Les contes du père Castor

Reparlons un peu bouquins !

J’avais envie de parler un peu des éditions du père Castor.

D’une part parce qu’il y avait chez cet éditeur un côté novateur qui le rend historiquement important et qui permet à ses livres d’être toujours d’actualité 70 ans après. En quelques mots, en 1931, Paul Foucher, proche de l’Education Nouvelle (courant pédagogique qui défend le principe d’une participation active des individus à leur propre formation), crée les éditions du Père Castor chez Flammarion. Il choisit un format léger, simple et peu couteux pour que ces livres soient accessibles à tous. Le projet est à l’origine pédagogique avec la publication de livres d’activités puis de littérature enfantine fondée sur les besoins de l’enfant. L’initiation doit être à la fois littéraire (texte bien écrit, accessible aux enfants) et artistique (l’image ne sert pas seulement à illustrer le texte, elle raconte l’histoire, comme dans Roule Galette où le chemin blanc pousse à tourner la page pour connaître la suite).

D’autre part parce que, comme je le disais ici, ma grand-mère nous a beaucoup lu ces histoires et que j’ai une affection toute particulière pour certains de ces albums. Une petite sélection donc, complètement subjective.

roule-galette.jpg

Roule Galette de Natha Caputo et Pierre Belvès

Une dame fait une galette et la met à refroidir. La galette s’ennuie, se laisse glisser de la fenêtre et s’enfuit. Elle roule, bat la campagne, chantonne, et échappe successivement à la convoitise d’un lapin, d’un ours, d’un loup, mais le renard sera plus malin qu’elle ! (résumé electre)

A raconter dès trois ans, les répétitions dans le texte (conte de randonnée) sont adaptés à des enfants de cet âge.

Marlaguette.jpg

Marlaguette de Marie Colmont et Gerda Muller

Marlaguette ramassait des champignons quand le loup l’attrapa pour la manger. Rentrant dans sa grotte, il se cogna la tête et se fit très mal. Apitoyée, la fillette le soigna, prit soin de lui jusqu’à sa guérison. Reconnaissant, le fauve promit de ne plus manger d’animaux. (résumé Electre).

Mon préféré ! Je peux presque le raconter par coeur, et je le lis très souvent aux enfants à la bibliothèque.

Une magnifique histoire d’amité et de respect.

Des illustrations superbes (à noter qu’il en existe deux versions légèrement différentes par la même illustratrice).

A partir de 4 ans.

grande-panthere-noire.jpg

La grande panthère noire, de Paul François et de Lucile Butel

La grande panthère noire a mangé un cochon, une vache et un lapin. Alors, les habitants du village prennent leurs fusils et partent à sa recherche.

Une histoire qui se passe en Inde (les éditions du père Castor ont une vraie volonté d’ouverture sur le monde et les autres cultures).

A lire dès 4 ans.

plus-mignonne-des-petites-souris.jpg

 La plus mignonne des petites souris d’Etienne Morel

Monsieur Rongetout veut comme mari pour sa fille, la plus mignonne des petites souris, le plus puissant personnage du monde. Il décide donc de la marier au soleil. Mais le soleil est-il vraiment le personnage le plus puissant du monde ?

Des illustrations aussi mignonnes que la petite souris du titre, de l’humour.

Et l’idée que les puissants ne sont pas toujours ceux que l’on croit (ce qui permet en plus un mariage bien assorti!).

A partir de 4 ans

Michka.jpg

Michka de Marie Colmont et Feodor Rojankovsky

Michka s’est enfui de chez sa maîtresse, une enfant trop gâtée qui le maltraitait. Il découvre le monde qui l’entoure. Un renne passe, son traîneau chargé de jouets. Michka l’aide dans sa distribution, mais à la dernière maison, une cabane misérable, il ne reste plus de jouet. (résumé electre)
Un magnifique conte de Noël (qui comblera les allergiques au père noël), très touchant. Il y est question de liberté, de découverte, de générosité et de don de soi.
(A noter : une nouvelle édition a été publiée, avec le texte originale mais des illustrations complètement différentes d’Olivier Tallec, mais je n’ai pas eu l’occasion de le feuilleter).
A partir de 4-5 ans

petit-poisson-d-or.jpg

Le petit poisson d’or de Rose Celli, Pierre Belvès

Un vieux pécheur, très pauvre,  pèche un poisson d’or qui lui parle. Le pécheur accepte de le relacher. En échange, le poisson lui propose d’exaucer un voeu. Il décline cette proposition, s’estimant heureux de ce qu’il a, mais sa femme n’est pas de cet avis…

Un joli conte russe, à découvrir à partir de 5 ou 6 ans (le texte est plutôt long).

Voilà donc une petite sélection d’albums magnifiques, souvent un peu surannés, mais qui continuent à toucher les enfants (et leurs parents) par des histoires magiques et des illustrations originales. Un vrai régal.

Advertisements

4 thoughts on “Les contes du père Castor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s