Les visages de Jesse Kellerman

Il est temps de reprendre le commentaire de ma Pal de vacances, d’autant qu’il va falloir que je rende les livres à la bibliothèque ! Après Rouges ténèbres de Nicolas Cluzeau, j’ai lu un polar pour adultes, les visages de Jesse Kellerman.

Les visages de Jesse Kellerman

Ethan Muller, galeriste new-yorkais issu d’une famille richissime, découvre dans un appartement miteux des cartons et des cartons de dessins, composant une seule oeuvre, monumentale et indescriptible :

Aussitôt qu’elles furent assemblées, je compris la vraie nature du travail de Victor Cracke : c’était une carte.
Une carte de la réalité telle qu’il la percevait. Avec des continents, des frontières, des nations, des océans, des chaînes de montagnes, le tout étiqueté de sa méticuleuse écriture. Phlenbendenum. Freddickville. Zythyrambiana E. et O. La verte forêt Qoptuag dont les doigts descendaient jusque dans la vallée dy Wirthe, où scintillait le dôme doré de la cathédrale Saint-Gudrais (…).
Ce n’était pas seulement une carte de l’univers, mais aussi du temps. (…) En marchant le long des dessins, en voyant ces répétitions, on devinait la frustration de ne pas réussir à représenter en temps réel la totalité du monde visible et imaginaire, les lignes sur les pages ayant toujours quelques secondes de retard tandis que Victor se pressait pour garder le rythme.

Il va donc l’exposer dans sa galerie, sans trop se préoccuper de l’artiste (de toute façon, à ses yeux, c’est le galeriste qui transforme des “choses” en “art). Mais un flic à la retraite va découvrir, au centre de l’oeuvre, les visages de jeunes garçons assassinés longtemps auparavant…

Parallèlement, on suit l’histoire de la famille d’Ethan Muller depuis l’immigration aux Etats-Unis de son ancêtre. (Devinez quoi ? Les deux intrigues vont se rejoindre).

Je me suis régalée à la lecture de ce roman. J’aime bien les romans se déroulant dans le monde de l’art. Ici, c’est le monde des galeries, “une ruche branchée et cynique” où le m’as-tu vu, les ragots et les commérages tiennent une place centrale. On y croise les artistes originaux, les riches clients, et les galeristes qui sont persuadés de jouer un rôle aussi important que les artistes :

Il y a tout simplement trop d’oeuvres en circulation pour qu’une personne lambda puisse faire le tri entre les bonnes et les mauvaises. C’est le travail du galeriste. Nous sommes des créateurs aussi, sauf que nous créons des marchés et que notre production englobe les artistes eux-mêmes. Les marchés, à leur tour, créent des mouvements, et les mouvements des goûts, une culture, le canon de l’acceptabilité : en bref, ce que nous appelons l’Art avec un grand A. Une oeuvre d’art devient une oeuvre d’art – et un artiste un artiste – dès l’instant où je vous fais sortir votre chéquier

Le héros qui est au départ ravi de cette oeuvre sans artiste connu et qui en arrive presque à considérer que c’est son oeuvre, va cependant peu à peu prendre des distances avec ce milieu et l’enquête concernant ces enfants va prendre de plus en plus de place dans sa vie. Il va en effet enquêter avec le policier à la retraite, puis avec sa fille (dont il tombera bien sur amoureux) pour retrouver Victor Crake, l’artiste, et savoir si c’est lui qui a abusé de ces petits garçons et qui les a tué.

On trouve également dans ce livre une réflexion sur la famille (avec le cas un peu particulier d’une famille riche et puissante), sur les apparences qui prennent souvent le dessus sur la vérité des sentiments, souvent avec des conséquences catastrophiques. La famille qui exacerbe les sentiments. Ethan Muller est en conflit avec son père. Mais incapable d’être indifférent, il est plein de colère.

Enfin, j’ai apprécié un polar sans action, fusillade ou course poursuite, ça change !

Bref, un livre prenant, que j’ai dévoré en quelques jours. (mais je trouve finalement beaucoup plus facile de parler de livres pour enfants que de romans pour adultes sur ce blog !)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s