Chronique d’une première année

Aujourd’hui, le magicien a un an.

C’est un an de petits et de grands bonheurs, que j’ai publié ici, tout au long de l’année. Un an de petits bonheurs que j’ai réunis dans un album offert au magicien pour son anniversaire, réécrits et illustrés de photos.

Aujourd’hui, je reviens sur ces petits bonheurs qui ont marqué notre première année avec lui.

Première semaine : le magicien dans les bras de son papa pour la toute première fois , une première rencontre à trois.

Passer des heures à le regarder, dans son petit berceau en plastique de maternité, tout contre mon lit.

Deuxième semaine : Le premier biberon avec son papa.

Revenir à la maison à trois.

Les premières rencontres du magicien avec ses oncles et tantes, ses grands parents, ses arrières grand-parents, nos amis…

Troisième semaine : Les premières sorties au parc.

Les siestes juste à côté du magicien.

Quatrième semaine : continuer à jouer aux cartes, à passer du temps sur l’ordi, à discuter en buvant une tisane… avec un bébé sur les genoux ou dans les bras !

Cinquième semaine : les premières fois sur le tapis d’éveil.

Sixième semaine : le magicien a un mois !

Première séance de lecture avec le magicien.

Septième semaine : porter le magicien en écharpe, et profiter de l’avoir tout contre soi et juste à hauteur de bisou. Réussir à convaincre mon homme que si, c’est facile. Ca y est, il s’est lancé, et depuis il ne parle plus d’acheter un porte bébé !

Huitième semaine : bouquiner, allongée sur mon lit, avec le magicien qui fait sa sieste allongé sur mon ventre, la tête dans le creux de mon cou.

Neuvième semaine : la sieste à deux l’après-midi : un calin, puis je le regarde dormir 5 minutes avant de m’endormir à mon tour…

Dixième semaine : le magicien varie les sons : en plus des “areuh”, il dit “gueeeeuh” depuis quelques jours. Il cause, il cause… et il fait de plus en plus de grands sourires !

Onzième semaine : les sourires du magicien, qui sourit désormais à ses parents, en réponse à nos sourires (jusque là, c’était indistinctement à nous, à son biberon, aux poignées de porte…).

Douzième semaine : donner le biberon au magicien dans la galerie des sculptures du musée d’Orsay.

Treizième semaine : il a réussi à traverser cette semaine sans tomber malade ou faire de poussée de fièvre, ce qui n’était pas gagné d’avance entre mon gros rhume et ses premiers vaccins.

Quatorzième semaine : il a eu 3 mois cette semaine ! Et il est beaucoup plus éveillé. Grands sourires, areuhs… quelque chose qui ressemblait à un rire…

Quinzième semaine : parce que je ne trouvais pas ce que je voulais en magasin, lui acheter quelques grelots et les attacher au bout d’un ruban. Je n’imaginais pas que ce jouet improvisé aurait autant de succès auprès du magicien ! Il a pris conscience que s’il les tapait de la main, ils faisaient du bruit. Alors il se concentre, donne un coup dans les grelots. Et comme ça fait du bruit, il fait des grands sourires et bat des pieds. Et ses parents sont en admiration.

Seizième semaine : c’est un bébé hyper sociable. Grands sourires, porté par tout le monde… Il adore quand il y a du monde autour de lui. J’espère que ça va durer !

Je disais la semaine dernière qu’il commençait à taper dans les grelots qu’on secouait devant lui. Ca a été un vrai déclic, et en une semaine il a appris à attraper les doudous et hochets qu’on lui portait.

Ma maman qui fait la grand-mère parfaite, qui a adoré pouponner pendant quelques jours : elle lui a donné le biberon, l’a promené en écharpe, a chanté plein de chansons (l’avantage avec une mère instit c’est qu’on en découvre de nouvelles à chaque fois)… Elle lui a même fabriqué un hochet maison !

Le magicien a toujours adoré la table à langer. Mais en ce moment, c’est particulièrement génial. Il gigote, son grand jeu c’est de faire “le pont” : il s’appuie sur sa tête et ses pieds et lève les fesses. C’est pas hyper pratique pour le changer, mais il fait ça avec un tel bonheur!

Le calin à trois quand Paul nous a rejoint après quelques jours de séparation.

La tante de Paul nous a offert “Sophie la girafe”. Paul refusait qu’on l’achète parce qu’il trouve que “ça fait un bruit de jouet pour chien”, alors que pour moi, c’est une vraie madeleine de Proust ! Là, comme c’était un cadeau, et de sa famille en plus, il n’a rien pu dire !

Il commence à y avoir des échanges entre mon petit frère et le magicien. Mon frère lui apporte ses peluches (lui jette dessus serait plus exact, mais enfin…) et le magicien lui fait des grands sourires. Mon frère a demandé à le prendre dans ses bras, alors on s’est installés sur le canapé et j’ai installé le magicien sur ses genoux. Mon petit frère avait l’air si sérieux, comme si on lui avait posé ce qu’il y a de plus précieux au monde dans les bras ! (ce qui est le cas, en fait, pour moi en tout cas!)

Dix-septième semaine : mon homme et moi allongés, le magicien entre nous deux. Il se cambre et soulève ses fesses, avec toute l’énergie dont il est capable. Une fois vers maman, une fois vers papa. Et des grands sourires. Puis un calin à trois.

Dix-huitième semaine : le magicien était allongé sur le ventre. Il a réussi à se retourner et à se mettre sur le dos. Tout seul. Sous le regard admiratif et complètement niais de ses parents.

Dix-neuvième semaine : il arrive maintenant à attraper les petites peluches de son horrible mobile Winnie l’Ourson. Et là, il a tiré tellement fort qu’il a réussi à se faire tomber le mobile sur la tête. Inquiets, on s’est précipités pour tomber sur un magicien… hilare et tout fier de l’avoir attrapé !

Vingtième semaine : grands sourires, éclats de rire, grands discussions avec sa mamie…le magicien était ravi de ces quelques jours en famille, il a rarement été d’aussi bonne humeur !

Vingt-et-unième semaine : aller à l’accueil “parent/enfant” de la bibliothèque où je travaille avec le magicien. Il adore les livres (faut dire qu’il est un peu conditionné ^^), mais je ne l’avais jamais vu comme ça. Grands sourires, éclats de rire, longs discours pendant que je lui lisait des albums…

Première purée.

Vingt-deuxième semaine : Le premier Noël du magicien.

Il dormait à côté de notre lit chez nos parents respectifs, et il me suffisait de lever la tête pour le regarder dormir, comme quand il était petit. Et le matin, on a pris l’habitude de le recoucher entre nous deux pour un calin à trois…

Vingt-troisième semaine : avoir réussi à prendre un peu de recul, beaucoup mieux vivre les (rares) moments où il est ronchon et profiter pleinement des (nombreux) moments où il joue et où il sourit.

Vingt-quatrième semaine : un magicien toujours content et cool, qui s’adapte à tout, qui est d’accord pour manger son petit pot dans son siège auto ou dans une salle du chateau d’Amboise, qui est content de passer sa journée dans la poussette, qui nous fait la fête le soir quand on rentre à l’hotel et qui a réussi à se retourner tout seul pour se mettre sur le ventre pour la première fois pendant qu’on jouait sur le lit !

Vingt-cinquième semaine : reprise du travail : après une journée de travail, retrouver le magicien hilare et lui faire un gros calin.

Vingt-sixième semaine : hier soir, alors qu’on mangeait, il était dans son transat à côté de nous, et il s’est rendu compte qu’il pouvait atteindre le sel et le faire tomber par terre. Il a eu un de ses plus gros fou-rire quand il a réussi, et il nous regardait avec l’air de dire “vous voyez, ça y est, je suis assez grand pour faire des bétises”.

Vingt-septième semaine : retrouver le magicien après presque 3 jours sans lui et lui faire un énorme calin.

Vingt-huitième semaine : vendredi soir, quand je suis rentrée après être allée boire un verre, mon homme venait de mettre le magicien au lit. J’étais toute triste de l’avoir raté. Quand je suis allée le voir pour lui faire un bisou, il était en fait parfaitement réveillé, et on a pu faire un gros calin/chahut sur le lit !

Vingt-neuvième semaine : reprendre le temps de lire, allongée sur le lit, avec le magicien qui fait le zouave à côté de moi. Ca demande un livre assez léger mais c’est un beau moment !
De manière générale, le magicien a été particulièrement cool cette semaine. Je me suis rendue compte au bout des “mes trois jours” qu’il n’avait tout simplement pas pleuré ! Il a trouvé sans problème le moyen de me rassurer, moi qui m’inquiétais un peu parce que depuis que j’avais repris le travail, il était plus cool les jours avec son père que les jours avec moi… Génial bébé !

Trentième semaine : depuis quelques jours, le magicien tient assis tout seul ! Même s’il préfère se laisser tomber (voire se jeter) sur le côté, ça le fait hurler de rire !

Trente-et-unième semaine : retrouver son sourire, sa bonne humeur et son énergie après quelques jours difficiles et se dire que ça y est, il est guéri !

Trente-deuxième semaine : mon nouveau fond d’écran de portable, une photo du magicien sur les épaules de son papa, me donne le sourire dès que je jette un oeil à mon téléphone. 
Trente-troisième semaine : Un grand soleil, et assez de chaleur pour aller s’installer sur une pelouse aux Buttes Chaumont avec le magicien, le regarder essayer d’attraper l’herbe, et se dire que c’est bien, ces trois jours par semaine que je passe avec lui.
Le soir, quand on ouvre la porte, le magicien a très bien compris que c’est son père ou sa mère qui rentre. Du coup, il pousse des cris de joie avant même de nous voir !
Trente-quatrième semaine : maintenant, de temps en temps quand on le prend dans les bras, le magicien s’accroche très fort à nos bras. On a alors presque l’impression de ne pas être qu’un moyen de transport ^^
Trente-cinquième semaine : le magicien a une dent ! Je sais, c’est complètement ridicule de s’en réjouir, mais inexplicablement, ça nous rend tout fiers ! (et on est bien content qu’il n’ait eu aucun souci, ni de douleur trop importante!)
Trente-sixième semaine : le magicien et sa cousine, qui a six mois de plus que lui, en train de se découvrir, de faire des grands sourires et de se faire des caresses! (le magicien était quand même un peu frustré de rester sur place quand elle partait en marchant…)
Trente-septième semaine : Cette semaine, il y en a eu plusieurs. Je pourrais parler de la sieste qu’il a fait dans mes bras pendant le trajet en train, ce qui ne lui était pas arrivé depuis plusieurs mois. De sa visite surprise à la bibliothèque samedi, avec son papa. Du fait qu’il tient debout tout seul en s’appuyant sur le canapé. Des sons qu’il fait, et qui ressemblent de plus en plus à “maman”.Mais je crois quand même que le plus beau moment de la semaine, ça a été quand on est rentrés à la maison, après 5 jours de voyage. Pour la première fois, il avait conscience de rentrer chez lui. En arrivant dans la chambre, il a vérifié que le mobile était toujours au dessus de son lit, que le dragon était toujours accroché au plafond… et ses sourires se sont transformés en cris de joie !

Tu as raison mon bonhomme, on est bien chez nous !

Trente-huitième semaine : ca y est, le magicien tient super bien assis. C’est impressionnant comme ce simple fait nous donne l’impression d’avoir un petit garçon et plus un bébé en face de nous (qu’est-ce que ça va être quand il va marcher !). Et ça lui donne plein de nouvelles possibilités de jeu, de lieux où s’installer… Mercredi après-midi, il est venu me voir à la bibliothèque et on l’a assis dans le coin petite enfance, face à un bac, il pouvait attraper les livres tout seul pour les manger, c’était adorable !

Enfin une après-midi ensoleillée et un chouette moment à trois au parc.

Trente-neuvième semaine :  le magicien est un petit goinfre ! Il faut le voir avec un quartier de pomme ou d’orange dans le bouche !

Quarantième semaine : De beaux moments chez son arrière grand-mère et la découverte des jeux de Maman quand elle était petite (ah, des cubes !)

Retrouver un magicien hilare et heureux de me revoir après 48 heures de séparation.

Quarante-et-unième semaine : faire des pyramides de cubes et regarder le magicien s’éclater à les faire tomber !

Quarante-deuxième semaine : le magicien fait “au revoir” de la main !

Quelques jours en famille à Lyon.

Quarante-troisième semaine : Acheter les premières chaussures du magicien avec sa grand-mère.

le magicien fait tout pour attraper nos mains puis tire pour se mettre debout ! Il y arrive à chaque fois maintenant et il en est super fier !

Quarante-cinquième semaine : Ca y est, le magicien a trouvé une technique très efficace pour ramper ! Il nous fait des blagues, on le laisse dans sa chambre et on le retrouve dans la salle de bain, il vient vers nous pour nous faire un calin…

Quarante-sixième semaine : en ce moment, le magicien fait des bisous, et même si c’est un bébé très sociable et toujours content d’être dans les bras de nos amis, c’est à son père et moi qu’il réserve ses bisous et ses plus grands sourires!

Quarante-septième semaine : le magicien est resté quelques jours en plus en vacances avec son papa.  Depuis qu’il est rentré, samedi, il passe son temps à dire maman (ou quelque chose qui y ressemble) en me faisant des bisous ! (son père commence à être jaloux !)

S’installer dans une pelouse aux Buttes Chaumont et regarder le magicien jouer dans l’herbe.

Quarante-huitième semaine : depuis quelques jours, le magicien nous rejoint dans la pièce où on est quand il a envie de nous voir (c’est-à-dire environ 30 secondes après qu’on ait quitté la pièce où il se trouvait ^^). Quand je suis rentrée du boulot vendredi, il était dans la salle de bain, et il s’est littéralement précipité vers moi à travers la cuisine !

Quarante-neuvième semaine : en ce moment, le magicien parle beaucoup et avec beaucoup de sérieux. Et j’adore rentrer dans son jeu. En général, je répète ce qu’il vient de dire, il fait un autre son, je répète encore… et on se marre ! On le fait souvent quand on se promène et qu’il est dans le manduca, les gens dans la rue doivent me prendre pour une folle !

Cinquantième semaine : ça y est, il a trouvé sa technique pour s’asseoir seul : il se met sur le ventre, puis a quatre pattes et enfin se bascule en arrière pour atterrir sur les fesses! Et il est vraiment vraiment fier quand il y arrive ! Il nous lance son regard.”vous avez vu comme je suis grand?”

Cinquante-et-unième semaine : son bonheur de jouer dans l’eau que ce soit dans la piscine de mon grand-père… ou dans la fontaine du parc !

Cinquante-deuxième semaine :  le magicien sait mettre en route la boite à musique accroché à son lit tout seul, du coup on entend qu’il est réveillé avant qu’il râle ! Il joue avec la poignée de la porte qui donne sur notre chambre… et quand on arrive il est debout dans son lit et saute de joie sur son matelas !

Cinquante-troisième semaine : le premier anniversaire du magicien !

Advertisements

2 thoughts on “Chronique d’une première année

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s