiques d’Emilie Vast sont superbes et j’aime l’idée d’évoquer avec le tout petit l’attente qui l’a précédé. 

 

 

heureux parents houdartLes heureux parents de Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart (Thierry Magnier, 2009)

Un album qui commence comme un conte de fée, avec la rencontre d’un prince et d’une princesse, mais qui se poursuit avec une quête pleine d’épreuves, la parentalité. On voit la grossesse, les bébés, les enfants qui grandissent puis finissent par quitter la maison parentale. Cet album se distingue clairement du reste de la sélection car il montre aussi la difficulté, le trivial, les couches et les enfants qui vomissent. Mais il est aussi plein de poésie. Et vous connaissez mon amour pour les illustrations d’Emmanuelle Houdart. J’ai offert cet album à mon amoureux quelques mois après la naissance de notre fils. Il m’a offert une reproduction d’une des illustrations pour la naissance de ma fille. Chloé en parle ici. D’Emmanuelle Houdart, Abris, même s’il n’est pas centré autour de la parentalité, fait aussi un merveilleux cadeau de naissance. Un merveilleux cadeau tout court, d’ailleurs, quelque soit l’âge de la vie. 

 

papa ilePapa île d’Emile Jadoul (Pastel, 2014)

Emile Jadoul a fait plusieurs très beaux albums sur la paternité. Dans Papa-île, un futur père s’inquiète du père qu’il sera, parce qu’il ne rentre pas dans les cases qu’il connait, le superpapa qui joue au foot et construit des cabanes. Mais il pourra être un papa île, un papa cabane, un papa aimant et présent. Un album plein de douceur. 

 

 

 

les mains de papa jadoulDu même auteur, j’adore aussi les mains de papa (Pastel, 2012). Des mains qui accompagne son bébé, posées sur le ventre de la maman pendant la grossesse, et plus tard, les mains du tout petit accrochées fort fort à ses doigts pour une première descente en toboggan. “Et soudain… un… deux… trois… sans les mains !”, le tout petit s’élance seul. 

Le texte est uniquement composé d’onomatopées. Il dit beaucoup avec une grande économie de moyens. C’est un livre autant à destination des parents qu’à celui des bébés à qui il plait beaucoup. J’en ai parlé plus longuement ici

 

 

J’essaye d’être raisonnable et de m’arrêter là, mais j’avais aussi envie de citer tout petit de Marie Sellier et Ilya Green (Casterman, 2018), plein de douceur. Un très beau jour de Marie-France Painset et Judith Gueyfier (Didier Jeunesse, 2020) dont les illustrations sont sublimes. Et si vous avez la chance de les trouver d’occasion, car ils sont épuisés, bien avant toi de Pascal et Mandana Sadat (Didier Jeunesse, 2010) et papa pas à pas de Philipp Waechter (Milan jeunesse, 2009) sont des petits bijoux. 

 

La musique :

Les livres CD font des cadeaux de naissance assez idéaux, je trouve : un beau livre et un CD à écouter avec eux, en les feuilletant ou pour s’endormir. Et des comptines, des jeux de doigts à découvrir et à chanter au tout petit (et avec lui quand il grandit un peu). On trouve certes énormément de comptines sur youtube, mais souvent avec des animations moches, des accompagnements musicaux pas terribles… Mon but c’est de proposer de belles choses, autant parce que les enfants méritent de la qualité, en musique comme en littérature, que pour éviter que les parents s’arrachent les cheveux à la millième écoute de la même chanson inécoutable.  

plus belles berceuses du mondeLes plus belles berceuses du monde, du mali au Japon (Didier Jeunesse, 2015). 

Cette collection de livres CD de comptines et de berceuses du monde de chez Didier Jeunesse est merveilleuse. Le travail de collectage des chansons est impressionnant. On a pour chaque chanson son texte, sa transposition en phonétique et une traduction, ainsi qu’une présentation de la comptine. Les illustrations du livre grand format sont magnifiques. Les plus belles berceuses du monde regroupe des chansons déjà publiées dans d’autres ouvrages de la collection et propose ainsi des berceuses de toutes origines. J’en parle ici. Mais je vous encourage vivement à aller regarder le reste de la collection si vous cherchez des berceuses d’une région du monde en particulier. 

Jazz sous la luneDans le même format que les berceuses du monde, deux livres de jazz ont également été publiés, les plus belles berceuses jazz (Didier jeunesse, 2012) puis jazz sous la lune (Didier Jeunesse, 2015). Les morceaux sont sélectionnés par Misja Fitzgerald-Michel et les livres sont illustrés par Ilya Green (du coup, inutile de vous dire que les illustrations sont des merveilles). J’en ai parlé ici. Ils ont bercé toute la première année de notre fille. Et pour finir de vous convaincre, je vous dirai juste qu’il m’est arrivé de les écouter alors que ma fille n’était pas là. Combien de livres CD pour enfants nous donnent réellement envie, à nous adulte, de les écouter ? 

berceuses et balladines jazzBerceuses et balladines jazz ( Didier Jeunesse, 2017)

S’il s’inscrit dans la lignée des précédent, en particulier parce qu’il est également illustré par Ilya Green, ici ce sont des reprises par Ceilin Poggi et Thierry Eliez. On les a beaucoup écoutées aussi. Le livre (un plus petit format, tout cartonné) ne propose pas les paroles des chansons, mais des poèmes de Murielle Szac qui en sont inspirés. Un petit bijou. J’ai vu qu’un deuxième opus venait de sortir, balladines et chansons doucesavec des reprises de chansons françaises, mais je n’ai pas (encore) eu l’occasion de l’écouter. 

 

Les titres précédents proposent donc des cd à écouter. Les suivants proposent de chanter et de faire des jeux de doigts avec les tout-petits. 

jeux chantés de mon bébéles jeux chantés de mon bébé (Didier Jeunesse, 2016) proposent des comptines et des jeux de doigts, avec à chaque fois une illustration, une explication des gestes mais aussi quelques mots sur l’origine de la comptine et son intérêt pour les tout-petits. Il est délicatement illustré par Martine Bourre. On peut aussi citer les premières comptines des p’tits lascars (Didier Jeunesse, 2013). J’en avais parlé ici. A ma connaissance les livres sont bien les mêmes, seuls les titres ont changé dans la nouvelle édition. 

 

je chante avec mon bébéje chante avec mon bébé d’Agnès Chaumié (enfance et musique, 2014) est une merveille de cadeau de naissance. 107 comptines, joliment illustrées, des classiques mais aussi des comptines étrangères, des moins connues et de belles découvertes. Des instrumentalisations simples mais belles. Des voix d’adultes et des voix d’enfants (certaines ont été enregistrées lors d’ateliers d’enfance et musique). Et pour les parents, de nombreuses explications, sur l’intérêt des différents types de comptines selon le stade de développement du tout-petit, sur l’histoire de chaque comptine, sur la façon de la chanter avec l’enfant… (tous les jeux de doigts sont expliqués). Je l’ai beaucoup écouté avec mon fils, de ses deux ans quasiment jusqu’à la fin de la maternelle, et je m’en sers souvent à la bibliothèque lors des accueils de tout-petits. 

 

y'a une pie dans l'poirierLa collection Pirouette (Didier Jeunesse) ne propose pas de CD, mais une mise en image de comptines célèbres. Les autrices et les auteurs ont souvent poursuivi la comptine en inventant de nouveaux couplets. La mise en image de ces comptines est une réussite. Et ces livres fascinent les enfants, dès les premiers mois et pendant longtemps. J’ai beaucoup hésité sur le titre à mettre en avant, j’ai choisi y’a une pie dans l’poirier de Martine Bourre, mais j’aurais pu en choisir bien d’autres : bateau sur l’eau, p’tit lapin plein d’poils, la famille tortue… Chloé en parle ici et

 

Les petits cartonnés : 

Des premiers livres qu’on peut lire dès la naissance et que le bébé manipulera rapidement. Le tout-carton est particulièrement rassurant pour les parents qui n’ont pas l’habitude de proposer des livres à des bébés. 

blanc sur noir hobanBlanc sur noir et Noir sur blanc de Tana Hoban (Kaléidoscope, 1994). 

Deux albums complémentaires, incontournables des petits albums pour bébés. Petit formats, ils sont facilement manipulables. Ils proposent des silhouettes (blanches sur noires ou noires sur blanches) d’objets du quotidien des bébés. Efficaces et beaux. Chloé en parle ici

 

 

pomme pomme pommePomme pomme pomme de Corinne Dreyfuss (Thierry Magnier, 2015). 

Parfois, on ouvre un album et on se dit immédiatement qu’il va nous devenir indispensable. Ca a été le cas pour celui-là, qui fait depuis partie de mes chouchous avec les bébés. Pour ses belles pommes brillantes qu’on a envie d’attraper et de croquer. Pour son rythme, pour sa richesse sous son apparente simplicité. Un bonheur. Chloé en parle ici

 

 

boite papas 2Il y en a 4, des boites des papas d’Alain Le Saux (école des loisirs, 2009-2011). Chacune regroupe quatre petits livres cartonnés qui mettent en scène avec beaucoup d’humour un petit garçon et son papa. Son papa qui lui semble si gigantesque. Son papa qui joue, s’occupe de la maison, dort (souvent), s’active. Ces petits coffrets aux couleurs vives, si amusants à vider, ces petits livres si amusant à manipuler, à lire jusqu’à les savoir par coeur… sont des indispensables chez nous. J’en parle ici

 

et le soir qd la nuit tombeet le matin

et le matin quand le jour se lève… et et le soir quand la nuit tombe… d’Anne Crausaz (MeMo, 2015) sont deux très jolis albums complémentaires. On y suit, la nuit, le sommeil des animaux diurnes et l’activité des animaux nocturnes. Et inversement la journée. On peut donc comparer les deux livres, page par page. Ou juste se laisser bercer par le texte d’Anne Crausaz et ses belles illustrations simples et graphiques. Comme dans tous ses livres, c’est une ode à la nature à la portée des tout-petits. 

 

petits amis de la nuitLes petits amis de la nuit d’Ilya Green (Didier Jeunesse, 2017)

Dans ce petit livre cartonné, un bébé se couche. C’est alors le défilé, sur fond noir, des doudous, peluches et autres jouets qui vont lui tenir compagnie. Aussi doux que beau, aussi beau que doux. 

Chloé en parle ici

 

Les beaux livres pour les bébés :

Quand on propose des livres aux bébés, on a tendance à se tourner vers les petits cartonnés que je vous ai montré plus haut. Parce que c’est rassurant, c’est solide. Mais je trouve ça dommage de leur proposer que ça. Alors qu’on peut aussi leur proposer des grands formats, des livres papier, dès tout petits. 

Tout va bien MerlinTout va bien Merlin ! d’Emmanuelle Houdart (Thierry Magnier, 2009)

Mais qui sont ces créatures fantastiques qui se cachent dans les affaires de Merlin ? Une sirène, un dragon, un drôle de diablotin… tous plein de bienveillance. Tout va bien, Merlin !

Cet album tient une place vraiment à part pour moi, parce que c’est l’album de mon fils. Celui qu’on lui a lu en boucle toute sa petite enfance. Je l’offre pour partager un peu de cet amour et de ces moments avec les gens que j’aime et leurs bébés. 
Mais au delà de cet attachement tout personnel, c’est un excellent album, aux illustrations marquantes. Un livre de coucou/caché, un livre plein de réassurance pour les tout petits. J’en parle ici et Chloé

 

2 petites mains et 2 petits pieds2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury (Gallimard Jeunesse, 2018)

Un texte en forme de comptine. Des bébés de toutes origines qui jouent et grandissent ensemble. La douceur des illustrations d’Helen Oxenbury. La tendresse maternelle qui achève l’ouvrage. Une merveille. J’en parle ici et Chloé en parle

 

bonsoir luneBonsoir lune de Margaret Wise Brown et Clément Hurd (école des loisirs, 1983)

C’est le moment du coucher. C’est donc le moment de dire bonsoir à tout ce qui se trouve dans la chambre, de la brosse à la vache qui saute par dessus la lune sur le tableau. Un album parfait pour le rituel du soir. Publié pour la première fois en 1947, il n’a pas pris une ride. Chloé en parle ici

 

mon arbremon arbre d’Ilya Green (Didier Jeunesse, 2013)

Ca manquait un peu d’album d’Ilya Green, cette sélection, vous ne trouvez pas ? Non ? C’est pas grave, je vous en mets un en plus quand même. 

Un bébé sort de son cocon et part explorer le monde, accompagné d’un chat. Jusqu’à trouver “le plus beau des endroits”. Un album délicat, un album coloré, un album qui plaira autant aux bébés qu’à leurs parents. La rencontre entre le tout-petit et sa mère est d’une telle beauté… J’en parle ici et Chloé en parle

 

pas de loup ashbéPas de loup de Jeanne Ashbé (Pastel, 2008)

“Pas de loup ? Tu as cherché partout ? Alors à pas de loup vers les histoires où tout se noue et se dénoue”. 

Des petites histoires d’une double page, avec un volet qui se soulève pour découvrir la chute. Un texte fait d’onomatopées proches du babil de l’enfant. Parce que “c’est un cadeau formidable que fait l’adulte à l’enfant quand il lui renvoie un écho de ses petits discours”. Ce livre, mon fils l’a “lu” à 16 mois, tellement fier d’en être capable alors qu’il ne parlait pas encore. 

 

bonne nuit tout le mondeBonne nuit tout le monde de Chris Haughton (Thierry Magnier, 2016). 

Le jour tombe, et tout le monde a sommeil. Mais Petit ours, lui, ne veut pas dormir, il veut encore jouer ! Alors qu’autour de lui tout le monde baille et s’endort. 

Je suis assez persuadée que chaque tout petit devrait avoir plusieurs Chris Haughton dans sa bibliothèque. Ils sont tous chouettes. Celui là est celui qui, à mes yeux, s’adresse le plus à des bébés. Il gagne en douceur ce qu’il perd en humour. Les couleurs sont magnifiques. 

 

portraits d'animauxPortraits d’animaux de Lucie Brunellière (Albin Michel Jeunesse, 2018)

Tigre, chat, ours, baleine, mais aussi hermine ou lémurien… De magnifiques portraits d’animaux pleine page, dans un livre géant (46×34 cm). Parce qu’on propose beaucoup aux bébés des livres qu’ils peuvent manipuler, mais que c’est aussi drôlement chouette de leur proposer des livres plus grands qu’eux. 

 

 

 

Et j’espère que les parents et les bébés de vos entourages profiteront autant de la lecture de ces livres que j’en ai profité avec mes enfants quand ils étaient bébés. 

En ce moment, nous lisons…

Depuis quelques temps, j’ai un compte instagram (la responsable de ma présence sur ce nouveau réseau social et de l’augmentation du temps que je passe sur internet se reconnaîtra ^^).

Une bonne partie des photos que j’y publie concerne la littérature jeunesse. Ce que j’achète, des détails d’illustration que j’aime bien, ce que je lis avec mes enfants…

Et j’ai envie d’y publier régulièrement une petite photo des livres qu’on lit le plus souvent en ce moment. Les coups de coeur de mes enfants, ceux qu’ils réclament encore. Ceux qu’on emprunte à la bibliothèque et qui ne font donc qu’un court (bon, parfois un peu trop long, hum) séjour chez nous.

Je n’ai le temps de parler sur ce blog que d’une toute petite partie des livres qu’on lit et qu’on aime.

Alors ça sera un moyen de les montrer, quand même !

Donc, en ce moment, avec la puce (9 mois 1/2), nous lisons :

image

  • Y’a une pie dans l’poirier de Martine Bourre (collection Pirouette chez Didier Jeunesse) présenté ici sur le site de l’éditeur
  • et le matin quand le jour se lève et et le soir quand la nuit tombe d’Anne Crausaz (Memo) qui font partie de ma pile de livres que je veux absolument chroniquer
  • le livre des bruits de Soledad Bravi (école des loisirs) que j’ai présenté ici
  • imagier des jouets de François Delebecque (Les grandes personnes) présenté ici sur le site de l’éditeur

Et j’avais oublié pas de loup de Jeanne Ashbé (Pastel) ! Pourtant, c’est un de nos favori, et le magicien aime aussi beaucoup l’écouter ou le lire à sa soeur ! J’en avais parlé avec l’enthousiasme qu’il mérite ici.

image

 

Avec le magicien (3 ans 1/2), nous lisons :

image

  • la grenouille à grande bouche de Francine Vidal et Elodie Nouhen (Didier jeunesse), présenté sur le site de l’éditeur ici, en attendant la sortie de les deux grenouilles à grande bouche de Pierre Delye et Cécile Hudrisier. Le magicien était déjà un grand fan de la version en livre animé de casterman au point de répéter depuis des mois qu’il est une grenouille à grande bouche qui mange des mouches, il est content de découvrir une nouvelle version !
  • L’anniversaire de Monsieur Guillaume d’Anaïs Vaugelade (Gallimard Jeunesse) que j’ai présenté ici
  • Et vogue la petite souris de Coline Promeyrat, Martine Bourre et Elsa (Didier Jeunesse), présenté sur le site de l’éditeur ici
  • Attention chantier (collection le monde animé chez Gallimard Jeunesse), présenté sur le site de l’éditeur ici
  • le ver et le pou d’Elise Gravel (éditions Le Pommier), présenté sur la mare aux mots ici. On a reçu ces 2 livres en cadeau d’un abonnement à la petite salamandre et ils sont géniaux ! Le magicien les adore et l’amoureux rit encore devant le “comte Drapoula” à la 15e lecture.

Et puis aussi :

image

Des livres d’Emmanuelle Houdart, forcément ! Que fais-tu, Fantine ? (Seuil Jeunesse) et les voyages merveilleux de Lilou la fée (collection Encore une fois chez Actes Sud Junior). Des livres jeux, plein d’éléments à retrouver. Un univers presque encore plus fou/loufoque/original que dans ses autres titres. On peut les lire comme des histoires ou les déguster page par page. Et s’ils plaisent déjà à mon 3 ans 1/2, c’est encore difficile pour lui de tout retrouver et je pense qu’ils peuvent aussi plaire à des enfants plus grands. Dommage que Lilou la fée n’existe pas (plus?) en grand format…

 

Et moi ? Quand la puce ne me le pique pas, je lis Mémoires d’une féministe iconoclaste d’Yvonne Knibiehler (collection Pluriel chez Hachette).

image.jpeg

Cadeaux de Noël : des livres pour les 0-7 ans

J’ai toujours plein d’idées de livres à offrir, je vous en donne quelques unes ! Si je donne des âges, ils restent très indicatifs, c’est ce que je conseillerais sans connaître l’enfant, ses goûts, son rapport au livre…

à un bébé de 6 mois j’offrirais :

berceuses jazz

Les plus belles berceuses jazz sélectionnées par Misja Fitzgerald-Michel et illustrées par Ilya Green, chez Didier Jeunesse (23,80 € ou 29,90€ en édition de luxe)

Parce que ce livre et ce CD plaisent autant aux parents qu’aux enfants et qu’il apaise ma fille et l’aide à s’endormir.

J’en parle en détails ici.

à un bébé d’un an, j’offrirais :

pas de loup ashbé

Pas de loup de Jeanne Ashbé chez Pastel (12,70€)

Parce que c’est un album juste merveilleux avec les petits parce qu’ils peuvent vraiment s’en emparer avant même de savoir parler. Parce qu’en ce moment, écouter le magicien le lire à sa petite soeur est un des plus beaux moments.

J’en parle en détails ici.

à un enfant de deux ans, j’offrirais :

Et le matin quand le jour se lève… et/ou et le soir quand la nuit tombe… d’Anne Crausaz chez MeMo (9,50€ l’un)

Parce que les dessins d’Anne Crausaz sont superbes. Parce qu’on retrouve avec plaisir les animaux d’un livre à l’autre pour constater que ceux qui dorment la nuit profitent ensuite de leur journée, et inversement.

 

à un enfant de trois ans, j’offrirais :

pourquôôââ Voutch

Pourquôôââ ? de Voutch chez Thierry Magnier (8,90€)

Parce que ce livre est tout simplement à mourir de rire. J’en parle en détails ici.

à un enfant de quatre ans, j’offrirais :

grosse faim p'tit bonhomme

La grosse faim de P’tit Bonhomme de Pierre Delye et Cécile Hudrisier chez Didier Jeunesse (12,50€ ou 5,50€ en petit format. Existe aussi en livre CD, les aventures de P’tit Bonhomme à 22,80€).

Un chouette conte randonnée. P’tit bonhomme a faim mais n’a pas d’argent. Le boulanger accepte de lui échanger contre de la farine, que le meunier lui donnera contre un sac de blé, que le paysan lui donnera… Le texte de Pierre Delye est un plaisir à lire à haute voix, et heureusement parce qu’on risque de devoir la raconter souvent ! Les illustrations de Cécile Hudrisier sont très riches. Un des coups de coeur du moment pour le magicien.

à un enfant de cinq ans, j’offrirais :

soupe au caillou vaugelade

Une soupe au caillou d’Anaïs Vaugelade à l’école des loisirs (12,20€ ou 5,60€ en petit format)

Un loup arrive dans un village. Il propose de faire une soupe au caillou. D’abord méfiants, les animaux finissent par trouver que c’est une bonne idée, mais rajouteraient bien quelques légumes, quand même…

Parce que c’est une belle histoire de partage, et de ruse mais dans le bon sens du terme, celui où la ruse permet de rassembler, de faciliter les relations.

à un enfant de six ans, j’offrirais :

roi de la montagne en hiver

Le roi de la montagne en hiver de Sylvie Delom et Aurélia Fronty chez Didier Jeunesse (14,20€)

Un album grand format, un très beau conte d’hiver et les illustrations magnifiques d’Aurélie Fronty.

 

à un enfant de sept ans, j’offrirais :

Dans les poches simler

Dans les poches d’Alice, Pinocchio, Cendrillon et les autres… d’Isabelle Simler aux éditions courtes et longues (22€).

Mon coup de coeur du moment, je pense que je vais craquer à Montreuil ! Un concept tout simple : Isabelle Simler a dessiné et listé ce qu’on trouvait dans les poches des héros des contes et de l’enfance. Il n’y a plus qu’à deviner à quel personnage cela correspond ! Les dessins d’Isabelle Simler sont un vrai régal et ce livre est une superbe invitation à (re)découvrir les contes.

Vous pouvez trouver d’autres idées de cadeaux dans mes sélections de 2011, 2012 et 2013 ! Et bien sûr dans les autres livres du blog, qui sont répertoriés par âge, ici pour les 0-3 ans, ici pour les 3-8 ans. Je vous conseille également le webzine de La Mare aux mots, le pavé de la mare.

Et venez me raconter quels livres vous avez prévu d’offrir, vous !

 

Premiers printemps

Aujourd’hui, c’est le second rendez-vous du challenge “je lis aussi des albums”, après l’amour en février (j’avais parlé de la belle madame Lola) et le thème commun est le printemps !

L’occasion pour moi de vous reparler d’Anne Crausaz, après pas le temps, avec Premiers printemps.

Premiers printemps d'Anne Crausaz

C’est le printemps ! “Regarde, petite fille, comme tout devient vert !”. Des parents s’adresse à leur petite fille pour l’encourager à profiter pleinement de la saison.

Chaque sensation est mise en valeur, on fait appel à tous les sens. Même si ici, il y a des humains, Anne Crausaz fait comme toujours la part belle à la nature, aux petites bêtes (merles, coccinelles, lucioles, escargots…)

Premiers printemps d'Anne Crausaz
Premiers printemps d'Anne Crausaz

On observe les changements au fil des saisons… Car même si le titre parle de printemps, j’ai un peu triché puisqu’on retrouve toutes les saisons dans ce livre, chacune avec son ambiance, se couleurs dominantes. L’été :

Premiers printemps d'Anne Crausaz

L’automne : (petit clin d’oeil à Raymond l’escargot qui se ballade !)

Premiers printemps d'Anne Crausaz

L’hiver :

Premiers printemps d'Anne Crausaz

Et ce livre parle très bien du temps qui passe. De ce qu’on se rappelle et ce que l’on a oublié. Du fait que le temps passe, que l’on grandit, qu’on perçoit différemment les évènements :

entends-tu ce bruit ? l’année dernière, il te faisait peur. maintenant, tu reconnais bien le grondement de l’orage d’été…

Les illustrations sont, à mes yeux, toujours aussi superbes. Dans ce titre, j’apprécie particulièrement l’alterance des plans, entre paysages, plans larges et gros plans.

Un album que j’aime beaucoup proposer quand on me demande des livres sur les saisons ou sur les 5 sens parce que je trouve que sur ces sujets très souvent traités, Anne Crausaz apporte quelque chose de plus.

Retrouvez les autres participations à ce rendez-vous mensuel sur le blog délivrer des livres.

Challenge bleu : 6/20

Challenge bleu : 6/20

Pas le temps

J’aime beaucoup ce que fait Anne Crausaz, et particulièrement Raymond rêve. Mais je ne pensais pas proposer ses livres tout de suite au magicien. Et puis mon collègue est arrivé un jour en me disant que son fils (qui a 3 mois de plus que le magicien) adorait pas le temps. Je suis donc partie avec le livre en me disant “on verra bien ce que ça donne”. Et ce livre a été un vrai coup de coeur pour le magicien, mais aussi pour moi. Je l’avais déjà feuilleté rapidement, mais le lire au magicien plusieurs (dizaines) de fois m’a permis de me rendre compte que je ne m’en lassais pas (LA marque du bon livre pour moi) et de prendre conscience de plein d’éléments que je n’avais pas vus lors d’une lecture rapide.

Pas le temps d'Anne Crausaz

Dans ce livre, donc, une colonie de fourmis travaille à vider un bol de graines. On observe les va-et-vient des fourmis entre le bol et la fourmilière, le bol qui se vide, la fourmilière qui se remplit… Les fourmis forment une ligne à suivre des yeux ou du doigt au fil des pages.

Pas le temps d'Anne Crausaz
Pas le temps d'Anne Crausaz

Sur le chemin entre les deux, de nombreuses sollicitations des petites bêtes du jardin, chenille, cigale, coccinelle ou sauterelle…

Pas le temps d'Anne Crausaz
Pas le temps d'Anne Crausaz

Mais les fourmis sont pressées. “pas le temps” “pas le temps”. Pas de pause ou de repos. Un refrain pour ce livre.

Des illustrations qui jouent sur la similitude et la différence : les brins d’herbes qui se ressemblent, mais habités d’animaux différents, les fourmis chargées de graines et celles qui sont déjà reparties en chercher des nouvelles, le plein, le vide.

Des petites bêtes à la fois familières et mystérieuses pour les petits (l’été dernier, le magicien était fasciné par les fourmis !). Et un aspect presque documentaire, comme souvent chez Anne Crausaz, sans que ça soit trop didactique.

Un jeu sur la lumière et l’obscurité : l’intérieur de la fourmillière, l’extérieur, des trous dans les pages qui permettent de passer de l’un à l’autre et qui font pile la bonne taille pour des petits doigts.

Le talent d’Anne Crausaz. Le beau papier des éditions MeMo, mat et épais. Résistant aux petits doigts.

A la fin, Ernestine et Roberta se retrouvent sans rien ! Le magicien est littéralement fasciné par les poules de cette page !

Pas le temps d'Anne Crausaz

Un album qui se lit dès 15 mois, donc, mais qui peut aussi être apprécié par des enfants plus grands, sans problème jusqu’à 3-4 ans je pense. Avec son écriture en attaché et ses mots qui reviennent, j’ai aussi pensé aux parents qui cherchent des livres pour leur enfant de CP qui commencent juste à lire tout seul, je pense que ce livre peut leur plaire !

Moi, je vous reparle d’Anne Crausaz samedi, pour le deuxième rendez-vous du challenge “je lis aussi des albums” et je vous reparle de poules et de fourmis la semaine prochaine, avec un autre livre chouchou du magicien !

Challenge bleu : 5/20

Challenge bleu : 5/20

Edit d’octobre 2015 : Chlop avait commenté cet article en disant : “Je pense que le succès de ce livre tiens aussi, entre autre, au fait que les bambins entendent quand même à longueur de journée qu’on n’a “pas le temps”

Lectures au fil de l’eau

Plein d’articles en cours mais aucun vraiment fini ou finissable rapidement. En plus, j’ai plein de trucs prévus ces jours-ci, je suis allée bosser hier matin alors que je ne travaille pas normalement le mardi, et puis il fait beau donc je profite du soleil avec le magicien…

Du coup, pour qu’il y ait quand même un petit quelque chose sur le blog, je me suis dit que j’allais recycler un peu ce que je faisais au boulot en vous présentant les livres lus lors de notre dernière “heure du conte” à la bibliothèque.

Le thème : l’eau sous toute ses formes, la pluie, la mer…

Pour chaque heure du conte, on essaye de faire une sélection variée, et cette fois je trouve que c’était réussi en terme d’illustrations, puisqu’il y a eu des genres très différents.

Pour commencer, Bon voyage petite goutte ! d’Anne Crausaz

bon-voyage-petite-goutte.jpg

Sur le thème très classique du cycle de l’eau, les magnifiques illustrations d’Anne Crausaz dans ce livre accessible dès 3 ans. Vous pouvez avoir un apperçu ici et j’en profite pour vous conseiller les autres titres de cet auteur, en particulier Premiers printemps et Raymond rêve que vous pouvez découvrir ici.

Puis Sous un arbre parapluie de Valeri Gorbachev.

sous-un-arbre-parapluie.jpg

Pour éviter d’être mouillé, un cochon se réfugie sous un arbre parapluie. Il est bientôt rejoint par d’autres animaux, plus on moins exotiques (de la souris aux gorilles). A partir de 2-3 ans.

Ensuite, Bonne pêche de Dedieu

bonne-peche-dedieu.jpg

Un pêcheur sort en mer chaque matin, mais ses filets contiennent de moins en moins de poissons et de plus en plus d’objets divers : un frigo, un satellite, une moto ou le bras de la Vénus de Milo ! Dans ce livre, accessible dès 3 ans, les plus jeunes s’amuseront de l’accumulation d’objets divers, les plus grands pourront aborder le thème de la pollution des mers, mais toujours de manière ludique et en gardant un certain optimisme (le pêcheur finira par… ouvrir un magasin d’antiquités !). Un autre article sur ce livre ici.

Ensuite, l’oiseau de pluie de Monique Bermont et Kersti Chapelet.

oiseau-de-pluie.jpg

J’avais déjà parlé de l’affection toute particulière que j’avais pour les contes du père Castor. Celui là aussi, ma grand mère me l’a lu quand j’étais petite. On y découvre Banioum, petit africain qui décide de capturer un oiseau de pluie, afin que le village ait toujours assez d’eau pour les cultures. Mais une fois dans sa cage, l’oiseau ne chante plus… A partir de 4 ans.

Puis Ne te mouille pas les pieds, Marcelle ! de John Burningham

ne-te-mouille-pas-les-pieds-marcelle.jpg

Les parents de Marcelle s’installent sur la plage, avec leur transat. Mais malgré leurs présence, Marcelle est déjà partie à bord d’un bateau de pirates, dans ses rêves. Parce que parfois, les enfants ont la capacité de s’en aller loin, très loin des préoccupations matérielles de leurs parents. A partir de 4 ans.

Puis Pourquoi personne ne porte plus le Caïman pour le mettre à l’eau de Blaise Cendrars et Christophe Merlin

pourquoi-personne-ne-porte-plus-le-caiman.jpg

Un homme accepte de porter un caïman jusqu’à la rivière. Mais celui-ci ne tient pas sa promesse et tente de le dévorer. Heureusement, un lièvre malin va réussir à sauver l’homme. A partir de 4 ans. Sympa, mais sur la même trame, je préfère un petit chacal très malin aux éditions du père Castor.

Puis la femme dorade de Praline Gay-Para et Christophe Merlin (je constate seulement un rédigeant cet article que c’est le même illustrateur que pour le livre précédent, les deux dessins sont vraiment très différents, et je le préfère nettement dans ce livre là). 

la-femme-dorade.jpg

En sauvant un poisson maltraité par des enfants du village, un pêcheur est récompensé. En rentrant chez lui, le pêcheur se trouve heureux d’avoir un toit et d’être à l’abri de la tempête. Et bonne surprise : une jeune fille très belle, à la peau fraîche et rosée tape à sa porte et s’installe chez lui. Une belle histoire commence pour ces deux-là. La jeune femme prépare chaque jour une soupe qui ravit le pêcheur. Une seule question le taraude : d’où vient la saveur exquise qui se dégage du breuvage ? En cherchant à connaître le secret de la jeune femme, le garçon va perdre celle qui le fascinait. Dans la vie, « c’est l’amour ou les questions. » (résumé ricochet). Très très beau conte, à partir de 5-6 ans (et qui a vraiment beaucoup plu aux… parents, encore plus qu’aux enfants, il faut bien l’avouer).

Et enfin, l’enfant phoque de Nikolaus Heidelbach

l-enfant-phoque.jpg

C’est l’histoire d’un petit garçon qui nage comme un poisson sans avoir jamais appris à nager. Son père est pêcheur et l’enfant passe son temps avec sa mère qui, bien qu’elle soit toujours à la maison, a l’air de très bien connaître la mer et ses habitants. Une nuit, il surprend son papa dissimulant une peau de phoque et se souvient d’une légende que lui a racontée sa mère selon laquelle les phoques seraient en fait des hommes. Le lendemain matin, sa mère a disparu… (résumé ricochet) Très belle histoire, un peu mystérieuse, illustrations superbes, très belles évocations des fonds marins… J’aime beaucoup ce livre qui peut se découvrir dès 5 ans et que les enfants un peu plus grands apprécient encore plus.

Et voilà 45 minutes de lecture !

Mais on peut bien sûr en citer baucoup d’autres.

Par exemple, ça vaut vraiment le coup d’ouvrir la vague de Suzy Lee :

la-vague-suzy-lee.jpg