Main dans la main de Valérie Donzelli

Au début du mois, je suis retournée au cinéma !C’est une des rares activités que j’avais complètement arrêté depuis la naissance du magicien, et ça me manquait.

Et il était hors de question que je rate un film de Valérie Donzelli. Parce que j’adore cette actrice et réalisatrice et parce que j’avais été complètement bouleversée par la guerre est déclarée (d’ailleurs, je me dis aujourd’hui qu’il est heureusement sorti avant que je sois mère sinon j’aurais eu beaucoup de mal à m’en remettre).

J’ai donc laissé le magicien et son père une soirée pour aller au cinéma avec mon meilleur ami voir Main dans la main :

Quand Hélène Marchal et Joachim Fox se rencontrent, ils ont chacun des vies bien différentes. Hélène dirige la prestigieuse école de danse de l’Opéra Garnier, Joachim, lui, est employé d’un miroitier de province.
Mais une force étrange les unit. Au point que, sans qu’ils puissent comprendre ni comment, ni pourquoi, ils ne peuvent plus se séparer (résumé allociné) et sont contraint d’effectuer les mêmes gestes.
On quitte donc le sujet difficile de “la guerre est déclarée” pour une comédie romantique.
main-dans-la-main.jpg
Je pense que j’attendais trop de ce film, après mon enthousiaste pour ses films précédents et une longue diète de cinéma. Alors je suis sortie un peu déçue.
Pourtant, je suis sûre que si j’étais allée voir ce film par hasard, sans attente particulière, j’aurais beaucoup aimé.
Parce que l’idée du scénario est assez géniale, même si elle est toute simple. Et que certaines scènes sont tout simplement très drôles. Être liés, par exemple, c’est pas très pratique pour faire une pause pipi au bord de la route.
Mais comme dans la Reine des pommes, la comédie est mélée de passages plus mélancoliques, et de sujets plus sérieux. Malheureusement, ici, ça manque parfois un peu de rythme.
Parce qu’on retrouve ce que j’aime chez Valérie Donzelli, la voix off, le décalage, le fait qu’il y ait de la place pour la tristesse même dans ses comédies (tout comme il y avait de la joie dans la guerre est déclarée), la présence de Jérémie Elkaïm… Et bien sûr, les chansons des années 80, ici “main dans la main” d’Elli et Jacno.
Parce que les acteurs sont géniaux. Je suis complètement fan de Jérémie Elkaïm (mon dieu qu’il est beau dans ce film!). Valérie Lemercier est géniale aussi.
main-dans-la-main-2.jpg
Et surtout, on retrouve Béatrice de Stael qui jouait déjà dans les deux films précédents de Valérie Donzelli. Elle réussit à être à la fois drôle et émouvante (elle est à gauche sur l’image).
Main-dans-la-main-3.jpg
Au delà du couple formé involontairement par Valérie Lemercier et Jérémie Elkaïm, le film met en scène deux relations : le couple fusionnel frère-soeur (Joachim et sa soeur, jouée par Valérie Donzelli) et le couple amical fusionnel entre Hélène et Constance (jouée par Béatrice de Stael). Le film est donc une réflexion sur le couple en général, la passion, mais aussi comment faire de la place à une relation amoureuse (surtout aussi fusionnelle) quand on a une relation plutôt dévorante ?
On pourrait encore parler de beaucoup de choses : de la place centrale de la danse dans ce film (et donc du décor sublime qu’est l’opéra de Paris), de l’attitude face à la maladie, du décalage entre cette grande bourgeoise parisienne et cet artisan de province…
C’est donc un film beaucoup plus riche que ce que l’on peut penser à première vue avec l’expression “comédie romantique”. Et même si j’étais un peu déçue à la sortie, plus j’y pense, plus j’en viens à apprécier ce film.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s