10 albums que j’aime

J’ai été taguée sur Facebook par Gabriel de la Mare aux mots. Il fallait que je cite 10 albums jeunesse qui m’ont particulièrement plu ou marqué. Je me suis dit que j’allais faire d’une pierre deux coups et en faire un article !

Cette liste n’est qu’une des possibilités. Parce que des albums que j’adore, des albums qui m’ont marqué, il y en a beaucoup plus que 10. Mais cette liste me plait parce qu’elle est un peu de moi, alors j’ai décidé de la partager.

Je commence avec 5 livres de mon enfance. Parce que pour moi, ce sont eux les plus marquants, finalement. Parce que je les ai tous retrouvés, chez ma mère ou chez ma grand-mère, et que je compte tous les lire au magicien.

10 albums que j'aime

(oui, cet exemplaire est tout pourri, mais c’est le mien !)

Parce qu’il est dédicacé par ma grand-mère : “juin 87, Laura a 1 an. C’est une “grande” la princesse, Mamette”. Parce que oui, je fais partie des enfants qui ont eu la chance de baigner dans les livres dès la naissance, ou presque.

Parce qu’il est drôle, et tellement loin des livres niais sur la propreté.

La série “petite princesse” de Tony Ross est toujours en cours, et c’est souvent drôle et bien vu. J’ai un faible pour Je veux gagner.

10 albums que j'aime

Parce que c’est à mes yeux la base de la littérature jeunesse.

Et parce qu’un des brigands a pour arme un soufflet qui lance du poivre.

Pour les couleurs, pour les tours en forme de chapeau.

J’aurais pu choisir le géant de Zéralda du même auteur, aussi.

10 albums que j'aime

Parce que ce livre me faisait pleurer, quand j’étais petite. Dans la même série, j’ai également un faible pour la tasse cassée et Noël chez Ernest et Céléstine.

10 albums que j'aime

Et les autres albums du père castor que me lisait ma grand-mère. J’en parlais ici.

10 albums que j'aime

Parce que Mimi Cracra est un surnom qui m’est resté longtemps.

Mais il y a aussi les albums d’aujourd’hui.

10 albums que j'aime

Pour les illustrations tellement riches et originales (et parfois un peu flippantes) d’Emmanuelle Houdart. Pour le côté tellement rassurant du texte.

Parce que c’est le premier livre que j’ai lu au magicien, le jour de ses 1 mois.

10 albums que j'aime

Pour l’univers décalé, des histoires qu’on ne pourrait pas trouver chez d’autres auteurs. Dans celui-ci, l’écureuil est bien embêté : la lune est tombée sur sa maison, et si on le suspecte de l’avoir volé, on le mettra en prison. Il doit s’en débarasser.

Pour la beauté et l’humour des illustrations. Chlop a parlé d’un autre titre de cette série ici.

10 albums que j'aime

Parce qu’il fallait au moins un album d’Ilya Green dans cette liste.

Et au moins un album antisexiste.

J’en parle ici et .

10 albums que j'aime

Pour la beauté des illustrations. Pour l’histoire qui évoque dans un même album l’abandon, la différence, l’exclusion, l’amitié, l’importance d’être accompagné, d’avoir un nom.

10 albums que j'aime

Parce qu’il fallait au moins un album de Vaugelade dans la sélection.

Parce que j’adore ce conte, si malin.

Mais 10 albums, c’est vraiment trop peu. J’aurais aimé citer aussi des albums de Komako Sakai, Gilles Bachelet, Kitty Crowther, Philippe Corentin, Alain Le Saux, Olivier Tallec, Joelle Jolivet, Benjamin Chaud…

Et vous ? Ca me ferait vraiment très plaisir que vous fassiez cette liste de 10 albums, en commentaire ou sur votre blog !

Edit de novembre 2015 : je rajoute ici les listes que j’avais eu en commentaire :

Vladimir :

Dans moi (kitty crowther).
Max et les maximonstres (Maurice Sendak).
La souris et le voleur (Jihad Darwiche et Christian Voltz).
Le déjeuner de la petite ogresse (Anaïs Vaugelade).
Le beau vers dodu (Nancy Van Laan et Marisabina Russo).
Strongboy (Ilya Green).
Léo (José Aruego et Robert Kraus).
La chasse à l’ours (Michael Rosen et Helen Oxenbury).
Le roi qui n’avait rien (Alex Cousseau et Charles Dutertre).
Le petit Chaperon Rouge ou la petite fille aux habits de fer blanc (Jean-Jacques Fdida et Régis Lejonc).

Rosalie :

-Tout un monde, l’imagier de chez Thierry Magnier. Parce qu’il cassait avec intelligence et talent les codes des imagiers et que chaque lecteur y voit l’image qu’il veut.
-Le monsieur, la dame et quelque chose dans le ventre. Aakeson/Eriksson chez Pastel. Pour son humour et sa finesse.
-La vague de Suzy Lee pour les illustrations et le mouvement qui s’en dégage.
-La petite casserole d’Anatole d’Isabelle Carrier chez Bilboquet, pour la sensibilité.
-Le prince tisserand de Nora Aceval et Laureen Topalian aux éditions du sorbier. Un conte oriental qui bouscule les clichés sexistes.
-Joé le lapin rêvé de Malika Doray (je suis assez fan de Malika Doray)
-L’histoire de Clara de Vincent Cuvellier chez Gallimard. Pour l’histoire, l’espoir, les voix.
-Une histoire à quatre voix d’Antony Browne parce que c’est un chef d’œuvre, je trouve.
-La revanche de Lili Prune de Ponti parce que.
-La grande question de W. Erlbruch parce que c’est nous qui avons la réponse 😉

Aude Leme :

1- Marlaguette (G. Muller) – Je le lis à mes trois enfants, et je finis les larmes aux yeux… “Et Marlaguette regardait souvent vers le fond des bois, avec son doux sourire, songeant à cette grande bête de loup qui, pour l’amour d’elle, avait accepté pendant des jours de mourir de faim…”
2- La naissance de Célestine (G. Vincent) – Un livre adorable, très émouvant, en écho aux questions que les enfants se posent souvent sur leur arrivée dans la famille.
3- Le prince bégayant (F. Place) – Une merveille, des mots qui chantent, de la poésie à chaque page. Même les petits, qui ne comprennent pas parfaitement le sens du texte, se laissent porter par la musicalité des mots.
4- Le vélo rose (J. Ashbé) – Quand le sourire revient sur le visage d’enfants qui ont connu un pays en guerre. Une merveille.
5- Un livre (H. Tullet) – Un livre d’une grande inventivité. Succès assuré de 2 à 102 ans !
6- Les trois brigands (T. Underer)
7- Otto (T. Underer) – Un album pour les plus grands, à partir de 6-7 ans. Les illustrations sont d’une grande puissance, et l’histoire très émouvante.
8- La vache orange (N. Hale) – Parce que ce livre a bercé mon enfance, et que l’illustratrice, Lucile Butel, qui nous a quittés il y a 2 ans, était une amie de mes parents. (je fonds aussi devant Le cheval bleu, La grande panthère noire, La vache Amélie, Le ballon rouge du petit chat gris…)
9- Nulle part partout (G. Dorémus) – Pour les plus grands, un livre sur le deuil, l’absence et la vie qui reprend. Des illustrations fortes. L’économie de mots n’empêche pas l’émotion.
10- La chasse à l’ours (M. Rosen) – Pour chanter, se faire peur, rire ! Les plus petits apprennent très vite à associer les onomatopées aux images, et participent à la lecture.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s