The descendants

the descendant

d’Alexander Payne avec Georges Clooney, Shailene Woodley

De quoi ça parle : A Hawaii, la vie d’une famille bascule. Parce que sa femme vient d’être hospitalisée suite à un accident de bateau, Matt King tente maladroitement de se rapprocher de ses deux filles, Scottie, une gamine de dix ans vive et précoce, et Alexandra, une adolescente rebelle de dix-sept ans. Il se demande aussi s’il doit vendre les terres familiales, les dernières plages tropicales vierges des îles, héritées de ses ancêtres hawaiiens. Quand Alexandra lui révèle que sa mère avait une liaison, le monde de Matt vacille. Avec ses deux filles, il part à la recherche de l’amant de sa femme. Durant une semaine essentielle, au fil de rencontres tour à tour drôles, perturbantes et révélatrices, il va finalement prendre conscience que sa principale préoccupation est de reconstruire sa vie et sa famille…(allocine)

Ce que j’en pense :

Un film émouvant et subtil sur le deuil.

Matt réalise qu’il y a des choses qu’il aurait du dire ou faire, et que maintenant c’est trop tard. Et qu’il faut vivre avec ça.

Qu’il ignorait que cette femme qu’il aime toujours, même s’il l’avait laissé s’éloigné, aimait un autre homme.

Et surtout, qu’il doit aider ses deux filles, de 10 et 17 ans, leur permettre de faire leur deuil.

Georges Clooney est parfait dans ce rôle. Impressionnant de voir comme cet homme qui joue parfois les sex symbol est crédible dans ce rôle de Monsieur Tout-le-monde.Entre émotion, force et retenue, mais aussi parfois ridicule et décalage. L’actrice qui joue sa fille ainée est assez incroyable aussi.

Pour Matt et ses deux filles, resserer leurs liens, trop distendus, est une nécessité pour surmonter cette épreuve. C’est quelque chose en quoi je crois profondément : dans ce genre de circonstance, on ne peut s’en sortir qu’en se serrant les coudes.

Le réalisateur prend son temps. Installe les personnages (presque un peu trop longuement pour la voix OFF du début). Se concentre sur certains détails du quotidien qui en disent long. Filme le temps qui passe dans la chambre d’hopital. Tout en pudeur, avec quelques moments de comédie qui nous permettent de respirer. (pour être tout à fait honnête, si j’ai été complètement entrainée, mon homme a trouvé ça long, et parfois un peu chiant).

Bref, un beau film. J’ai pleuré comme une madeleine à peu près du début à la fin (bon, ok, les hormones y sont peut être pour quelque chose, ces derniers temps je ne perds pas une occasion de pleurer !).

Intéressant aussi, cette découverte d’Hawai, entre détails typiques de la société américaine et dépaysement, modernité et nature sauvage (qu’il faut défendre car elle fait partie de leur héritage).

Advertisements

One thought on “The descendants

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s