Savoir s’arrêter

J’ai arrêté de travailler il y a dix jours. Plus tôt que prévu, à sept mois de grossesse. Une semaine d’arrêt maladie puis 15 jours de congé pathologique avant d’entamer le congé maternité proprement dit.

Une décision difficile à prendre pour moi.

Savoir s’écouter

C’est quelque chose de pas évident.

Parfois, il y a une raison objective (raison médicale, problème pendant la grossesse, col pas aussi fermé qu’il devrait…). C’est une épreuve, mais il n’y a pas besoin de se poser la question, on n’a pas le choix, et on a une “vraie raison” de s’arrêter.

Ca n’a pas été le cas pour moi. Au niveau médical, tout va bien. Le magicien est en pleine forme. Et je n’ai pas de souci de santé. Simplement de la fatigue. Beaucoup de fatigue accumulée.

Mais difficile pour moi d’accepter d’arrêter de travailler “juste pour ça”. Mon gynéco avait déjà suggéré de me mettre en congé maladie trois semaines plus tôt, et j’avais refusé puisque je n’étais pas malade et que ma grossesse se passait bien, malgré une fatigue déjà bien présente.

Finalement, il a fallu que mon mari intervienne et se fâche, après une soirée passée à pleurer simplement de fatigue. Qu’il exige que j’aille à la maternité en discuter avec un médecin (dans ma maternité, en cas de problème, on peut consulter un gynéco sans rdv et on est reçu dans l’heure). Qui m’a arrêté à partir du jour même.

Sur le coup, ça a été difficile à accepter. Parce que j’avais le sentiment de “lâcher” mes collègues et mon boulot. Parce que j’appréhendais le temps à passer seule chez moi. Parce que je culpabilisais de ne pas avoir réussi à “gérer” ma fatigue et d’avoir trop tiré sur la corde.

10 jours plus tard, j’ai pris conscience du bien que cela m’a fait. De l’énergie (en partie) revenue. Du temps qui était nécessaire pour me concentrer sur cette grossesse et en profiter.

Accepter de lacher prise professionnellement

C’est ce qui a été le plus dur, pour moi.

D’ailleurs, la première chose que j’ai fait après avoir été arrêtée, c’est d’aller passer presque toute l’après-midi au boulot, parce que je devais accueillir une classe et que je ne voulais pas annuler.

  • Pour des raisons de principe. Il y a quelques mois, je lisais les billets de Marie et de Mia sur la “gestion” de sa grossesse au travail. Et c’est un sujet qui m’a préoccupé toute ma grossesse. Hors de question pour moi d’en “profiter” pour en faire moins. Je pense au contraire que j’ai été encore plus exigente avec moi-même. Je n’ai utilisé qu’une partie de mes possibilités d’aménagement du temps de travail. Accepter de partir avant le congé maternité, c’était à mes yeux un échec.
  • Parce que j’ai l’impression de “planter” mes collègues, surtout en partant aussi brusquement. Même si je suis déjà remplacée et que cette remplaçante devrait (croisons les doigts) rester jusqu’à après mon retour. Mais comme je suis responsable de la section, certaines de mes “responsabilités” doivent être réparties entre mes collègues et c’est pas forcément les tâches les plus intéressantes. Heureusement, nous nous étions organisés suffisamment en avance. Je sais qu’ils ont tous les modes d’emploi nécessaires. Ils savent qu’ils peuvent me contacter sans souci s’ils ont la moindre question. Et j’ai toute confiance en leur compétence pour faire le boulot. Mais je dois bien avouer que renoncer à contrôler les choses, ne plus savoir en détail ce qui se passe c’est difficile pour moi.
  • Parce que j’adore mon boulot. Et c’est la raison principale. Partir aussi longtemps (j’ajoute au congé maternité tous les congés que j’ai réussi à stocker, en plus du congé pathologique : je ne retourne pas travailler avant 6 mois), ça m’attriste. Ne pas suivre les projets mis en place, assister aux spectacles pour enfants que nous venons de programmer. Ne plus voir nos habitués. Ne plus choisir les livres que l’on achète. Ne pas participer aux lectures dans les jardins qui m’ont tant plu l’année dernière. Rendre les clés de la bibliothèque et annoncer dans mon gestionnaire de mails que je ne revenais que le 11 janvier, ça a été dur ! Le dernier accueil de classe a été simplement super. Une classe de CM très motivée, qui a renoncé à un temps libre d’1/2 heure pour continuer à faire les “exercices” que j’avais préparés. Et une classe suspendue à mes lèvres pendant que je lisais un de mes contes préféré, le loukoum à la pistache de Catherine Zarcate, superbe conte sur les hauts et les bas dans la vie, génial à lire à haute voix (et qui en plus, parle de pisse de rat : lu à haute voix à la bibliothèque, par un adulte, c’est le fou-rire assuré pour toute la classe !). Une bonne façon de partir !

Du coup, j’ai emprunté pas mal de livres à la bibliothèque, un bon moyen d’être obligée d’y retourner de temps en temps !

Femme au foyer

Je passe donc l’essentiel de mes journées seule à la maison. La première semaine, je n’ai fait que dormir, en passant du lit au canapé et du canapé au lit. C’est donc passé assez vite.

Mais maintenant, il faut apprendre à gérer ça. Attendre que son mari rentre du travail le soir et accepter l’idée que ça va durer plusieurs mois et que parfois, c’est la seule personne à qui je parle de la journée. Apprendre à gérer ce rythme différent. Trouver un moyen de conserver une vie sociale. Gérer les tâches ménagères.

Heureusement, j’ai des activités toutes trouvées, puisque mon salon ressemble encore en partie à ça (même si ma sage femme m’a normalement interdit de défaire les cartons)  :

P1040939.JPG

Les rendez-vous médicaux et la préparation à la naissance m’occupent bien aussi.

Et d’ici quelques semaines, je n’aurai plus une seconde pour penser à tout ça, accaparée par la découverte du magicien !

Advertisements

One thought on “Savoir s’arrêter

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s