Habemus papam de Nanni Moretti

Habemus papam

Un film de Nanni Moretti avec Michel Piccoli, Nanni Moretti

Résumé :  Après la mort du Pape, le Conclave se réunit afin d’élire son successeur. Plusieurs votes sont nécessaires avant que ne s’élève la fumée blanche. Enfin, un cardinal est élu ! Mais les fidèles massés sur la place Saint-Pierre attendent en vain l’apparition au balcon du nouveau souverain pontife. Ce dernier ne semble pas prêt à supporter le poids d’une telle responsabilité. Angoisse ? Dépression ? Peur de ne pas se sentir à la hauteur ? Le monde entier est bientôt en proie à l’inquiétude tandis qu’au Vatican, on cherche des solutions pour surmonter la crise… (allociné). Vous pouvez voir la bande annonce ici.

C’est la première fois que je voyais un film de Nanni Moretti.

Je n’ai pas été entièrement convaincue par ce film, un peu long par moment. J’ai trouvé qu’il manquait quelque chose, sans bien réussir à définir quoi. Mais certaines scènes ne paraissent pas réellement finies, abouties.

Mais certaines scènes sont absolument géniales. L’élection du Pape où les cardinaux agissent comme des enfants, essaient de copier sur leur voisin, jouent avec leur stylo. La scène de la psychanalyse du pape, entourré de tous les cardinaux, est franchement cocasse. L’organisation par le psychanalyste d’un tournoi de volley pour les cardinaux par le psychanalyste. Le garde suisse à qui on demande de passer derrière les rideaux pour faire croire qu’il y a quelqu’un dans les appartements du pape.

Bien sur, derrière la comédie, des thèmes plus profonds sont abordés. La façon dont les hommes se réfugient derrière les normes, les rituels, et dont ils paniquent dès qu’il y a un accroc dans le déroulement prévu. Le fait que le pouvoir soit devenu, en ces temps incertains, un fardeau dont personne ne veut (tous les cardinaux prient secrètement pour ne pas être élus) et que le nouveau pape se sent incapable d’assumer.

Les cardinaux et le pape ne sont pas présentés ici comme des êtres supérieurs, inspirés par Dieu, mais comme des hommes, qui peuvent paniquer, être lâches, se conduire comme des enfants. Mais il y a à mes yeux une certaine tendresse pour ces personnages qui deviennent plus proche ainsi des autres hommes, même s’ils sont coincés dans les ors et le luxe du Vatican.

Ce film m’a donné envie de voir d’autres films de Nanni Moretti. Tu en as un en particulier à me conseiller ?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s