Les parents n’ont pas le droit de se plaindre, ils doivent être comblés

J’ai écrit un article il y a peu sur la difficulté d’être mère et de le dire (je mets mère parce que je parle de moi, mais je pense qu’on peut dire parent ici). J’ai envie de le compléter un peu aujourd’hui.

Dire, sur internet, qu’un aspect quelconque de la parentalité nous gonfle, c’est s’exposer à des réactions qui peuvent être violentes.

Mère bordel en parle ici. Un petit extrait :

Exprimer le moindre ras le bol quant à sa progéniture, c’est être une mère indigne, incapable, insuffisante.

A croire que le droit à l’imperfection s’envole avec le bouchon muqueux.

Un article publié il y a quelques temps sur rue89, ou plutôt les commentaires de cet article,  m’y a fait penser. Il s’intitule “Tu me lis une histoire ? : l’art d’arnaquer ses gosses“. L’article présente, plutôt au second degré, différentes techniques de parents pour raccourcir l’histoire du soir. Personnellement, il m’a souvent fait sourire !

Parmi les 145 réactions à l’article, on trouve :

– vous devriez plutôt vous réjouir : “je trouve triste de transformer en corvée de si beaux et bons moments !”

– il faut assumer : “comme dit au dessus, si on fait des enfants, il faut assumer”

– vous n’avez pas le droit de vous plaindre : “Ne vous plaignez pas de ce que vous considérez comme une corvée, ce sont vraiment de beaux moments”

– vous devriez avoir honte : “Pathétique : Arnaquer ses enfants sur une histoire ! !
Et le pire, c’est de s’en vanter, et d’en tirer gloriole, alors que c’est la honte qui devrait vous rougir le front !”

– vous êtes des méchants menteurs : “Et voila des le plus jeune âge on commence à se faire fourber ! et part ceux en qui on a le plus confiance bande de parents indignes ! Bande de menteurs !”

– vous êtes des parisiens (sic) : “C’est vrai que s’occuper de son gosse, partager un moment intime avec lui, lui faire plaisir, l’aider à dormir, l’instruire et lui donner le goût de la lecture c’est vraiment l’enfer. Les parisiens me désolent. Je suis chez vous en ce moment et je comprends mieux pourquoi les gosses que je croisent dans la rue ont l’air aussi déprimés, et les parents avec, tout ce qui touche à la vie véritable vous répugne.”

– vous êtes des pervers narcissiques : “Sinon, connaissant bien les pervers narcissiques je peux vous garantir que le fou furieux qui a écrit ce truc en est vraiment pas loin, je sais pas où vous recrutez à rue89 mais ça pue grave…”

– “il y a des parents qui…” (qui se transforme souvent en MOI JE) : “« C’est l’horreur d’être parents » semble être le nouveau credo de la presse ces temps ci. Il y a aussi des parents qui aiment lire des histoires et pour qui s’occuper de leurs enfants n’est pas une corvée.”

Et surtout le fameux : vous n’étiez pas obligé/vous n’auriez pas du faire des enfants :

“personne n’a obligé ces parents à faire des enfants…”

“Si on ne veut pas passer du temps avec ses enfants : on n’en fait pas. Tout simplement.
Il est aujourd’hui très simple, très facile, et gratuit (pilule 1G et 2G) de ne pas avoir d’enfants. Et hors cas exceptionnels, les méthodes de contraceptions fonctionnent très bien. Si on en veut, on en fait, et on ne se plaint pas après.”

“Fallait pas faire de gosses si t’en voulais pas. Pitoyable.”

“on se demande si certains n’auraient pas mieux fait de s’abstenir (mais il est vrai qu’à notre époque, on fait un enfant comme on achète un iphone)”

Voilà. Les réactions quelques témoignages de parents qui disent que ça les gonfle parfois de lire une histoire longue à leur enfant le soir, qu’ils préfèreraient s’avachir sur le canapé tranquilles, et que des fois, ils sautent des pages.

Non seulement il FAUT trouver cette activité épanouissante, mais en plus il faut trouver cette activité épanouissante TOUS LES JOURS, TOUT LE TEMPS. Même exprimer de la fatigue ou de la lassitude, y compris sur le ton de la plaisanterie, peut suffir à faire de vous un parent indigne.

Je sais qu’internet a tendance à exacerber ce genre de réaction, mais quand même, je m’interroge. Les gens qui disent ça ont-il des gosses ? Si oui, est-ce qu’ils se considèrent vraiment comme des parents parfaits ? Et puis ça existe, les parents qui sont TOUJOURS ravi de relire pour la 8e fois de suite dans la soirée le même album ? Parce que c’est pas mon cas.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s