10 ans après

Aujourd’hui, à la bibliothèque, il y avait du monde. Des lycéens en pleine révision pour le bac. J’ai trouvé ça mignon de les voir si concentrés et en même temps toujours prêts à faire 5 minutes de pause.

Le bac, pour moi, c’était il y a 10 ans. J’étais stressée, studieuse. J’avais fait un planning de revisions que j’ai suivi scrupuleusement. J’avais fait des fiches et des fiches de fiches. Appris des citations par cœur pour la disserte de philo ou des structures grammaticales à ressortir en espagnol.

Et tout à l’heure, j’ai repensé à une lettre que ma meilleure amie m’avait écrite pour mes 17 ans, juste avant le bac. Elle nous décrivait telle qu’elle nous imaginait 10 ans plus tard.

RDV dans 10 ans.
Toi :
En jean Lévis, tee shirt blanc, converses
Mariée à un “teleramateux”, violoncelliste aux mains sublimes
Archiviste à la Bibliothèque Nationale

Aujourd’hui, je portais bien un jean Levis et des converses (offertes par l’amie en question d’ailleurs) mais j’aime mettre un peu de couleur dans mes tenues et mon tee shirt était vert.

Je suis mariée, mais j’ai compris depuis que l’intello artiste n’était pas l’homme qu’il me fallait. Parfois, mon amoureux lit télérama aux toilettes, quand il n’y a rien d’autre qui traîne. Moi, j’y suis abonnée depuis mes 17 ans et je continue à le lire religieusement toutes les semaines. Par contre j’ai arrêté de jouer du violoncelle depuis bien longtemps maintenant.

Je travaille bien en bibliothèque, comme nous l’imaginions, mais je me suis détournée des bibliothèques patrimoniales et des livres anciens qui me captivaient à l’époque car j’ai compris que ce qui me plaisait dans le métier de bibliothécaire c’était de donner à découvrir le livre. Rien de comparable entre ma section jeunesse et les chercheurs de la BNF à part ma passion toujours présente pour le livre.

Mais surtout, malgré des hauts et des bas dans notre relation, l’amie en question est toujours là. Le RDV est honoré.

C’est assez étrange de relire nos pensées et nos rêves d’ados. Ce qui me plait, c’est que même si j’ai changé et que je suis différente de ce que j’imaginais à l’époque, je n’y lis aucun renoncement. Et que je n’ai pas de regret quand je lis ce portrait (à part peut être celui d’être, maintenant comme à l’époque, trop raisonnable).

Et pour finir cet article, je reprends les paroles d’une chanson de Carla Bruni qui concluait la lettre (oui, on était ados, il y avait des extraits de chansons dans nos lettres) :

Puisque ma vie n’est rien alors je la veux toute
Toute entière tout à fait et dans toute ses déroutes

La dernière minute, Carla Bruni

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s