La naissance de la puce

Cet article, je l’ai écrit en juin dernier, puis il était resté dans mes brouillons. Je m’interrogeais sur la partie d’intime que j’avais envie de publier sur ce blog, sans trouver de réponse. Mais en ce moment, nous réfléchissons à la grossesse et à l’accouchement pour Maternités Féministes, j’ai passé la soirée d’hier à une conférence sur l’accouchement respecté. J’ai eu envie de relire cet article pour moi. Et finalement de le partager ici.

Mon accouchement a été à la fois très similaire à la naissance du magicien et pourtant différent.

Comme pour le magicien, j’ai perdu les eaux avant le début du travail, à la maison, à minuit 1/2. Ce qui nous a laissé le temps de prévenir un ami pour qu’il vienne garder le magicien et de nous mettre en route. Comme pour le magicien, nous avons pris le métro pour aller à la maternité, les contractions commençaient “tranquillement”. L’amoureux, un peu stressé, m’a fait courir dans les escaliers pour attraper le métro qu’on entendait arriver ! A peine arrivés à la maternité, le travail se met en place, là encore comme pour le magicien. Nous retrouvons la sage-femme qui m’avait accueillie lors de ma visite en urgence pour contractions prématurées.

Je m’étais dit que si l’accouchement était relativement rapide, j’accoucherai sans péridurale. La naissance du magicien m’avait montré que j’en étais capable et j’avais apprécié, après la naissance, d’être mobile, de pouvoir me lever, porter mon bébé, descendre dans ma chambre en marchant. Je dis donc à la sage femme que j’aimerais essayer de me passer de péridurale. Elle m’installe en salle de naissance. Elle m’avait dit “vous saurez que le travail a vraiment commencé quand vous vous direz : “je ne me souvenais pas que c’était aussi intense”. Pas de doute on y est. Les contractions sont régulières et douloureuses, mais ça se passe plutôt bien. On ricane avec Paul, qui a très envie de me faire essayer les différents “coussins de gym” sur lesquels je pourrais m’installer.

A ce moment là, je suis une pub pour les mamans bobo-bio qui accouchent sans péridurale. Ca fait mal, mais je gère les contractions debout ou sur le ballon, en me raccrochant à mes exercices de respiration, de prolongement, de sophrologie. Paul me masse le bas du dos, je suis heureuse qu’on soit tous les deux. Je réalise pleinement ce qui se passe, que ma fille sera bientôt là. Je me sens forte et capable. La sage-femme passe nous voir régulièrement, m’encourage.

Et d’un coup, le travail s’intensifie encore. Là, je perds pied. La maman bobo-bio parfaite se transforme en petite chose gémissante, allongée sur le lit, incapable de bouger, avec l’impression que je serai incapable de supporter encore une contraction. Paul fait tout ce qu’il peut pour me soulager, c’est-à-dire pas grand chose. La sage-femme restera avec moi à partir de ce moment là jusqu’à la naissance. Elle m’encourage, me dit que je vais réussir sans lorsque je parle de péridurale, m’examine et m’assure que le travail avance bien (sans me donner de chiffre).

Je ne vais pas mentir, à ce moment là je regrette amèrement mon choix d’accouchement sans péridurale. J’ai eu l’impression que cette seconde phase durait aussi longtemps que la première, mais Paul m’a assuré que c’était loin d’être le cas.

La puce arrive finalement. Je m’installe en position semi-assise, comme pour le magicien. La sage-femme me dit de pousser si j’en ressens le besoin. Ce n’est pas vraiment le cas, mais je pousse quand même, en me disant que j’en peux plus et que je veux qu’elle sorte vite. Ca mettra quand même un peu de temps. La demoiselle a décidé de se mettre dans une position bizarre. Elle nait en regardant vers les étoiles, un bras derrière le dos. Du coup je dois pousser un peu plus longtemps que le magicien qui était sorti très vite.

Et puis en une seconde, elle est là, posée sur moi. Et un flot d’émotions m’envahit. Même si l’accouchement a été presque aussi rapide que pour le magicien, puisqu’elle est née à 4h04, cette fois, j’ai vraiment eu le temps de réaliser ce qui se passait, de me préparer à l’accueillir. Elle est belle et elle va très bien. Ce n’est pas la crevette à laquelle nous nous attendions, après cette grossesse un peu compliquée, mais un beau bébé de 3,4kg. Elle me regarde, je la regarde, Paul est là et c’est le bonheur.

Mais cette bulle ne dure pas bien longtemps. Alors que la naissance a eu lieu dans le calme, d’un coup tout s’agite. Je perds pas mal de sang et la sage-femme s’inquiète de l’état de mon périnée. Rapidement, la salle se remplit : un gynéco, un anesthésiste, une autre sage-femme… Un peu difficile ! Mais un gynéco qui prend le temps de m’anesthésier correctement, contrairement à la première fois, et la sage-femme m’aide jusqu’au bout.

On peut ensuite enfin prendre un vrai temps à trois. On a envie d’appeler tout le monde pour les prévenir, mais il n’est même pas 6h du matin ! J’attends ça avec impatience, et surtout j’ai hâte que la puce rencontre son grand frère !

Arrive le moment de descendre dans la chambre. On me conseille, trois fois de suite, de descendre en fauteuil roulant. J’ai perdu du sang, je suis un peu faible. Je réponds calmement, mais très décidée, que c’est hors de question. J’ai voulu accoucher sans péridurale pour pouvoir descendre debout dans ma chambre. Ca parait sans doute complètement stupide dit comme ça. Mais je n’ai pas accouché sans péridurale pour vivre un moment mystique (heureusement pour moi, j’aurais été bien déçue), ni parce que je souhaitais à tout prix une naissance physiologique. Mais pour être à peu près opérationnelle après l’accouchement. Alors j’ai serré les dents et je suis descendue en marchant. Et je suis arrivée jusqu’à ma chambre.

Pour être honnête, dans les jours qui ont suivi, j’ai regretté de ne pas avoir demandé de péridurale. Parce que j’ai été marquée par ce moment où j’ai perdu pied et que je n’avais pas l’impression que me passer de péridurale m’avait apporté quelque chose. Puis je me suis peu à peu réconciliée avec cet accouchement. Pendant lequel, finalement, j’ai réussi à ne pas paniquer et à profiter de l’arrivée de ma fille. Où j’ai été pleinement actrice des choses, la sage femme étant seulement là pour m’accompagner.

J’ai à nouveau réalisé ma chance d’accoucher aux Lilas. Dans une maternité où le protocole, sans péridurale, est léger (monitoring du coeur du bébé par intermittence, c’est tout), où on respecte, dans la mesure du possible, l’intimité des femmes qui accouchent. Où la sage-femme a été disponible, encourageante, aidante, jamais jugeante.

C’était il y a un an. La puce a soufflé sa première bougie il y a quelques jours. Et quand je repense à cet accouchement aujourd’hui, c’est sans idéalisation mais avec beaucoup de tendresse.

Advertisements

4 thoughts on “La naissance de la puce

  1. Tu me donnes envie d’écrire le mien. J’ai la même sentiment que toi, sur “j’ai mis le même temps mais je l’ai vécu plus lentement”. Mais je crois que j’ai un peu peur, en l’écrivant, de me rendre compte que ça a été dur finalement 🙂
    J’aurais bien aimé marcher jusqu’à ma chambre et j’en étais tout à fait capable, même sans serrer les dents, mais le protocole de cet hôpital ne le voulait pas (le con).
    Merci pour ce partage.

    Like

    1. Bizarrement, l’écrire m’a rendu la chose plus facile. Et le relire un an après m’a permis de me rendre compte aussi, que je m’étais complètement réconcilié avec cet accouchement et que j’en gardais un souvenir doux. Beaucoup plus doux que la manière dont je l’ai vécu sur le moment. Pour le magicien, j’ai la sensation d’avoir oublié la douleur et les difficultés. Pour la puce, j’ai la sensation de les avoir apprivoisés. (je ne sais pas si je suis claire…).
      J’ai conscience de la chance d’avoir accouché dans une maternité où le protocole était très léger. Cette histoire de descendre à pieds, c’est le seul moment où j’ai du un peu m’affirmer contre l’équipe médicale, mais ils m’ont fait confiance. Seul interdit : porter ma fille, c’est Paul qui l’a poussée dans son berceau !

      Like

  2. Bonjour,

    J’ai moi aussi accouché (par choix) aux Lilas, en décembre 2015. Je ne voulais a priori pas non plus de péridurale, pas tellement pour l’accouchement en lui-même mais surtout pour la suite. J’avais lu que la récupération était longue, qu’on ne pouvait pas marcher, qu’on ne pouvait pas être libre de sa position pour accoucher, etc.
    Sauf que le jour J, les contractions sont arrivées tout de suite très fortes et rapprochées, et notre fils les supportait mal (baisse du rythme cardiaque). Il m’a donc été proposé la péridurale, pour pouvoir permettre à notre fils de moins peiner, et ainsi éviter une césarienne (qui pour le coup aurait aussi entraîné une anesthésie, et une récupération encore plus longue). J’ai donc accepté, ce qui a permis un accouchement par voie basse (dans les positions que je souhaitais, puisque la sage-femme déplaçait le capteur du monitoring au gré de mes changements). Là où je remercie particulièrement l’équipe des Lilas, c’est que cette péridurale a été suffisamment bien dosée, et que du coup j’ai pu quitter la salle de naissance en marchant pour regagner ma chambre! Alors je suis peut-être un cas à part, mais a priori les deux sont donc conciliables… Bref, avant d’accoucher je pensais qu’une péridurale serait une forme d’échec pour moi, et finalement je n’ai aucun regret puisque cela nous a permis d’accueillir notre fils dans d’excellentes conditions, et d’être en forme par la suite!
    Mais je pense que c’est aussi très lié à la maternité des Lilas, puisque dans une maternité plus classique il semble que la césarienne aurait été décidée tout de suite, et là adieu l’accouchement respecté que je souhaitais…

    Like

    1. Oui, tu as raison de le préciser !
      Je pense que ton accouchement a ressemblé un peu à mon premier : des contractions très fortes et rapprochées et un bébé qui ne supporte pas très bien. Moi il est sorti très rapidement donc il n’y a pas eu le temps de poser une péridurale, mais sinon, ça l’aurait aidé je pense.
      Pour la puce, le cas était différent : elle était dans une position (tournée “vers le ciel”) qui ralentit généralement l’accouchement et qui augmente le risque d’extraction instrumentale. La péridurale aurait peut être compliqué l’accouchement (la sage femme m’a dit qu’il aurait été difficile d’éviter les forceps avec une péridurale. On ne saura jamais, mais dans ce cas précis je ne pense pas que la péridurale aurait aidé le bébé).
      En tout cas, ce que nos expériences soulignent, je trouve, c’est l’importance d’être ouvert sur la question de la péridurale y compris pendant l’accouchement, pour s’adapter à son déroulement qui peut être très différent de ce qu’on avait pu imaginer. Pouvoir s’en passer alors qu’on la voulait à la base, l’accepter alors qu’on pensait faire sans… Parfois l’accouchement nous réserve des surprises !
      Et comme toi, un grand grand merci à l’équipe des Lilas !

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s