Un bébé dans un univers d’adultes

Certaines, quand elles décident d’avoir un enfant, sont entourrées d’amis parents qui pourront partager leurs expériences. D’amies enceintes qui vivent des choses similaires. De futures parents qui s’intéressent aux bébés, à leur développement, à l’éducation. D’annonces de grossesses, de naissance, de faire-part.

Ce n’est pas mon cas. Parmi nos proches, seul un ami de Paul est papa, mais il habite loin, nous le voyons rarement. Et les autres ne sont pas près de devenir parents. Parmi nos amis, beaucoup sont encore célibataires. Certains ont fait de longues études et sont encore étudiants ou viennent de commencer à travailler. Plusieurs sont homosexuels et soit n’envisagent absolument pas de devenir parents, soit l’envisagent dans un futur plutôt lointain, à l’issue d’un parcours compliqué.

Mon amie d’enfance a été la plus touchée par ma grossesse. Elle m’a appelé deux fois plus souvent qu’avant. Parfois en me disant “je viens de tomber sur un épisode des maternelles, j’ai vu un berceau de cododo, j’ai trouvé ça trop bien !”. Quand elle a posé la main sur mon ventre et senti le magicien bouger pour la première fois, elle a eu les larmes aux yeux. Quand elle a appris que j’avais accouché, elle était à Marseille. Elle a pris le premier train qu’elle a trouvé, et dès le lendemain elle était là (et avec un plateau de sushis!). C’est aussi elle qui était là le jour où je suis sortie de la maternité. Elle est devenue la marraine de mon fils. Ce bébé m’a aussi permis de me réconcilier avec ma meilleure amie (ce que nos mariages respectifs n’avaient pas réussi à faire). Son attachement à mon bébé me touche.

En dehors de ces deux amies, il y a eu des personnes intéressées et heureuses mais ne sachant pas vraiment ce qu’est un bébé ou ce que je pouvais vivre. Par exemple une amie qui, le week end où elle est venue nous voir, a beaucoup regardé le magicien mais n’a jamais osé le prendre dans ses bras. Des personnes contentes de nous voir heureux mais pas spécialement intéressées par le bébé. Comme le meilleur ami de Paul, qui est toujours content de venir passer un week end avec nous, et qui fait plus ou moins comme si le magicien n’était pas là. Des personnes inquiètes à l’idée que cette naissance nous change trop. Un ami qui nous reprend avec humour quand il trouve qu’on l’on devient des parents trop niais. Mon meilleur ami qui a même coupé les ponts pendant plusieurs mois pendant ma grossesse, de crainte que je ne devienne “comme tous ces jeunes parents obnubilés par leur enfant et qui sont incapables de parler d’autre chose”.

Quant à ma famille, ils ont été ravis pour moi. Mais il leur a fallu un petit temps d’adaptation. Parce que le magicien est le premier de sa génération. Donc qu’il conduit à un changement dans les relations familiales. Il fait de mes parents des grands parents. Il a fallu du temps à ma mère pour se faire à l’idée de devenir mamie avant 50 ans. La première réaction de mon père a été un “j’ai réussi à être à la fois un vieux papa (son petit dernier a 2 ans 1/2) et un jeune grand-père !” étonné. Ma grand-mère est très heureuse, mais m’a avoué qu’elle n’avait “pas trop dit dans le village qu’elle était arrière-grand-mère, ça fait vieille!”.

Moi, il m’a fallu du temps pour reconnaitre que cet enfant allait vraiment changer les choses, et ma relation aux autres. Parce que devenir mère allait me changer moi, sur certaines choses en tout cas. Et tout simplement au niveau matériel, puisqu’il serait là et qu’il faudrait s’organiser en conséquence. Qu’il fallait accepter que même quelqu’un qui m’aime puisse ne pas être intéressé par ma grossesse, puis par le magicien. Ce qui n’a pas été facile. Qu’il allait falloir trouver un nouvel équilibre, alors que je venais juste de réussir à trouver à peu près celui entre vie de couple/vie professionnelle/vie sociale.

D’un côté, ça fait du bien. Quand je vois mes amis, je décroche, je parle d’autre chose. Et j’ai profondément besoin de ces coupures. Je continue à m’intéresser à ce qui m’intéressait avant (bouquins, expos…). Je trouve ça plus stimulant intellectuellement que si j’étais d’avantage centrée sur ma vie de famille. Le magicien est suffisamment cool pour qu’on ait l’illusion de passer une soirée comme avant même quand il est là, de profiter de nos amis.

D’un autre côté, j’ai besoin de parler de mon bébé. Malgré tout ce que je m’étais promis, je peux avoir de long débat sur la tétine, passer du temps à parler de coliques. J’ai aussi besoin de partager mon expérience, de parler à d’autres mères, de voir quelles questions elles se posent. Besoin de gens qui me comprennent aussi, qui savent qu’être en congé maternité, c’est super, qu’on aime notre enfant plus que tout, mais que des fois on en a marre et qu’on a l’impression qu’on va exploser. Ca fait du bien de sentir qu’on n’est pas seule.

Pour ça, j’ai trouvé deux solutions.

Les accueils parents/enfants de la PMI où on va régulièrement. Un espace pour s’installer confortablement avec les bébés : canapés, tapis, coussins, jouets. Des personnes compétentes, ouvertes et adorables pour animer ce moment (une puericultrice, une psychologue, une sage-femme). Des conseils et des petits trucs pour mieux s’occuper de bébé. D’autres parents présents, avec leurs bébés, ce qui permet un échange intéressant. On voit des enfants un peu plus grands, mais aussi des tout-petits (et on se rend compte qu’avec un bébé de 2 mois 1/2 on peut déjà être nostalgique). On se rend compte qu’on partage les mêmes joies mais aussi les mêmes galères. Et ça fait du bien ! (en plus, le magicien adore ! un tapis et des jouets nouveaux, plein de choses à regarder, d’autres bébés…).

Internet et les blogs. M’autoriser à parler un peu de ma grossesse et de ma vie de maman sur ce blog qui n’était pas prévu pour ça au départ m’a fait beaucoup de bien. Mais j’apprécie surtout de lire d’autres blogs. Les blogueuses que j’ai découvertes en préparant mon mariage ont pour certaines orienté leurs textes et leurs réflexions sur la parentalité. C’est le cas du petit poison avec le blog d’Apostille, mais aussi des pérégrination de Mia, autour du mariage puis de la parentalité. A force, j’ai l’impression de lire des copines, de les connaître sans les avoir jamais rencontrées. Alors quand j’apprends qu’elles sont enceintes, je suis ravie pour elle, mais aussi pour moi, parce que je vais pouvoir continuer à partager avec elles. Mais j’ai aussi découvert beaucoup d’autres sites que je visite très régulièrement, en particulier le blog des vendredis intellos. Je m’invite dans la chambre et même dans la baignoire de certaines. Je découvre Floh a une petite fille qui n’a que quelques jours d’écart avec le magicien. J’essaye de savoir comment vivre mariés quand on est con et pleurnichard, et qu’en plus un petit bébé s’invite dans nos vies. Merci les filles, vous me faites du bien !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s